Les États-Unis et l'Iran vont-ils entrer en guerre prochainement ?

Au cours des deux dernières semaines, les États-Unis et une grande partie du monde sont dans l'expectative : Les US vont-ils entrer en guerre contre l'Iran ?

C'est une question compréhensible. L'administration Trump prétend disposer de renseignements prouvant que l'Iran a l'intention d'attaquer les Américains au Moyen-Orient. L'Iran, quant à lui, semble préparer son armée et sa population à la guerre annonçant la reprise de certaines activités liées à son programme nucléaire.

Ces développements, combinés à la montée en puissance des faucons iraniens dans l'administration US, comme le conseiller à la sécurité nationale John Bolton et le secrétaire d'État Mike Pompeo, ont suscité la crainte généralisée qu'un conflit entre Washington et Téhéran soit imminent.

Pourquoi cette escalade s'est-elle produite si soudainement ? Et à quoi ressemblerait un conflit avec l'Iran? La confusion est juste.

Après tout, Trump semble prendre un malin plaisir à laisser tout le monde - y compris les Iraniens - deviner. 

Pourquoi cette escalade se produit-elle maintenant ?

Les États-Unis et l'Iran sont en désaccord depuis des décennies. Depuis la révolution de 1979 en Iran le renversement du gouvernement installé à l’époque par les Américains, les deux pays ont adopté des positions agressives envers l'autre.

Au fil des décennies, des groupes soutenus par l'Iran ont combattu et attaqué les forces américaines, entraînant des centaines de morts parmi les troupes américaines. Les États-Unis ont également au fil des années lancé leurs propres attaques.

Les relations américano-iraniennes ont donc toujours été tendues. On peut pointer du doigt 3 éléments à l’origine de l'impasse actuelle.

Premier élément: les États-Unis se sont retirés de l'accord nucléaire iranien l'année dernière, réimposant des sanctions au pays et obligeant les alliés européens à cesser d'importer du pétrole iranien. Cette décision risque de ruiner l'économie iranienne.

Deuxième élément: la façon dont le renseignement et les actions militaires ont été perçus au cours des deux dernières semaines :

Selon le Wall Street Journal du jeudi 16/05, les derniers évènements amènent l'Iran à craindre une attaque américaine imminente. En réaction, l'Iran prend des mesures défiantes pour affuter sa dissuasion.

Les analyses d’experts iraniens considèrent ce point de vue logique: "Contre-attaquer en réponse à la pression fait partie du jeu iranien" tweeté par Suzanne Maloney, experte iranienne à la "Brookings Institution à Washington", le 6/05 dernier.

Les erreurs de perception et de calcul sont toujours inquiétantes dans ce genre de situation. Une erreur des États-Unis, par exemple, pourrait amener l'Iran à penser qu'une guerre est en marche, obligeant ainsi Téhéran à faire des contre-mesures agressives ou même à lancer ses propres assauts.

Le troisième élément : l’influence des faucons de l'administration Trump et leur envie d’en découdre.

John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Trump, plaide depuis longtemps en faveur d'un changement de régime en Iran et préconise le bombardement du pays pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire. Le secrétaire d'État Mike Pompeo a également poussé les États-Unis à affronter le régime iranien.

Ensemble, ils ont fait virer encore plus à droite l'administration Trump en durcissant le ton envers la République islamique. 

Les États-Unis et l'Iran vont-ils entrer en guerre ?

soldats-us-army

Il ne semble pas que les États-Unis entreront bientôt en guerre contre l'Iran, bien que cette possibilité ne puisse pas être totalement écartée. Mais il y a trois raisons principales d'être optimiste (ou pas du tout pessimiste).

Première raison: les déploiements militaires américains au Moyen-Orient ne sortent pas de l'ordinaire, selon certains experts militaires.

Certes, les États-Unis ont récemment transféré une batterie antimissile dans la région, mais ils en ont retiré quatre il y a quelques mois. 

Deuxième raison: Trump ne veut pas d'une guerre avec l'Iran. Il a fait campagne pour que les États-Unis ne s'engagent plus dans des guerres à l'étranger, en particulier au Moyen-Orient. Si Trump n'est pas une colombe avec l'Iran et semble se réjouir de la pression exercée par les États-Unis sur ce pays, il n'a pas envie de se battre comme d'autres autour de lui.

Troisième raison: il semble que les tensions s'atténuent ces derniers jours. Selon le Wall Street Journal, deux destroyers américains ont traversé le détroit d'Ormuz sans accroc jeudi dernier. "C'était le transit le plus silencieux que nous ayons vu depuis longtemps", a déclaré un responsable de la défense au Journal.

L'impasse entre les États-Unis et l'Iran n’a donc pas atteint son point de non-retour et pourrait même s'apaiser dans les jours à venir.

Ce n'est pas garanti, bien sûr, mais pour l'instant, il ne semble pas que les États-Unis et l'Iran entrent en guerre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.