Gueule de bois, époque de plomb

Un récent billet fort inspiré* évoquait l’addiction quasi éthylique du médiapartien moyen -une fois de plus, évitons lâchement toute allusion à la médiapartienne moyenne… Contre toute attente LE syndrome a encore frappé !

Je lis déjà d’ici de doctes remontrances sur l’inadéquation médico-sémantique entre addiction et manifestation aiguë DU syndrome. Alors tout d’abord, c’est MON blog, et ensuite je n’ai pas encore commencé à m’expliquer! Tatatin…!!

Depuis le 25 janvier, ivrognes, rugbymen et Gilets jaunes constituent l’essentiel du remarquable thésaurus développé à droite de votre écran. Ne dites pas que ce sont les mêmes, ce ne serait qu’un bon mot dans l’eau puisque je viens de l’y jeter.

Hé bien figurez-vous que depuis peu, chaque lendemain de cui..publication j’ai la gueule de bois carabinée ET mal aux cheveux rescapés!

Or, ma religion m’interdit de boire le samedi et le dimanche. Ou alors, très peu. Donc, un seul diagnostic est crédible : l’empathie exacerbée… non, deux diagnostics : l’empathie exacerbée, et un excès de bavardage saoulant… plutôt, trois diagnostics : l’empathie exacerbée, un excès de bavardage saoulant, et l’absence cette semaine sur Cake News** du concert sabbatique ET de la messe dominicale… quatre… (ça remplit bien, quand on est appointé au feuillet)

The Spanish Inquisition © classicpopclips

Pour l’équipe de France masculine de rugby, nul besoin de s’étendre. Ils s’en chargent très bien eux-mêmes.

Plus complexe est l’analyse de mon rapport aux Gilets jaunes. Cinq participations ponctuelles au mouvement sans prendre de choc sur la calebasse, cela s’apparente tout de même à l’exploit sportif, il n’est pas vain de le souligner. Alors, rémanence sous la tonsure d’une ancienne musique pour percussions policières, cordes de l’âme militante et céleste célesta ? Trop loin, tout ça.

Reste donc l’autre forme de matraquage. Plus insidieuse, et conjointement menée par qui vous saviez depuis longtemps et qui vous découvrez de plus en plus. C’est tout de même étrange : 287.000 manifestants à l’acte 1 sont plus faciles à compter qu’un dixième de ce nombre à l’acte 17. Ou la pièce est trop longue pour la science statistique, dont les compétences auraient régressé à l’orée de 2019, ou une forme de néo-maquignonnage étatique a prédéterminé la diminution de la décrudescence (ça va hein, ô toi contradicteur de prédilection!)

J’en pince rudement pour le deuxième terme de l’alternative. Et d’ores et déjà je balance mon pronostic pour Irlande-France… pardonnez-moi… pour la journée du 16 mars. Soit : "environ" [!!!] 19.753 personnes dans les rues aux quatre coins de l’Hexagone. Ce qui ne fait jamais que deux coins oubliés, et j’en finirai sur la gratifiante satisfaction posthume de ma prof de maths au collège.

Est-ce que quelqu’un aurait deux Doliprane 1000 (estimation préfectorale) à m’avancer, je les lui rendrai…

*Lol Mdp (mort de pouffer)

**je suis très mécontent, mon Baloudemma !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.