Ce qu'il faut savoir sur le projet d'Internet haut débit initié par Elon Musk

Le PDG milliardaire de SpaceX lance des satellites en orbite et promet de fournir l'internet à haut débit dans les coins les plus reculés de la planète.

Starlink, la filiale de SpaceX société du milliardaire Elon Musk Starlink, la filiale de SpaceX société du milliardaire Elon Musk

Lorsque vous pensez à l'entrepreneur milliardaire Elon Musk, il y a de fortes chances pour que vous pensiez à sa société de voitures électriques Tesla ou à son entreprise d'exploration spatiale SpaceX (sans parler de son habitude de susciter la controverse sur les médias sociaux ou de fumer de l'herbe avec Joe Rogan). 

Peut-être le connaissez-vous simplement comme la deuxième personne la plus riche de la planète (Jeff Bezos, le patron d’Amazon, a repris la première place plus tôt cette année). Bientôt, quelque chose d'autre pourrait vous venir à l'esprit lorsque vous pensez à Musk : une entreprise appelée Starlink qui cherche à vendre des connexions internet à presque tout le monde par le biais d'un réseau croissant de satellites privés en orbite au-dessus de nos têtes.

Avec près de 885,5 millions de dollars de subventions reçues fin 2020 par la commission fédérale des communications, et plusieurs années de développement, le rythme s’accélère en 2021. En janvier, après environ trois ans de lancements réussis, le projet a dépassé les 1.000 satellites placés en orbite et connectés. Plus tôt en février, l'entreprise de Musk a révélé que Starlink desservait désormais plus de 10.000 clients. Aujourd'hui, le service est en train d'étendre les précommandes à un nombre encore plus important de clients potentiels, l'une des priorités étant les personnes qui vivent actuellement sans accès à l'internet à haut débit.

Lorsque l’on sait que l’objectif de SpaceX est de tisser sur orbite une toile de plusieurs dizaines de milliers de satellites pour couvrir toute la planète, on comprend pourquoi Starlink mérite d'être suivi de près en 2021, et de nombreuses questions se doivent d’être posées et de trouver des réponses.

 

Commençons par le début : qu'est-ce que Starlink, exactement ?

Starlink est une division de SpaceX, mais c'est aussi le nom du réseau croissant - ou "constellation" - de satellites orbitaux de la société de vols spatiaux. Le développement de ce réseau a commencé en 2015, et les premiers satellites prototypes ont été mis en orbite en 2018.

Au cours des années qui ont suivi, SpaceX a déployé plus de 1.000 satellites Starlink en orbite à travers plus de 20 lancements réussis. En janvier, pour sa première mission Starlink de 2021, SpaceX a mis en orbite 60 satellites depuis le Centre spatial Kennedy en utilisant la fusée orbitale Falcon 9 atterrissable et relançable (c’est vrai, ces termes n’existaient pas avant ces lancements). Les lancements ultérieurs, dont quatre autres en février, ont porté le nombre total de satellites lancés à près de 1.300.

Et la réponse est oui : ces satellites peuvent connecter votre maison à Internet.

Tout comme les fournisseurs existants d'Internet par satellite tels que HughesNet ou Viasat, Starlink veut vendre l'accès à Internet, en particulier aux personnes vivant dans des zones rurales et dans d'autres régions du monde qui n'ont pas encore accès au haut débit.

Le matériel Starlink de SpaceX nécessaire pour se connecter comprend une antenne parabolique et un routeur, que vous installerez chez vous pour recevoir le signal de l'espace.

"Starlink est idéalement adapté aux régions du globe où la connectivité a généralement été un défi", peut-on lire sur le site web de Starlink. "Non limité par l'infrastructure terrestre traditionnelle, Starlink peut fournir un internet haut débit à des endroits où l'accès n'était pas fiable ou totalement indisponible."

Pour établir la connexion, il suffit d'installer une petite antenne parabolique à votre domicile pour recevoir le signal et transmettre la bande passante à votre routeur. Il existe même une application Starlink pour Android et iOS qui utilise la réalité augmentée pour aider les clients à choisir le meilleur emplacement et la meilleure position pour leurs récepteurs. 

Pour l'instant, le service Starlink n'est disponible que dans certaines régions des États-Unis, du Canada et de l'étranger, mais il compte aujourd'hui plus de 10.000 clients et la carte de couverture continuera de s'étendre au fur et à mesure de l'arrivée de nouveaux satellites dans la constellation. À terme, Starlink couvrira la planète entière d'un signal Wi-Fi haut débit.

Quel est le débit du service internet de Starlink ?

"Les utilisateurs peuvent s'attendre à ce que les vitesses de transmission des données varient entre 50 et 150 mégabits par seconde et à ce que la latence soit de 20 à 40 millisecondes dans la plupart des endroits au cours des prochains mois", indique le site web de Starlink, tout en mettant en garde contre de brèves périodes d'absence totale de connectivité. "Au fur et à mesure que nous lançons plus de satellites, que nous installons plus de stations terrestres et que nous améliorons notre logiciel de mise en réseau, la vitesse des données, la latence et le temps de fonctionnement s'amélioreront considérablement."

À cette fin, Musk a tweeté en février qu'il s'attend à ce que le service double ses vitesses maximales à 300Mbps d'ici la fin de 2021.

 

Combien coûte Starlink ?

Starlink a commencé à accepter les précommandes des clients désireux de rejoindre le programme bêta "Better Than Nothing" de la société. Le coût du service est facturé à 99 dollars par mois (soit 81 euros), plus les taxes et les frais, ainsi qu’un paiement initial de 500 dollars (411€) pour l'antenne parabolique et le routeur que vous devrez installer chez vous.

Starlink indique qu'elle prend les commandes des clients selon le principe du premier arrivé, premier servi et que certaines précommandes pourraient prendre jusqu'à six mois pour être honorées.

99 dollars par mois, c'est beaucoup pour une connexion Internet, surtout si elle est loin d'être aussi rapide qu'une connexion en fibre optique, mais M. Musk fait le pari que le coût en vaudra la peine pour les personnes qui, jusqu'à présent, n'avaient pas accès à une connexion rapide et fiable.

Le président de SpaceX, Gwynne Shotwell, a récemment déclaré lors d'un forum sur la technologie des satellites que Starlink n'avait pas l'intention d'ajouter des niveaux de vitesse ou de prix, afin que la tarification du service reste aussi simple que possible. En outre, Mme Shotwell a déclaré qu'elle s'attendait à ce que le coût initial de 500 dollars pour la parabole de réception diminue dans les années à venir.

Où Starlink est-il disponible ?

Pour l'instant, le service est limité au nord-ouest des États-Unis, aux régions adjacentes du Canada, à certaines parties du Royaume-Uni et à d'autres zones sélectionnées, mais la carte de couverture s'élargira considérablement à mesure que de nouveaux satellites rejoindront la constellation. Il y a encore du chemin à parcourir : Starlink aura probablement besoin d'au moins 10.000 satellites en orbite avant de pouvoir prétendre couvrir une majorité du globe (et SpaceX a montré qu'il souhaitait que la constellation compte jusqu'à 30.000 satellites). À l'heure actuelle, la constellation n'en est qu'à environ 10 % de son objectif, la couverture se concentrant sur les régions situées entre 45 et 53 degrés de latitude nord.

Musk a déclaré à ses clients qu'il s'attendait à ce que le service soit disponible dans le monde entier en 2022, mais cela dépendra de la régularité des lancements réussis.

 

Pourquoi des satellites, d'ailleurs ? La fibre optique n'est-elle pas plus rapide ?

La fibre optique, ou l'Internet fourni par un câble en fibre optique posée au sol, offre des vitesses de téléchargement en amont et en aval qui sont effectivement beaucoup plus rapides que l'Internet par satellite, mais, comme des entreprises comme Google vous le diront, il n'y a rien de rapide dans le déploiement de l'infrastructure nécessaire à l'acheminement de la fibre jusqu'aux foyers. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a rien de simple à lancer des satellites dans l'espace, mais avec moins de concurrents aux coudes pointus - et avec beaucoup moins de paperasserie à traverser - il y a tout lieu de croire que des services comme Starlink atteindront la majeure partie des communautés mal desservies bien avant que la fibre ne le fasse. Les récents documents déposés auprès de la FCC suggèrent également que Starlink pourrait, à terme, être doublé d'un service téléphonique dédié.

Et n'oubliez pas que c'est d'Elon Musk que nous parlons. SpaceX est la seule entreprise de la planète à disposer d'une fusée réutilisable, capable d'envoyer charge utile après charge utile en orbite. C'est un avantage considérable dans la course à l'espace commercial. En plus de cela, Musk a déclaré en 2018 que Starlink contribuera à fournir à SpaceX les revenus nécessaires pour financer l'ambition de longue date de l'entreprise d'établir une base sur Mars.

Si ce jour arrive, il est également probable que SpaceX tente d'établir une constellation de satellites sur la planète rouge, également. Cela signifie que les clients de Starlink pourraient servir de cobayes pour les futurs réseaux sans fil martiens.

"Si vous envoyez un million de personnes sur Mars, vous feriez mieux de leur fournir un moyen de communiquer", a déclaré le président de SpaceX, Gwynne Shotwell, en 2016, en parlant de la vision à long terme de l'entreprise pour Starlink. "Je ne pense pas que les personnes qui iront sur Mars se contenteront de quelques terribles radios démodées. Ils voudront leurs iPhones ou leurs Androïdes sur Mars."

La communication de Starlink ne mâche pas ses mots et exprime clairement sur son site :

"Pour les services fournis sur Mars, ou en transit vers Mars via Starship ou tout autre vaisseau spatial de colonisation, les parties reconnaissent que Mars est une planète libre et qu'aucun gouvernement basé sur Terre n'a d'autorité ou de souveraineté sur les activités martiennes."

Néanmoins, avec des vitesses maximales actuellement fixées à 150 Mbps, l'Internet par satellite de Starlink ne sera pas de sitôt proche des vitesses de fibre optique gigabit auxquelles les Terriens sont habitués, et ce en raison de la distance considérable que chaque transmission doit parcourir lors de son voyage aller-retour entre votre domicile et la stratosphère. C'est un facteur qui augmente également la latence, ce qui explique pourquoi vous remarquerez souvent des pauses gênantes dans la conversation si vous parlez à quelqu'un via une connexion satellite.

Cela dit, Starlink promet d'améliorer les attentes existantes en matière de connexions par satellite en plaçant les satellites en orbite à des altitudes plus basses qu'auparavant - 60 fois plus près de la surface de la Terre que les satellites traditionnels, selon les déclarations de la société. Cette approche en orbite basse signifie que les signaux Starlink ont moins de distance à parcourir, et donc moins de latence.

 

Starlink est-il fiable ?

Les premiers rapports émanant d'organismes tels que Fast Company et CNBC semblent indiquer que les premiers clients de Starlink sont satisfaits du service, bien que l'entreprise mette en garde contre de "brèves périodes d'absence totale de connectivité" pendant la phase bêta.

Le site DownDetector.com, qui suit les interruptions de service, recense quatre interruptions de Starlink en 2021, une en janvier, une en février et une en avril, la dernière ayant eu lieu le 6 mai. À titre de comparaison, DownDetector ne recense aucune interruption majeure en 2021 pour HughesNet, et une en février pour ViaSat.

Les utilisateurs de Starlink, de l'Arizona à l'Alberta, au Canada, ont noté la panne du mois de mai sur Reddit - pour la plupart, le service a semblé reprendre en quelques heures.

 

Qu'en est-il du mauvais temps et des autres obstructions ?

C'est certainement l'un des inconvénients de l'Internet par satellite. Selon la FAQ de Starlink, le récepteur est capable de faire fondre la neige qui tombe sur lui, mais il ne peut rien faire contre l'accumulation de neige environnante et les autres obstructions qui pourraient bloquer sa ligne de visée vers le satellite.

"Nous recommandons d'installer Starlink dans un endroit où l'accumulation de neige et d'autres obstacles ne bloquent pas le champ de vision", peut-on lire dans la FAQ. "Les fortes pluies ou le vent peuvent également affecter votre connexion Internet par satellite, ce qui peut entraîner un ralentissement des vitesses ou une rare coupure."

 

Y a-t-il d'autres problèmes avec les satellites de Starlink ?

La prolifération des satellites privés dans l'espace suscite de nombreuses inquiétudes, et les cercles d'astronomie s'interrogent sur l'impact des satellites en orbite basse sur le ciel nocturne lui-même.

En 2019, peu après le déploiement des premiers satellites à haut débit de Starlink, l'Union astronomique internationale a publié une déclaration alarmante mettant en garde contre des conséquences imprévues pour l'observation des étoiles et la protection de la faune nocturne.

"Nous ne comprenons pas encore l'impact de milliers de ces satellites visibles dispersés dans le ciel nocturne et, malgré leurs bonnes intentions, ces constellations de satellites peuvent menacer les deux", peut-on lire dans la déclaration.

Depuis lors, Starlink a commencé à tester une variété de nouvelles conceptions destinées à réduire la luminosité et la visibilité de ses satellites. Début 2020, l'entreprise a testé un satellite "DarkSat" doté d'un revêtement spécial non réfléchissant. Plus tard, en juin 2020, la société a lancé un satellite "VisorSat" doté d'un pare-soleil spécial. En août, Starlink a lancé un autre lot de satellites -- cette fois, tous étaient équipés de visières.

"Nous voulons nous assurer que nous faisons ce qu'il faut pour que les petits enfants puissent regarder dans leur télescope", a déclaré Shotwell. "C'est cool pour eux de voir un Starlink. Mais ils devraient être en train de regarder Saturne, la lune... et ne pas vouloir être interrompus."

"Les équipes de Starlink ont travaillé en étroite collaboration avec des astronomes de premier plan dans le monde entier pour mieux comprendre les spécificités de leurs observations et les changements d'ingénierie que nous pouvons apporter pour réduire la luminosité des satellites", peut-on lire sur le site Web de l'entreprise.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.