FRANCOIS MANNEVILLE
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2021

Combien de vrais appels à une candidature unique de toute la gauche en 2022 ?

Initiatives vraiment populaires et citoyennes, ou leurres pour endormir, créer un peu plus de division à gauche, et faire émerger un candidat qui sera tout sauf une surprise ? Comment démêler le vrai du faux ?

FRANCOIS MANNEVILLE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tout a l'apparence du vrai, du sérieux, de l'indépendant des partis, avec les accents de la jeunesse, du dynamisme, de la citoyenneté responsable.

Mais au delà des apparences, qu'est-ce qui l'est vraiment ?

Médiapart ne devrait-il pas pousser l'investigation sur ce sujet avant qu'il ne soit trop tard ?

Prenons un exemple : l'Appel "2022 (vraiment) en commun".

L'objectif affiché : une candidature commune. Je défie quelqu'un de dire ce qui, dans les documents affichés, permet d'affirmer qu'il s'agit bien d'une candidature "de toute la gauche".

Le processus proposé : 

- récolter 400 000 signatures avant de démarrer, en automne, les choses sérieuses. On en est à environ 45 000 aujourd'hui.

- premier tour de piste à l'automne (début ou fin de l'automne ? Mettons au milieu) : les signataires "parrainent" leur poulain. Sur quelle durée avant les résultats ?

- deuxième tour de piste : vote physique dans 10 000 bureaux de vote à travers toute la France. De la pure folie à tous points de vue.

- En attendant, on propose des pique-nique "populaires" pour se congratuler, discutailler, bref occuper le temps.

Au mieux début 2022, nous arrivons à l'émergence d'une personnalité susceptible d'être candidat unique.

S'il ne s'agit pas d'une personnalité déjà candidate par ailleurs, reconnue et légitimée par ses partisans, qui sera assez fou pour accepter ce challenge à quelques mois de l'échéance ? Et qui sera assez fou pour voter pour quelqu'un qui, trois mois auparavant, ne savait même pas qu'il ou elle pourrait être candidat-te ?

De qui se moque-t'on ?  Tout est fait pour que cela ne marche pas. Et tout ceci avec des moyens considérables Entre autre une floppée de "directeurs opérationnels" aux manettes, qui font "très petit peuple" propres sur eux.

Tout ce cirque pour voir émerger "le" candidat qui est derrière tout cela ? Candidat "naturel", "plébiscité" par avance par la "vox populi" ?

 L'aréopage qui cautionne cette opération : qui sont-ils ? Se sont-ils, eux aussi, laissés berner ? A vérifier.

On va me dire : "La critique est facile. Mais qu'est-ce-que vous faites pour faire bouger les choses ?" J'ai moi-même proposé à l'équipe dirigeante une méthode et un processus simples et directs, permettant d'atteindre l'objectif en trois mois montre en main, à partir des quelques 40 000 signatures déjà présentes à l'époque. Après bien des titillements, quelqu'un de l'équipe a daigné m'entretenir  en monologue durant une demi-heure par téléphone. En résumé : "Ton idée est géniale. La seule façon de la faire fructifier, c'est de l'abandonner et de te couler dans notre processus. Nous payons très cher un prestataire pour notre processus. Si nous dévions d'un pouce de ce qui est prévu, cela coûtera encore plus cher". Ah ??? Même si l'on sait pertinemment que cela conduit à une impasse ?

Pour quoi et pour qui roulent-ils ?

Qu'en est-il des autres appels du même style qui convergent ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau