Maintien à domicile des personnes âgées et prise en charge de la dépendance en France

En 2050, il y aura trois fois plus de personnes âgées de plus de 85 ans qu'actuellement. Cela représentera plus de 15 millions de Français, dont plus de 2 millions de personnes dépendantes (soit deux fois plus qu'aujourd'hui).

Avec la hausse de l'espérance de vie et l'âge avancé de la génération baby-boomers, la France doit faire face à une population vieillissante et gérer le problème de la prise en charge des personnes dépendantes de plus en plus complexe et coûteuse.

En effet, la perte d'autonomie entraîne des coûts supplémentaires avec les emplois des aides à domicile et les entrées en Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Définition de la dépendance

Une personne est dépendante quand elle est incapable d'accomplir seule les actes de la vie quotidienne notamment se déplacer, faire sa toilette, s'habiller, manger … et surtout lorsqu'une surveillance régulière est nécessaire.

D'après les données de l'Insee, en France, 7,8 % des personnes âgées de 60 ans ou plus sont dépendantes.

aide-domicile-senior

La priorité sur le maintien à domicile

Pour anticiper la problématique du financement de la perte d'autonomie, un rapport de Dominique Libault a été remis le 28 mars 2019 à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, en prévision d'un projet de loi sur l'autonomie pour fin 2019.  Dans le rapport de Dominique Libault, le président du Haut conseil au financement de la protection sociale, 175 mesures ont été proposées pour améliorer la prise en charge de la dépendance.

Si les Ehpad resteront au centre de l'accompagnement des personnes dépendantes comme le souligne le rapport, le concept de "l'Ehpad hors les murs" sur lequel planche les agences régionales de santé (ARS) et les conseils départementaux ne devrait pas faire l'unanimité de toutes les familles. En effet, selon le Directeur général d’une association d’aide et de maintien à domicile des personnes âgées et/ou en situation de handicap à Paris, nombre de famille privilégient un accompagnement de la fin de vie à domicile.

En effet, 9 Français sur 10 préfèrent rester vivre dans leur domicile. Par conséquent, l'accompagnement des personnes dépendantes à domicile fera partie des priorités de la nouvelle loi sur l'autonomie.

Les autres mesures du rapport de Dominique Libault

Voici un petit résumé des autres mesures phares proposées : une baisse des coûts pour les familles, une nouvelle « prestation autonomie » à la place de l'actuelle « Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA) à domicile », faire appel à la solidarité collective, faire contribuer davantage les actifs et les retraités, rénover les Ehpad, revaloriser les métiers du secteur, aider les familles et les proches aidants …

L'objectif de ces mesures est d'améliorer la prise en charge des personnes dépendantes.

 © https://www.shutterstock.com/fr/ © https://www.shutterstock.com/fr/

La perte d'autonomie : un défi financier

La hausse du nombre de personnes dépendantes et du coût de leur prise en charge sera un défi à la fois financier, médical et social pour la France.

En effet, depuis une trentaine d'années, la problématique de la prise en charge des personnes âgées dépendantes est devenue un enjeu national.

Même s’il existe des dispositifs publics et une Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA) pour aider les familles, le reste à charge est encore trop important. Et c'est la solidarité familiale (aide apportée par l'entourage) qui doit se mettre en place pour aider les parents âgés dépendants.

Mais avec la baisse de la natalité et du nombre d'enfants par foyer, ainsi que la dispersion géographique des familles, le nombre d'aidants familiaux sera insuffisant pour les prochaines années.

De plus, l'allongement de la durée de la vie aura également un impact financier et social pour l'accompagnement des personnes âgées dépendantes. En effet, on vit plus longtemps grâce à la médecine, mais cela augmente également le risque de dépendance. Et le coût lié à la perte d'autonomie (soins, accompagnement, hébergement …) ne cesse d'augmenter.

Cela représente une dépense de 30 milliards d'euros par an, soit 23,7 milliards financés par l’État français et 6,3 milliards par les familles des personnes dépendantes. Avec les prévisions de hausse des personnes dépendantes, il faudrait trouver 6,2 milliards d'euros supplémentaires par an dans 5 ans et 9,2 milliards d'euros de plus par an dans 10 ans.

La nouvelle loi sur l'autonomie devra prendre en compte toutes ces problématiques pour satisfaire les besoins des familles et trouver de nouveaux moyens de financement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.