L’agression au couteau à Morges, en Suisse, est la hantise de nos démocraties

Il est trop tôt pour attribuer cette tragédie à un acte déséquilibré ou à une action djihadiste. Ce n’est pas sans rappeler l’an dernier où un djihadiste d’origine turc condamné et fiché avait échappé à la surveillance policière dont il faisait l’objet pour poignarder à mort un jeune homme installé sur une terrasse de la gare de Morges.

 © François Meylan © François Meylan
Lundi, vers 18 h, à la gare de Morges (VD) - petite ville suisse de quinze mille âmes, des coups de feux ont retentis sur le quai no 4 de la gare ferroviaire. Les riverains ont entendu d’abord deux coups de feu et ensuite un autre.   Avant qu’un individu s’écroule devant plusieurs policiers en uniforme qui le tenaient encore en joue. Peu avant, les forces de l’ordre étaient alertée qu’un individu au comportement agité et anormal déambulait sur le quai. Des témoins rapportent également que l’homme en question aurait prié avant l’arrivée de deux patrouilles de police. C’est lors de la prise de contact avec les gardiens de la paix que le suspect aurait brandit un couteau. Sur une vidéo prise en hauteur par un usager du quartier de la gare on peut apercevoir l’individu courir après deux policiers. Cette vidéo qui circulait sur les réseaux sociaux à l’heure où sont écrites ces liges se trouve sur le portail du journal gratuit « 20 Minutes ». 
Police scientifique à l’œuvre encore quatre heures après le drame © François Meylan Police scientifique à l’œuvre encore quatre heures après le drame © François Meylan
Donc, il appert que le suspect ait été mortellement neutralisé lors d’un tir au pistolet de légitime défense après un voir deux coups de sommation. L’agresseur, un homme la trentaine domicilié dans le canton de Zürich, a succombé à ses blessures malgré les massages cardiaques aussitôt prodigués par les policiers. Le tout est visible sur la fameuse vídeo - qui vaut son pesant d’or et qui semble être à la faveur des agents de la paix - et a été confirmé par un communiqué de police. 

Il est probablement trop tôt pour attribuer cette tragédie à un acte déséquilibré et isolé ou à une action djihadiste préméditée. Toutefois, ce n’est pas sans rappeler que l’an dernier un djihadiste d’origine turc déjà condamné et fiché comme dangereux avait échappé à la surveillance dont il faisait l’objet pour aller poignarder à mort un jeune client d’un restaurant de la gare de Morges. La victime ayant eu la malchance de se trouver en terrasse à ce moment. Ces agressions « gratuites » à l’issue chaque fois fatale ne sont pas sans rappeler celles bien trop nombreuses qui se produisent régulièrement en France voisine. Elles nous rappellent aussi que les terroristes de Paris en 2015 et de Bruxelles en 2016 avaient profité des flux de réfugiés pour s’installer et se consolider sur le territoire européen. L’actuelle géopolitique au Moyen-Orient aura vite fait de mettre nos forces de l’ordre sous tension. Les attaques au couteau dans le public au nom d’une idéologie ou comme acte désespéré sont un vrai sujet. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.