Le Yemen dément l’existence de prisons secrètes

ye-men
Les terroristes, surtout quand ils sont soutenus par des régimes autoritaires, excellent dans la communication destinées à l’opinion internationale et surtout les ONG de défense des droits de l’homme. Les Houtis du Yemen, soutenus par les Iraniens, ne sont pas les derniers de la classe. Ils ont monté tout un système de fausses nouvelles pour accuser le pouvoir légitime de faits aussi graves que les prisons secrètes.

C’est l’accusation en cours en ce moment bien que rien ne permette de prouver la véracité de la chose. Aussi, le directeur de la prison de Bir Ahmed a tenu à mettre les points sur les “i”. Il a catégoriquement rejeté les informations selon lesquelles, des prisonniers seraient détenus dans des prisons secrètes. Il a clairement affirmé que ces dernières n’existent en aucun endroit du pays et que toutes les prisons sont gérées sous la tutelle du ministère de la Justice.

Ahmed Ghassan Al Yakoubi a par ailleurs expliqué que les informations sur les prisons secrètes sont des mensonges destinés à une exploitation politique. Il a assuré également que les portes des centres pénitentiaires sont ouverts et à la disposition de tout média désireux de connaître la réalité.

Il s’est engagé à permettre des visites ainsi que des rencontres aussi bien avec la direction et le personnel qu’avec les détenus auxquels les médias peuvent parler librement.

Par ailleurs, le directeur de la prison Bir Ahmed a souligné que les prisonniers reçoivent les visites de leurs proches chaque dimanche et sont présentés aux instances judiciaires de manière.

Les ONG qui ont visité la prison, dont le Croissant Rouge, ont pu constater que celle-ci correspond parfaitement aux normes internationales des droits de l’homme, a précisé le directeur.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, plusieurs prisonniers ont quitté le centre après avoir reçu des formations destinées à faciliter leur réinsertion dans la société. En outre, afin de mettre fin à la polémique, le premier responsable a mis l’accent sur le fait que la prison adresse, chaque jour, un rapport à la direction des prisons du ministère de la Justice comportant la situation de la prison ainsi que le mouvement des départs et des nouvelles arrivées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.