FranceInf
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2019

Qu'est-ce que la virothérapie dans le traitement des cancers ?

Certains virus peuvent s’attaquer aux cellules cancéreuses, et les scientifiques le savent depuis plus d'un siècle. Ce n'est toutefois qu'au cours des dernières décennies que les progrès du génie génétique ont permis aux virus de devenir une thérapie anticancéreuse viable.

FranceInf
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Certains virus peuvent s’attaquer aux cellules cancéreuses, et les scientifiques le savent depuis plus d'un siècle. Ce n'est toutefois qu'au cours des dernières décennies que les progrès du génie génétique ont permis aux virus de devenir une thérapie anticancéreuse viable. Aujourd'hui, des chercheurs du monde entier travaillent avec ces virus tueurs de cancer dans l'espoir de développer un traitement contre les cancers viral.

Les débuts de la virothérapie

Certains virus préfèrent attaquer les tissus cancéreux plutôt que les tissus sains, et la virothérapie oncolytique en profite. Les virus anticancéreux tuent non seulement les cellules tumorales, mais alertent également le système immunitaire de l'hôte de la présence d'un cancer.

Nos systèmes immunitaires ont évolué au cours des millénaires pour reconnaître très bien les agents pathogènes et certains chercheurs étudient les virus oncolytiques, ou virus qui infectent et tuent les cellules cancéreuses dans l’espoir de les utiliser dans le traitement du cancer du cerveau.

L'idée est tout simplement d’introduire une infection virale dans la tumeur pour alerter le système immunitaire.

Les scientifiques ont commencé à expérimenter ce type d'immunothérapie dès la fin des années 1850, mais au cours des 100 années qui ont suivi, ce domaine est devenu de plus en plus à la mode.

Au début des années 1900, un chirurgien nommé William Coley est devenu célèbre pour ses tentatives de lutte contre le cancer en exposant les patients à des extractions provenant de tissus infectés. Le cas d’un patient dont la tumeur maligne s'est résorbée en raison d'une infection bactérienne grave a encouragé Coley à poursuivre ses recherches. Il a commencé à infecter ses patients avec un mélange bactérien - le virus de l'érysipèle - et a plus tard développé un vaccin à partir de deux bactéries modifiées.

Les toxines de Coley, comme on appelait le vaccin, sont devenues un traitement populaire pour de nombreux types de cancer et ont agi en provoquant de la fièvre, des frissons et une inflammation chez le patient. De nombreuses études de cas appuient l'idée que les maladies infectieuses pourraient entraîner la rémission ou l'élimination complète du cancer, selon un article paru dans la revue Molecular Therapy. Mais avec l'essor de la radiothérapie, de la chimiothérapie et d'autres traitements immunosuppresseurs, les virothérapies émergentes comme les toxines de Coley ont perdu en popularité.

Une deuxième flambée de virothérapie

Le développement de systèmes de culture tissulaire et de modèles de cancer des rongeurs dans les années 1940 et 1950 a relancé la recherche en virothérapie. Les médecins ont infecté des centaines de patients atteints de cancer au cours d'essais cliniques, les exposant aux oreillons ou encore à l'hépatite. Le succès a varié considérablement d'un essai à l'autre. Les tumeurs de certains patients ont régressé de façon spectaculaire et leur vie s'est prolongée. D'autres ont combattu l'infection trop rapidement pour en récolter les bénéfices, tandis que d'autres patients sont sortis indemnes de tumeur, mais ont plus tard été victimes du virus lui-même plutôt que de leur cancer.

Avec l'aide du génie génétique moderne, les chercheurs s'efforcent maintenant de construire le meilleur virus oncolytique possible.

Obstacles à franchir

Le domaine de la virothérapie a beaucoup progressé au cours des dernières décennies, mais la recherche reste difficile.

Le défi consiste à choisir le bon virus, à décider comment l'armer et comment l'administrer. Certaines virothérapies peuvent être injectées directement dans la tumeur mais de nombreux cancers sont difficiles à atteindre à l'aide d'une aiguille, ou ils peuvent être disséminés dans tout le corps.

Les virus anticancéreux peuvent maintenant être conçus pour attaquer sélectivement les cellules cancéreuses, épargner les tissus normaux, réveiller le système immunitaire de l'hôte et inverser l'immunosuppression dans le micro-environnement tumoral. Mais la virothérapie n'est pas une cure en soi. La recherche suggère que les virothérapies viendront compléter la chimiothérapie, la radiothérapie ou l'immunothérapie.

L'avenir du traitement du cancer

En 2005, la China Food and Drug Administration a mis sur le marché la première virothérapie oncolytique. H101, commercialement connu sous le nom d'Oncorine. Ce virus génétiquement modifié qui attaque de préférence les cellules tumorales est utilisé pour traiter les cancers de la tête et du cou.

Les virus anticancéreux peuvent maintenant être fabriqués à partir de virus humains autrefois dangereux, comme la rougeole, ou de virus non pathogènes. Même certains virus spécifiques aux animaux ont été prélevés pour la virothérapie. Par exemple, McFadden vise à développer un virus appelé virus du myxome (MYXV), que l'on ne trouve que chez le lapin, à des fins thérapeutiques chez les humains.

Alors que des scientifiques sont à la recherche de puissants virus oncolytiques, le domaine de la virothérapie semble destiné à continuer à s'étendre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain