Le Pen antisémite, en quoi et pourquoi ?

Extrait d'un communiqué de l'AFP (2 avril 2015), à propos d'une interview sur BFM-TV vers 8h 40 du matin :

M. Le Pen, qui est également eurodéputé de son parti, a assuré n'avoir à aucun moment regretté ses déclarations, vieilles de près de trente ans.

Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée: que les chambres à gaz étaient un point de détail de la guerre, à moins d'admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz, a-t-il déclaré sur la radio RMC et la chaîne d'informations en continu BFMTV.

Je les maintiens parce que je crois que c'est la vérité, et que ça ne devrait choquer personne, qu'on a instrumentalisé cette affaire contre moi, a-t-il ajouté, en affirmant avoir parlé d'un système, pas de ses victimes.

Interrogé sur l'horreur des chambre à gaz, il a poursuivi en estimant qu'il s'agissait d'un autre problème. Tout ça est horrible, la guerre est horrible, un éclat d'obus qui vous déchire le ventre, une bombe qui vous décapite, une chambre qui vous asphyxie, c'est assez ignoble a-t-il dit.

 

Le Pen apparaît ici comme un antisémite parce qu'il nie absolument et catégoriquement la spécificié du nazisme et de sa guerre.

Le but de Hitler, lorsqu'il a engagé les hostilités, était en effet l'émergence, aux dépens de la France et de l'URSS principalement, d'un grand Reich faisant la loi sur le continent européen, démesurément étendu vers l'est et "déjudaïsé". Mais les Juifs n'étaient pas accusés seulement d'habiter le sol allemand ou appelé à le devenir. Ils étaient aussi considérés comme un ferment de dissolution de toute civilisation, un corps étranger dans l'espèce humaine et les maîtres d'oeuvre d'un complot contre la nation allemande, destiné à la priver de sa victoire et à instaurer une "domination juive mondiale" qui, en raison du "parasitisme" que Hitler leur prêtait, tuerait à brève échéance l'humanité tout entière.

Le "détail" n'était pas une malheureuse conséquence de cette entreprise, comme la mort des militaires ou des civils lors des combats. Il procédait d'une volonté de meurtre systématique et folle.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.