franckpeyre01
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2020

Le général De Gaulle a condamné les français pour éviter la cour martiale.

Je peux comprendre que pendant la première guerre mondiale, monsieur charles De Gaulle ai eu peur car cette guerre était une boucherie. A mon avis il fallait être fou pour ne pas avoir peur de prendre une baïonnette de 30 cms dans le corps.

franckpeyre01
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour.


J'ai lu le texte de l'appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle et j'ai bien rigolé. Ce qu'a écrit le général De Gaulle est grotesque. Il semblerait que le général De Gaulle se croyait dans un roman. Après réflexion je pense que le général De Gaulle a fait croire à Winston Churchill qu'il voulait lire un texte pour remonter le moral des français, je pense donc que le général De Gaulle s'est fait passer pour un comique. Honnêtement, même moi je n'aurais pas osé
lire le texte de l'appel du 18 juin tellement ce texte est grotesque ! Je pense également que nos journalistes préfèrent se promener sur les plateaux de télévision plutôt que vérifier les informations comme par exemple le texte de l'appel du 18 juin du général De Gaulle. Il n'est pas impossible que pour convaincre Winston Churchill, le général De Gaulle ai plaisanté avec son nom (deux Gaulle). Je me pose la question suivante : combien de français,
combien de journalistes ont pris le temps de lire le texte de l'appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle ?
Suis-je la seule personne à trouver le texte de l'appel du 18 juin 1940 grotesque ?
Mon opinion est que le général De Gaulle devait avoir des choses à cacher pour s'être moqué de millions de français. Étant donné que lors de la première guerre mondiale, il y a deux témoignages qui disent que monsieur De Gaulle s'est rendu aux allemands sans combattre, il n'est pas impossible que la saloperie Adolf Hitler ai fait du chantage à monsieur De Gaulle. Le chantage étant celui-ci : soit tu nous obéis, soit on t'envoie en cour martiale.
Pour continuer avec la deuxième guerre mondiale, le général De Gaulle en a voulu aux Américains de nous avoir fait signer la capitulation allemande comme témoin. Comme la France avait signé l'armistice avec l'Allemagne en 1940, il était impossible de signer la capitulation. Je précise que lorsqu'on signe un armistice cela signifie que l'on sort de la guerre. Je pense donc que les américains nous ont fait signer comme témoin, d'une part parce qu'ils nous estiment ( ils n'étaient pas obligé de nous faire signer) et d'autre part parce que le général De Gaulle a dû beaucoup insister. Ce qui m'a beaucoup étonné c'est que le lendemain de la signature de la capitulation du 7 mai 1945, la Russie nous a fait signer son acte de capitulation. Donc à mon avis, soit la Russie ne comprends pas ce qu'est un armistice, soit le général De Gaulle et la Russie étaient complices.

Comment ai-je compris que le général De Gaulle était un escroc ?

J'ai commencé à lire l'article de wikipédia sur charles De Gaulle, et voici ce que le général De Gaulle disait à propos de l'aviation: "Les troupes à terre recevront de l'aviation une aide précieuse quant à leur camouflage. Les fumées épandues sur le sol du haut des airs cachent en quelques minutes de vastes surfaces du sol tandis que le bruit des machines volantes couvre celui des moteurs chenillés". (source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_de_Gaulle). Cela signifie que le général De Gaulle ne comprenait pas par exemple qu'un avion peut servir à transporter des soldats en territoires ennemis ou bien à transporter des bombes pour les lâcher en territoire ennemi. Je rappelle quand même que le général De Gaulle était un militaire professionnel!

Les conséquences de la prise de pouvoir par le général De Gaulle.

Le général De Gaulle était un imbécile et il était incompétent pour gouverner la France. Explications: puisque le général De Gaulle était un imbécile, et par conséquent incompétent pour gouverner la France, toutes les personnes qu'il a nommé aux responsabilités étaient également des incompétents. Toutes les décisions prises par le général De Gaulle, étaient les décisions d'un incompétent. C'est pour cette raison que depuis 1945, tous les présidents de la république passent le plus clair de leur temps à jouer les vedettes devant les micros et les caméras de télévision. Cela fait donc 75 ans qu'il n'y a plus de vrai chef pour diriger la France. 

Un peu de bon sens: Nombreux sont les présidents de la république et les premier ministres à être diplômés de l'Ecole Nationale d'Administration. L'ENA forme des haut fonctionnaires. Si vous réfléchissez deux secondes , vous comprendrez que personne ne peut être formé pour être fonctionnaire, c'est à dire formé pour obéir à un chef, et être le chef. Il faut choisir: soit on est un haut fonctionnaire et on obéit au chef, soit on est le chef. Il me semble évident que la première qualités requise pour être président de la république est l'honnêteté. Or ça m'étonnerait que l'ENA enseigne l'honnêteté à ses élèves.

Ce que je reproche au général De Gaulle.

Je peux comprendre que pendant la première guerre mondiale, monsieur charles De Gaulle ai eu peur car cette guerre était une boucherie. A mon avis il fallait être fou pour ne pas avoir peur de prendre une baïonnette de 30 cms dans le corps. Par contre je reproche à monsieur De Gaulle d'avoir condamné des millions de français à devoir supporter des présidents de la république plus incompétents les uns que les autres, dans le seul objectif d'éviter la cour martiale et donc la mort!

Pour conclure: je sais que certaines personnes connaissaient déjà la vérité. Je veux dire par là que certaines personnes savent depuis de nombreuses années que le général De Gaulle a fait croire à winston Churchill et aux anglais qu'il voulait lire un texte sous le ton de la plaisanterie pour remonter le moral des français. Cela signifie que depuis de nombreuses années, des français font courir d'autres français!


J'invite celles et ceux qui veulent se faire une opinion, à lire le texte de l'appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle.

Le voici :

Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne de l'ennemi.
Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd’hui.
Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !
Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.
Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.
Cette guerre n'est pas limitée au territoire de notre malheureux pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.
Moi, général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.
Quoi qu'il arrive, la Flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la radio de Londres.

source : https://www.gouvernement.fr/partage/8708-l-appel-du-18-juin-du-general-de-gaulle#:~:text=Cette%20guerre%20est%20une%20guerre,par%20une%20force%20m%C3%A9canique%20sup%C3%A9rieure. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch