Emmanuel Macron, la tendance monarchique

Macron avec l'Emir du Qatar Macron avec l'Emir du Qatar
Mediapart a subi les foudres des magistrats pour avoir publié une information d’une grande gravité concernant Alexandre Benalla. Dans un enregistrement obtenu par les enquêteurs de Mediapart Benalla assure que le patron, c’est-à-dire le président Emmanuel Macron lui a dit « tu vas les bouffer. Tu es plus fort qu’eux, c’est pour ça que je t’avais auprès de moi ».

C’est déjà révélateur d’une situation où il y a « nous » ou « moi » le monarque absolu et les autres, les ennemis de « ma monarchie ». Mais ce n’est pas le plus grave si on peut laisser passer les tendances égoïstes des uns et des autres.

Le site d’investigation a aussi révélé que Benalla serait impliqué personnellement dans une affaire qui met en scène son ami Vincent Crase. Ce dernier aurait établi un contrat avec un certain Iskander Makhmudov, qu’on soupçonne d’opérer dans les milieux criminels. On y apprend donc que ce contrat a pour objectif de protéger les biens immobiliers de Makhmudov  à Monaco. Rien que ça. Et bien entendu, on peut penser que ce n’est pas gratuit.

Pour le « régime » de Macron c’est une affaire très sérieuse. On peut l’imaginer facilement. Quand on sait que Benalla n’est pas à l’origine de la plainte qui a conduit à la tentative de perquisition, on comprend que cela vient de haut, de très haut. Et ce n’est pas la moindre bourde de ces derniers jours du président.

Il est aussi le premier et le seul chef d’Etat européen à convoquer l’ambassadeur d’un autre pays européen. Ce qu’il a fait avec l’Italie. Du jamais vu. Un ratage? Peut-être bien. Une tendance monarchiste absolue qui ne tient pas compte des avis des uns et des autres et qui peut coûter cher à la France.

D’ailleurs, en terme de coûts diplomatiques, nous ne sommes peut-être pas au bout de nos peines. Nous avons pu le constater à plusieurs reprises.

Emmanuel Macron qui se permet de donner des leçons au président égyptien en matière de droits de l’homme alors que l’Egypte est un pays souverain, n’hésite pas à consacrer le Qatar comme pays fréquentable. Les deux pays viennent de signer un accord de dialogue stratégique. Rien que ça.

Déjà, la France a livré son premier rafale et attend de lui livrer le reste, c’est-à-dire 35 autres appareils, et ça chiffre.  Le Qatar est content surtout que son amitié avec la France lui permet de contourner le boycott de ses frères saoudiens, émirats, bahraïni et égyptiens et ravaler sa façade profondément dégradée.

La France sait pourtant pourquoi ces pays en veulent à cet émirat microscopique. Ses liens avec l’Iran, puissance hégémonique, et les frères musulmans ne sont un secret pour personne pourtant. Est-ce un échange de bons procédés entre monarques? Peut-être bien. En tout cas, Emmanuel Macro ne semble pas tenir compte des ravages faits par les groupes terroristes soutenus à coups de milliards et de prêches des frères musulmans. Ni le Hamas ni le Hezbollah qui bloquent toute issue vers la paix au Proche Orient, ni les Houtis du Yemen soutenus par l’ami du moment du Qatar, l’Iran.

Pourquoi la France a-t-elle signé un accord stratégique avec le Qatar? On peut se poser la question. Et puis cet accord stratégique qui porte également sur la lutte contre le terrorisme comment l’interpréter? Alors là ou bien la France reconnaît que le Qatar n’a rien à voir avec le terrorisme ou bien elle reconnaît qu’elle soutient celui qui soutient le terrorisme. On y comprend rien. N’aurait-il pas été plus facile de trouver une entente avec le voisin italien? Peut-être mais à croire le ministre des Affaires étrangères Le Drian, si avec l’Italie, il y a des hauts et des bas, avec le Qatar il n’y a que des hauts. Et, ça on connaît bien, Macron aime les hauteurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.