liberté

A propos de cette chose fragile qu'on nomme liberté...

Toi, ma belle,
dont je jouissais chaque jour,
toi, ma belle,
dont soudain le visage
se voile de noir,
m'as-tu déjà quitté?
t'ai-je déjà perdue,
ô ma liberté,
dans l'ennui matérialiste
de notre pauvre monde
indifférent et frileux ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.