SAVIEZ VOUS QU IL EXISTAIT UN DROIT MONTPELLIERAIN ?

 

celui qu' a appliqué le Procureur Général requis par le Président de la Cour d'Appel en accordant un report d'audience sollicitée par l'une des parties en cause sous prétexte que son avocate pourtant dûment prévenue à l'avance venait de partir en vacances et avait dépêché pour ce faire sa consœur ? 

 

Accordée d'office alors que l'avocat parisien de la partie adverse indiquait qu'à la date dores et déjà fixée du report il plaidait à Paris et ne pourrait assister sa cliente à l'audience et que par conséquent il demandait une autre date compatible avec ses engagements. 

 

Il lui a été rétorqué que la Cour de Montpellier n'avait pas à se plier à l'agenda d'un parisien, qu'un président de  Cour d'Appel exerçant depuis onze ans à Montpellier n'avait pas à se plier aux exigences d'un avocat de Paris"et que sa demande serait refusée  ! , ajoutant même : "- Ainsi vous aurez le plaisir, Maître, de connaître les usages de la  province !

 

Les obligations professionnelles d'un parisien pèsent apparemment  moins lourd que les vacances opportunes d'une locale  ....

 

Lui et sa cliente auront de plus  fait un déplacement, onéreux à plus d'un titre, honoraires et déplacements,  qui aurait pu leur être évité s'ils avaient été prévenus de son inutilité.

 

Cet avocat faisait alors remarquer que déjà l'audience en correctionnelle de Mars à Perpignan  qui aurait du se borner à fixer le montant de la consignation de partie civile s'était muée en audience juridictionnelle sans que lui et sa cliente n'en aient été prévenus contrevenant gravement aux  règles impératives  du "contradictoire " dont s'est gargarisé le Président pour justifier ce report mais qui fait visiblement l'objet d'une appréciation très aléatoire sous les cieux du Midi.  


Report donc au 14 septembre.

 

Evidemment ce n'est pas une affaire banale puisqu'elle oppose le "sulfureux" commissaire Thierry ASSANELLI dont les dernières ambitions carriéristes viennent d être contrariées à la prolixe Véronique HURTADO révoquée dernièrement pour non respect de l'obligation de réserve ....

 

Mais qu'attendre de cette Justice quand un président de Cour d'appel se plait à humilier l'avocat parisien de la défenderesse " non coutumier du droit "montpelliérain" (sic) et arguant que le droit de Paris n'est pas le droit de Montpellier....

 

Madame le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice,  je vous pose la question ....

 

Moi je n'aurais pas vraiment confiance .....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.