FRANCOIS MANNEVILLE
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2021

FRANCOIS MANNEVILLE
Abonné·e de Mediapart

Combien de vrais appels à une candidature unique de toute la gauche en 2022 ?

Initiatives vraiment populaires et citoyennes, ou leurres pour endormir, créer un peu plus de division à gauche, et faire émerger un candidat qui sera tout sauf une surprise ? Comment démêler le vrai du faux ?

FRANCOIS MANNEVILLE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout a l'apparence du vrai, du sérieux, de l'indépendant des partis, avec les accents de la jeunesse, du dynamisme, de la citoyenneté responsable.

Mais au delà des apparences, qu'est-ce qui l'est vraiment ?

Médiapart ne devrait-il pas pousser l'investigation sur ce sujet avant qu'il ne soit trop tard ?

Prenons un exemple : l'Appel "2022 (vraiment) en commun".

L'objectif affiché : une candidature commune. Je défie quelqu'un de dire ce qui, dans les documents affichés, permet d'affirmer qu'il s'agit bien d'une candidature "de toute la gauche".

Le processus proposé : 

- récolter 400 000 signatures avant de démarrer, en automne, les choses sérieuses. On en est à environ 45 000 aujourd'hui.

- premier tour de piste à l'automne (début ou fin de l'automne ? Mettons au milieu) : les signataires "parrainent" leur poulain. Sur quelle durée avant les résultats ?

- deuxième tour de piste : vote physique dans 10 000 bureaux de vote à travers toute la France. De la pure folie à tous points de vue.

- En attendant, on propose des pique-nique "populaires" pour se congratuler, discutailler, bref occuper le temps.

Au mieux début 2022, nous arrivons à l'émergence d'une personnalité susceptible d'être candidat unique.

S'il ne s'agit pas d'une personnalité déjà candidate par ailleurs, reconnue et légitimée par ses partisans, qui sera assez fou pour accepter ce challenge à quelques mois de l'échéance ? Et qui sera assez fou pour voter pour quelqu'un qui, trois mois auparavant, ne savait même pas qu'il ou elle pourrait être candidat-te ?

De qui se moque-t'on ?  Tout est fait pour que cela ne marche pas. Et tout ceci avec des moyens considérables Entre autre une floppée de "directeurs opérationnels" aux manettes, qui font "très petit peuple" propres sur eux.

Tout ce cirque pour voir émerger "le" candidat qui est derrière tout cela ? Candidat "naturel", "plébiscité" par avance par la "vox populi" ?

 L'aréopage qui cautionne cette opération : qui sont-ils ? Se sont-ils, eux aussi, laissés berner ? A vérifier.

On va me dire : "La critique est facile. Mais qu'est-ce-que vous faites pour faire bouger les choses ?" J'ai moi-même proposé à l'équipe dirigeante une méthode et un processus simples et directs, permettant d'atteindre l'objectif en trois mois montre en main, à partir des quelques 40 000 signatures déjà présentes à l'époque. Après bien des titillements, quelqu'un de l'équipe a daigné m'entretenir  en monologue durant une demi-heure par téléphone. En résumé : "Ton idée est géniale. La seule façon de la faire fructifier, c'est de l'abandonner et de te couler dans notre processus. Nous payons très cher un prestataire pour notre processus. Si nous dévions d'un pouce de ce qui est prévu, cela coûtera encore plus cher". Ah ??? Même si l'on sait pertinemment que cela conduit à une impasse ?

Pour quoi et pour qui roulent-ils ?

Qu'en est-il des autres appels du même style qui convergent ? 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin