La souveraineté partagée

Peut être êtes-vous las d'être toujours conjugué au pluriel. Pluriel anonyme dans lequel vous ne vous retrouvez plus.Vous voudriez bien voir advenir le monde dont vous rêvez, mais vous en avez confié la charge à d'autres qui ne se soucient guère de votre réalité d'être souverain dans votre vie.

                  Plutôt que que tous rassemblés, soyez chacun de vous uni aux autres. Parce que c'est vraiment chacun de vous et que vous êtes peut être un peu las d'être toujours conjugués au pluriel. Pluriel souvent anonyme et si globalisant que vous ne vous y retrouvez plus! Pluriel satisfaisant pour ceux qui ont pris le pouvoir et si aisé à manipuler. Ils l'ont pris malicieusement parce qu'ils aiment ça, gouverner, commander, penser pour les autres. Ce qui ne veut pas dire penser aux autres. Les autres d'ailleurs, c'est encore un mot générique qui veut dire ceux qui ne sont pas toi.

                    Mais toi, qu'est ce que tu penses? Qu'est-ce que tu aurais voulu faire de ta vie? Bien sûr, depuis longtemps tu n'es considéré par les religions, y compris par celle de la science, par les princes et les seigneurs de ce monde que comme une pauvre créature sans pouvoir. Aussi as-tu appris, vous avez appris à écouter ceux qui revendiquent ce pouvoir. C'est toujours difficile de contrôler la vie d'un individu. Regardez avec vos enfants, votre mari ou votre épouse, votre ami, mais la vie d'un groupe, d'un peuple, d'une nation, c'est beaucoup plus facile parce que les individus disparaissent dedans. Alors comment font ceux qui aiment gouverner? Ils créent des règles sociales, globales, qui ne tiennent pas compte de la variété des pensées de chacun. Ils vous disent que c'est pour l’intérêt commun qui vaut plus que le vôtre. Ils vous font croire qu'il faut une société saine pour avoir des individus sains. Une société libre pour avoir des individus libres. Une nation souveraine pour avoir des individus souverains. En réalité, ils vous disent tout à l'envers parce qu'il serait redoutable pour leur pouvoir que les individus affirment eux-mêmes, par eux-mêmes et pour eux-mêmes, les critères de leur bien-être, leur liberté et leur souveraineté. Une société n'est saine que constituée d'individus sains et souveraine parce que chacun est souverain. Elle n'est qu'une résultante, non une condition et encore moins une cause.

                       Et il me semble....Je me prends à rêver, que c'est ce que vous êtes venus affirmer ici, dans vos vies. Chacune et chacun n'est pas là pour représenter une autre personne, mais elle-même, lui-même et que de ce fait, vous considérez que vous êtes important. Que votre parole est importante, votre pensée, votre vie et que chacun des autres est important. Alors vous vous mettez à dire à partir de vous-même, à exprimer la sphère privée de vos rêves et de vos espoirs, à les partager avec les autres! Vous vous mettez à écouter ensemble la parole et la pensée d'une personne et vous demandez comment cette parole pourrait prendre corps et cohabiter avec la vôtre. Vous testez les limites de votre acceptation et essayez d'en élargir le champ, parce que vous commencez à imaginer que tout individu doit pouvoir accomplir sa vie, quand elle ne demande pas la privation d'un autre.

 

                       De ces réalités, vous décidez d'en écrire la constitution! Mais qu'est-ce qu'une constitution? Une véritable constitution, ce n'est pas le bien commun élaboré sur le déni de la volonté de chacun et souvent pour le profit de quelques uns. C'est un espace qui doit pouvoir laisser chacun libre d'accomplir sa vie comme il l'entend, dans le respect du monde qui l'entoure et avec lequel il est en constante interaction. Ni plus, ni moins. Il faudra en finir avec le temps du sacrifice de l'individu sur l'autel d'une conscience sociale préfabriquée par des législateurs au service de gens de pouvoir. Une véritable conscience sociale ne peut être que le résultat d'un consentement et d'une participation libre d' individus qui apprennent l'art de la convivialité. Le reste n'est qu'imposture! Ce bien vivre ensemble qui fait si cruellement défaut parce que les individus ont abdiqué du pouvoir de l'auto-détermination, de penser par eux-mêmes et qu'ils se sont soumis au diktat d'un calcul: celui des gens de pouvoir qui s'expriment dans les grands médias. Autrefois, on appelait ça la rumeur. Ils propagent des rumeurs et appellent ça de l'information. Et pas n'importe quelle rumeur, elles sont bien orientées pour mobiliser votre attention là où ils veulent et les grands médias sont leurs outils de propagande.

                        Une véritable constitution doit permettre l'échange et le partage sur un plan horizontal entre des personnes qui sont, elles, verticales; qui se tiennent debout. Aujourd'hui, comme depuis trop longtemps, seuls se tiennent debout ceux qui tiennent les pouvoirs dans ce monde. Encore qu'ils ne le soient que relativement au fait que ceux qu'ils gouvernent se tiennent couchés. Sinon, ils sont plutôt inclinés sous le poids de leurs penchants que sont la cupidité,l'avidité, la suffisance et le mépris. Quant à leurs représentants qui se font passer pour les vôtres, ils y ajoutent l'hypocrisie qui scelle leur imposture. Je parle des professionnels de la politique. Mais la politique, la vraie, l'art d'harmoniser le vivre ensemble, est l'affaire de tous et de chacun. Vous en faites tous les jours l'expérience, dans les familles, entre voisins, avec vos collègues de travail, dans vos relations avec le monde, quand vous gérez votre santé, votre budget, quand vous vous projetez dans l'avenir avec des idées que vous voulez voir devenir des réalités, quand vous prévoyez pour votre sécurité et assurez votre survie. Chacun de vous a son propre gouvernement et ses ministères et chacun de vous devrait pouvoir exercer sa souveraineté dans sa vie.

                         Lorsque vous avez des besoins, des désirs, des projets qui sont commun à d'autres, vous échangez pour en extraire une synthèse qui convienne à chacun. Et là! Et seulement à ce moment là, vous avez peut être besoin de quelqu'un qui veuille bien porter votre parole pour qu'elle devienne acte. Parce que cette personne a les compétences spécifiques pour faire aboutir cette nécessité, ce désir ou ce projet. Elle connait les acteurs dans ce domaine et a la charge de les interpeller en votre nom. Voilà ce que devrait être un délégué ou un représentant. Une fois son mandat rempli, aboutissement ou échec, il vient en rendre compte à ceux qui l'ont mandaté et son mandat prend fin. Un tel fonctionnement ne sera jamais créateur d'un excès de pouvoir ni à l'origine d'une quelconque guerre. Tous les conflits démesurés ont leur source dans l'ambition de quelques uns, qui voient là une des manières de réaliser leurs fantasmes de puissance, de gloire et de richesse.

                         Soit, ceux là aussi sont légitimes à vouloir vivre leurs rêves car ils sont aussi souverains dans leur vie, quoique leur souveraineté ne s'y exerce pas car ils sont sous la dépendance du monde qu'ils instrumentalisent. Car au fond que leur reproche-t'on sinon de prendre la terre entière et ses habitants en otage pour satisfaire leurs passions. Soit, si vous ne voulez plus être dans le terrain de jeu d'une poignée de mégalomanes, il faut le dire et quitter ce terrain. Certains le font déjà; ça s'appelle le "boycott" et faire autrement. Le "boycott" de quoi? Des urnes, des banques, de la grande distribution, du consumérisme outrancié, de tous les obligatoires et de tous les interdits qui ne trouvent pas grâce à l’œil de votre conscience.Parce que chacune et chacun en a une n'est-ce-pas? Et faire autrement, en imaginant, en allant à la rencontre de ceux qui imaginent, en étant curieux et passionné d'avoir à inventer le monde dont vous rêvez!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.