“We all live in a yellow submarine”

Au début était le gilet jaune. Objet iconique qu’on crut né de considérations automobiles, il ne pouvait guère rassembler d’emblée mais suscita curiosité et sympathie. Puis vint le chaos... veut-on nous faire entendre trois mois et demi plus tard. Malentendu confortablement entretenu par un pouvoir aux abois, qui éprouve le sentiment fallacieux d’avoir repris la main (voir la presse de ce samedi).

Les leviers de cette manipulation sont tellement outranciers qu’ils crèvent les yeux -sans faire de mauvais jeu de mots. Accessoirement, les vieux manifestant.e.s que sont certain.e.s d’entre nous n’avaient pas vu depuis longtemps une telle rage, de la part des buffles suréquipés chargés du maintien de l’ordre. Quant aux bons petits soldats... à quoi s'attendre pour ce 15ème acte, tentent-ils de prophétiser sans même réaliser que l'essoufflement est leur apanage quotidien. 

Oui mais c’est à cause de la violence extrême du mouvement, calimérise la chorale REMiste. Celle-ci n’est pas constituée que de mainates abrutis, bien entendu. Au contraire, il faut une belle dose de machiavélisme pour arriver à faire passer ce concept dans l’opinion. Qui après tout, n’est jamais que celle qu’on lui prête…

Mais cette cacophonie, dans une évidente volonté de faire porter aux Gilets jaunes tous les maux de l’époque, est cousue de fil grisâtre. Dernière intox du genre : l’antisémitisme. Que de couillonnades entendues ou lues au nom de ce légitime combat! Il y a eu ici assez de billets intelligents pour les démonter comme il convient. J’ajoute seulement une chose : le peuple en l’occurrence accusé de cette tare, le mien, juge insuffisant d’aller clamer, avec toute la suffisance bien-pensante…

"L’antisémitisme ça suffit!"

Ah bon? Vraiment, quelle trouvaille! Après quelques décennies de "Plus jamais ça !" il fallait frapper très fort, n’est-ce pas? Les bonnes consciences soulagées retournent dormir du sommeil du juste (soit H24) ; et ceux et celles qui s’efforcent de vivre décemment, au jour le jour et en bonne entente, doivent supporter des amalgames plus injurieux que la salve très personnalisée d’un non-admirateur de Finkielkraut !!

Tiens, histoire de paraphraser une représentante revendiquée de l’élite : que dire d’un pays où une bande d’intellectuels s’en prennent à un Gilet jaune sous prétexte qu’il est en colère ?

Exemple plus flagrant encore de confusion néocorticale : nous avons droit aussi aux soi-disant "mains de l’extérieur" sur cette contestation sociale. C’est assez fort de café, venant d’acharnés voyant du complotisme tous azimuts!

Leur propos se résume souvent à une crainte ancestrale : le sous-marin est rouge. Pour faire encore plus peur aux tits nenfants, il suffit d'y mêler le brun et le tour est joué.

*et comme souvent, l'école m'ayant quitté tôt, je renvoie à une pensée mieux structurée. Celle dont je continue de m'instruire...

https://blogs.mediapart.fr/michel-lyon/blog/190219/racismes-l-essentialisme-est-une-maladie-de-la-pensee

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.