Devoir de mémoire

Ce 11 novembre 2018 encore une commémoration des horreurs, celle de la guerre et la célébration d'un mensonge, celui de la cause de ces infamies. Les patriotismes, les défenses de la nation, clamés haut et fort par les officiels et officiers et revendiqués par les peuples ne sont que l'accoutrement sous lequel se cache une autre vérité.

     Ce 11 novembre 2018, encore une commémoration des horreurs, celle de la guerre et la célébration d'un mensonge: celui des causes de ces infamies. Les patriotismes, les défenses de la patrie, clamés haut et fort par les officiels et officiers et revendiqués par les peuples, ne sont que l'accoutrement sous lequel se cache une autre vérité. Depuis la toute première fois où les hommes se sont précipités en grand nombre les uns contre les autres, poings fermés ou armes à la main, ils se sont laissés subjuguer par l'enthousiasme ou la haine affichée de quelques uns. Certes, cela se voit et s'entend mais ce n'est encore qu'une apparence. Sous ce masque, seuls les intérêts de richesse et de pouvoir de quelques individus sont la motivation qui les poussent à manipuler l'esprit des foules et à ordonner leur suicide.

    Mensonge. Et quel mensonge! Nos historiens en sont ils ignorants ou les complices? Veulent-ils ignorer la motivation souvent pathologique des rois, des seigneurs et de nombreux porteurs de couvre-chefs? Au demeurant, ni plus ni moins humain que n'importe lequel des humains, mais s'étant octroyé un pouvoir imposteur. Toutes les guerres n'ont -elles pas commencé sur la foi des arguments ressassés de quelques va-t'en guerre qui toujours en voilaient la véritable raison? Par quel vicieux artifice l'imposture du chef auto-proclamé est devenue dans l'esprit des mâles, une nécessité que la plupart réclame? Est-ce par l'observation de la hiérarchie dans les sociétés animales? Bien mal interprétée, de toute évidence.

    " Il faut défendre la patrie, votre famille, vos proches parce que les pères d'autres familles veulent vous détruire ou vous réduire en esclavage! Parce qu'ils sont la cause de vos manques et de vos souffrances!" Et chaque peuple entend les mêmes paroles. Ces paroles du "sang impur qui abreuve nos sillons", hurlé dans la Marseillaise, l'hymne national français, il semble que personne n'en perçoive l'outrance et l'abjection. Cet appel au meurtre est justifié à chaque mouvement de guerre, dans quelque pays que ce soit, par l'indignité ou la férocité dont on pare l'ennemi.

      Cependant, d'autres en petits comités, pensent et calculent combien cela va coûter et surtout combien cela pourrait rapporter. Vies humaines, infrastructures,argent, tout est pesé, évalué....un investissement, se disent-ils, c'est toujours un risque. Mais où est l'honneur dans le sacrifice d'une femme ou d'un homme pour satisfaire la cupidité d'un autre. Mercenaires, soldats ou samouraïs croyant servir de nobles causes, ont bien souvent perdu leurs vies pour réjouir l'avidité de quelques uns.Si la soumission avait un sens, ce dont on peur légitimement douter, ce serait d'être une condition pour se dépasser ou accomplir une performance. Comme de se soumettre aux courants pour s'élever dans les airs. Et pour un objet que notre esprit juge admirable: assassiner, détruire, avilir l'autre, le spolier est-ce admirable? C'est pourtant là l’œuvre de toutes les guerres!

     Si ceux qui ont souffert ou sont morts, le sont pour une patrie ou une noble cause, c'est contre la tyrannie de ceux qui, dans l'ombre, ont créé le chaos. Mais s'ils croient avoir vaincu un peuple ennemi, ils demeurent dans l'illusion, car l'ennemi est toujours là, bien vivant. Il est face à eux et aussi derrière, entrain de "tirer les marrons du feu". Il compte les pertes et les profits réalisés par le monstre de la guerre et envisage les investissements prometteurs de la reconstruction.

     C'est une véritable mafia de psychopathes du pouvoir qui règne sur le monde. Dans chaque pays, chaque région de cette terre. ils sont souvent riches propriétaires, magnats de l'industrie, financiers milliardaires, chefs d'état ou de gouvernement, prophètes délirants, dictateurs auto-proclamés ou investi par la démagogie et la manipulation des esprits qu'on appelle faussement démocratie. Ils partagent tous, entre autres traits de caractère, la mégalomanie et un complexe de toute puissance, non pas orienté sur leur propre personne dans l'art de la maitrise, mais sur le monde qu'ils pensent comme un bien privé. Ils sèment la haine dans le cœur des peuples, haine factice et sournoise, difficile à conjurer parce qu'elle est sans fondement. Ils décident dans l'ombre et projettent sur des écrans les rêves qu"ils veulent que vous fassiez. Leurs rêves! Ils ne pensent pas vraiment pour vous mais à votre place. Ils instrumentalisent tout de la vie et des êtres vivants, les femmes, les hommes, les animaux  ne sont que quantité ou qualité utile. Tout est pour eux marchandise ou tremplin pour augmenter encore leur jouissance du pouvoir.

      Je ne veux pas ici jeter le blâme sur ces êtres malades que le statut ou la fortune rend visible, car bien d'autres dans les mêmes conditions d'existence en feraient tout autant. Je veux dénoncer l'imposture d'une mémoire falsifiée parce qu'elle entretient le mythe de la "bonne guerre". Cette commémoration devant les monuments aux morts est une abomination et une mascarade. En parant de gloire ceux qui sont morts, ils les dépouillent encore une fois de leur dignité et les couvrent de ridicule. Comme le serait une bénédiction au nom du mensonge et de la tromperie. Quelle hypocrisie! je pense à tous ces tartuffes ceints de leur officialité et dignes représentants du mensonge établi et pointe sur eux mon doigt, avant que le leur ne me désigne coupable de négationnisme. Oui je revisite l'histoire et la révise. Oui je dénonce un complot, celui de ces "puissants" qui veulent tout asservir pour leur unique jouissance. Que les marionnettistes se montrent, qu'ils dévoilent leur ficelles, nous nous presserons de les couper. Voici la supplique que nous devrions prononcer devant les monuments aux morts:

       "Pardonnez-nous femmes et hommes, vous êtes morts en vain à cause de notre aveuglement ou de notre ignorance. Nous avons écouté la voix et les paroles de ceux auxquels nous avions confié la gouverne de notre "vivre ensemble". Et ils nous ont trompés. Maintenant, nous apprenons et bientôt nous saurons qu'un peuple ne peut être l'ennemi d'un autre. Que tout peuple est formé des mêmes êtres et des mêmes familles et que chacune et chacun n'aspire qu'à s'épanouir dans la sobriété ou dans l'abondance. Nous n'oublierons plus que jamais personne ne peut ni ne doit utiliser un autre quel qu'il soit pour son propre contentement. Nous nous souviendrons que c'est la patrie créée par les sujets qui la forment qui est à leur service et non son contraire. Nous nous engageons à nous remettre debout et à vivre pour que chacun et tous puissent disposer librement du bien de sa vie dans l'altérité respectueuse. Que les rêves de vos vies brisées nous fécondent pour que jamais nos vies rêvées ne soient détruites pas le mensonge. Qu'il soit permis à tout être de vivre selon sa vérité et dans la bienveillance."

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.