François MUNIER
Voyageur, en rêve et en réalité.
Abonné·e de Mediapart

286 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 juil. 2014

Quand le MRAP exigeait la dissolution de la LDJ

Rappel : la LDJ (Ligue de défense juive) est un groupement de fait, sans personnalité juridique, lié aux secteurs les plus radicaux de l'extrême-droite israélienne (et française). Elle se réclame du mouvement fondé par le rabbin Kahana, la branche américaine de ce mouvement est classée comme terroriste aux États-Unis, la branche israélienne (Kach) est officiellement interdite.

François MUNIER
Voyageur, en rêve et en réalité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rappel : la LDJ (Ligue de défense juive) est un groupement de fait, sans personnalité juridique, lié aux secteurs les plus radicaux de l'extrême-droite israélienne (et française). Elle se réclame du mouvement fondé par le rabbin Kahana, la branche américaine de ce mouvement est classée comme terroriste aux États-Unis, la branche israélienne (Kach) est officiellement interdite.

Curieusement, aucune action sérieuse n'a jamais été tentée par les autorités françaises contre cette organisation et ses membres.

Le MRAP a plusieurs fois demandé l'interdiction de la LDJ :

Le 13 janvier 2009, après une agression à la sortie du lycée Janson de Sailly à Paris

Le 6 juillet 2009, après diverses exactions

Le 9 juillet 2009, après une agression contre la librairie "Résistances"

Le 17 juin 2011, à la suite de menaces contre des militants de la cause palestinienne.

Le 10 juillet 2012, après diverses exactions (non mentionnées)

Le MRAP réitère sa demande faite au gouvernement français le 8 avril 2002 de dissoudre la dite “Ligue de Défense Juive”, à la suite de quatre agressions du siège national du MRAP, de ceux de la Fondation Danielle Mitterrand, de la CIMADE et du CICP, de violences à Orly contre des militants pacifistes et de menaces de mort contre le président de l’Union juive française pour la paix.

Le 26 octobre 2012, après une agression contre Houria Bouteldja, militante du Parti des Indigènes de la République.

Depuis, plus de communiqués, bien que la LDJ ait continué à agir impunément. Le 13 juillet 2014, elle a monté avec une provocation contre une manifestation à Paris pour la défense des droits des Palestiniens.

Elle a participé à une bataille de rue, qui a conduit le gouvernement Valls à interdire des manifestations de solidarité avec la Palestine.

Cette provocation, l'impunité de la LDJ, l'interdiction de manifestations de solidarité ont été condamnées par de nombreuses organisations, comme la LDH.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel