FranceInf
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 févr. 2021

Israël en tête de la vaccination contre le COVID-19 publie une étude encourageante

Une étude israélienne pointe une baisse de 94% des cas symptomatiques de COVID parmi les vaccinés en Israël. Les données ont montré une diminution de 94 % des cas de coronavirus symptomatiques et de 92 % des cas de maladies graves parmi les personnes vaccinées.

FranceInf
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le vaccin Pfizer ne prévient pas seulement l'infection mais réduit également le risque de contracter un cas grave de COVID-19, selon de nouvelles données publiées par les services de santé de la « Clalit » l’une des caisses d’assurance maladies israélienne.

Ces données, qui sont basées sur une étude portant sur 1 200 000 personnes ( 600 000 ayant reçu le vaccin et 600 000 ne l'ayant pas reçu) montrent que les cas de coronavirus symptomatiques ont diminué de 94 % et les cas de maladie grave de 92 % parmi les personnes vaccinées.

L'étude a montré que le vaccin était aussi efficace chez les personnes de 70 ans et plus que chez les participants plus jeunes. Parmi les personnes vaccinées, 170 000 personnes avaient plus de 60 ans.

Il a également été constaté que le vaccin de Pfizer est plus efficace une semaine après l’injection de la deuxième dose, ce qui correspond aux études cliniques menées par la société.

Lors d'un examen préliminaire des résultats, 14 jours ou plus après que les personnes aient reçu leur deuxième dose, les vaccins se sont avérés encore plus efficaces pour la prévention des maladies symptomatiques et graves.

Le groupe de contrôle a été soigneusement sélectionné afin de s'assurer qu'il était parallèle à ceux qui ont été vaccinés, notamment en fonction du niveau de risque de développer une infection grave, de l'état de santé général, de l'âge et d’autres critères médicaux.

Crédit image: Actualité France

Ces résultats sont les premiers de ce qui devrait être une série d'études publiées par les caisses d’assurances maladies israéliennes (elles sont au nombre de 4 en Israël) pour évaluer l'efficacité du vaccin sur des groupes divers et variés.

Pendant des semaines, la caisse d’assurance maladie Clalit a développé des outils et des méthodologies pour traiter les nombreux biais qui caractérisent ce type de recherche. La Clalit a également travaillé avec l'Université de Harvard pour effectuer une série de tests afin de valider les résultats.

La semaine dernière, la Maccabi (autre caisse d’assurance maladie en Israël) a partagé des données préliminaires sur sa propre campagne de vaccination, soulignant que moins de 0,1% des personnes ayant reçu la deuxième dose du vaccin Pfizer ont contracté le COVID-19.

La Maccabi a montré que l'efficacité du vaccin en Israël était de 93 %. L'essai clinique de phase III de Pfizer a montré qu'il était efficace à 95 %.

La caisse Clalit a déclaré avoir vacciné plus de 3,2 millions de premières et deuxièmes doses de vaccin.

Au total, Israël a administré plus de 6,3 millions de doses de vaccin et se place à la première place mondiale en pourcentage de la population vaccinée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener