François MUNIER
Voyageur, en rêve et en réalité.
Abonné·e de Mediapart

286 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 févr. 2017

Violences policières : la LICRA est-elle crédible ?

Comment être crédible si on dénonce (faiblement) les violences policières après avoir dénoncé ceux qui les dénoncent.

François MUNIER
Voyageur, en rêve et en réalité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La LICRA était au nombre des 5 associations antiracistes (4 "universalistes" et 1 "communautariste") reçues par Bernard Cazeneuve le lundi 13 février 2017. Mais elle n'a pas signé le communiqué commun rédigé par les 4 autres et n'appelle pas à manifester le samedi 18 février.

Retour en arrière :

En décembre 2016, elle écrit dans le numéro de son mensuel consacré aux "pseudo-antiracistes" (page 27) :

1 èreÉTAPE : L’APPÂT

On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Il faut donc faire envie, séduire, et faire venir à soi en partant du réel. Adama Traoré (1) n’était pas encore autopsié qu’il s’agissait de dénoncer, confortablement installé derrière son ordinateur et sans avoir accès au dossier, le racisme d’Etat.

Malheureusement, le temps du web n’est pas celui de la vérification, et toute vérité proclamée sur les réseaux est vite portée sur les fonts baptismaux de l’authenticité et supporte mal la contestation. Autant en emporte Twitter.

Adama Traoré est mort le 19 juillet dernier, le jour de son 24e anniversaire, dans la cour de la brigade de gendarmerie de Persan (Val-d’Oise). Depuis, sa famille ne cesse de réclamer la « vérité » , estimant que son décès à la suite de son interpellation par les gendarmes à Beaumont-sur-Oise est une « bavure ».

Sa mort, dans des circonstances qui restent encore inexpliquées (souligné par moi), a provoqué plusieurs nuits d’émeute dans le secteur.

Pas un seul instant, il n'est venu à l'idée de la LICRA que si un jeune homme en bonne santé décède dans les locaux de la gendarmerie, la famille et les amis peuvent légitimement se poser des questions.

D'autant plus que la liste est longue des jeunes et moins jeunes morts dans des circonstances identiques.

Et cet article de la LICRA est publié en décembre 2016. Admettons qu'il ait été rédigé en novembre, quatre mois après les faits. On en savait déjà assez sur les omissions, mensonges des mis en cause dans cette affaire: en septembre 2016, la presse fait écho au témoignage accablant d'un sapeur-pompier. Le 30 juillet 2016, on avait déjà appris que trois gendarmes s'étaient assis sur lui pour le maintenir au sol.

Alors, M. Nivet, pourquoi n'en parlez-vous pas ? Les réseaux sociaux ont eu raison de poser les bonnes questions, et vous avez eu tort de citer cet exemple, car il démontre surtout que vous avez fait un procès d'intention. Et on pourrait vous en faire un en retour.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart