Francois Bizet
Auteur, chercheur
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juil. 2020

Francois Bizet
Auteur, chercheur
Abonné·e de Mediapart

COLOSSE

Colosse, vingtième livraison.

Francois Bizet
Auteur, chercheur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

XX

La consécution immuable du printemps et de l’été, de l’automne et de l’hiver, n’est plus qu’un souvenir. Et encore. On compte sur les doigts d’une main — deux ou trois ermites centenaires déconnectés, recroquevillés au fond de niches hors d’atteinte, dans les hauteurs du Colosse — les témoins capables de décrire avec des mots choisis les paliers et les passages, les variations sinueuses des températures, la prodigalité de nuances des couleurs, d’évoquer le retour des oiseaux, la déhiscence des cotonniers, ce qu’étaient les premières pluies, les derniers beaux jours ici et là sur la Terre, au temps de sa splendeur : Luis, fils d’Ilya, Lièl, fille d’Ella, Moa, fille d’Elie. Solitaires, chacun un pied dans la tombe, le port noueux d’un arbre sec, ils marmonnent. Ils seront bientôt à peu près inaudibles. Autour d’eux règne un beau fixe étale, une lumière crue et sans partage qui occupe toutes les latitudes ou presque de l’arène. Le rayonnement continu a terrassé l’eau vive des rivières, laissant en lieu et place des lits mineurs une sorte de mue, irrégulièrement écaillée. La plupart des espèces succombent. Les plus prévoyantes, informées par trois cents millions d’années de crises caniculaires et de stress hydrique, se sont déjà mises à l’abri. Neoceratodus forsteri par exemple, ou son alter-ego africain, protopterus aethiopicus. J’allais oublier le cousin d’Amérique, lepidosiren paradoxa. Ces derniers ont creusé à même la vase encore meuble, qu’ils avalaient et excrétaient à mesure, des cavités peu profondes où couler leur corps fusiforme. Ils s’y sont enroulés sur eux-mêmes puis enrobés d’un fourreau de bave écumeuse, dont ils ont le secret. C’est dans cette nuit qu’ils se tiennent, selon la posture annulaire de l’attente. Ils peuvent y survivre jusqu’à plusieurs années pleines en aspirant de l’intérieur l’essentiel de leurs propres muscles, dans l’ignorance relative des événements du dehors car il n’y a guère de bruit qui arrive ici des trépidations de la surface : ni les progrès de l’érosion, ni l’interminable ravalement des arcades de pierre. Rien non plus des cadences en accélération constante des manouvriers, de tous ces journaliers qui à court de matériau, et plus encore de l’énergie nécessaire pour en assurer le transport depuis des sites de prélèvement toujours plus inaccessibles, toujours plus hypothétiques, se rabattent in extremis sur la glaise qui abonde à leurs pieds, durcie par la fournaise ambiante. Ils y découpent des briques de fortune. Ils se les passent de main en main. Ils en colmatent les façades. Aucun chant ne monte de leurs gestes. Ils vont ainsi, portant leur rythme brut, de brèche en brèche au gré des écroulements. Ils sont déjà loin lorsque après des années de déréliction, des nuages prometteurs commencent à affluer au-dessus des régions qu’ils traversèrent, et de leurs premiers chantiers. L’ombre, se réjouit-on alors, revient d’exil. Or, de même que la chaleur était forcément accablante, les pluies charriées par les vents s’annoncent torrentielles. Pas de demi-mesure : le jour et la nuit. Pendant des heures et des heures, les masses d’eau se déversent intensément, uniformément sur tout le territoire, sur les routes, dans les bassins qu’elles remplissent, sur les toitures qu’elles finissent par crever, et sur tous les secteurs fraîchement rebâtis. Après une semaine de ce régime diluvien, les sinistrés regroupés dans des abris provisoires assistent à une étrange parturition : des poissons, de la taille d’une anguille, réveillés de leur léthargie par les vertus du météore, sortent tout armés des murs et s’en vont rejoindre les ruisseaux, puis les fleuves où ils ont depuis toujours leurs habitudes. Le phénomène se reproduit dans quelque direction qu’évolue la horde nuageuse. Il s’est même trouvé des familles qui, à peine délogées, ont vu leur quatre murs s’écouler de tout leur haut en reptations centrifuges, pour finir en mottes, en taupinières. Le déluge finira bien par passer mais la vision est lancinante. Elle poursuit les témoins jusque dans leurs rêves, où elle continue dit-on, et aussi loin qu’ils se sauvent, de les pétrifier.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal
Construire des logements vite et pas cher : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Violences sexuelles : ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal — Afrique(s)
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)

La sélection du Club

Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert
Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Économiser ils disent ? Je le faisais déjà ! »
Cette mère, dont j'accompagne un des enfants en tant qu'éduc’, laisse ostensiblement tomber ses bras. Elle n’en peut plus : le col roulé, les astuces du gouvernement pour économiser l'énergie, c'est une gifle pour elle. « Des trucs auxquels ils ne penseraient pas, de la débrouille pour économiser des centimes, je suis une pro de la pauvreté ! Face à des pros de l'entourloupe...»
par Mouais, le journal dubitatif
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française