Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

148 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2018

Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Refugees Welcome - L'UE doit créer des mesures incitatives pour les communes

Quand on le veut, on le peut. Accueillir des réfugiés c'est possible, il faut tout simplement trouver de nouvelles voies. L'Union européenne qui dispose de fonds peut convaincre les communes européennes par des mesures d'incitations financières pour l'accueil des réfugiés, ce qui renforcerait la cohésion européenne.

Francoise Diehlmann
Germaniste, traduis, blogue sur l'Allemagne, également sur la France, l'Europe, le monde, membre du Comité directeur de l'Union des Fédéralistes Européens - France, Ecolo cohn-bendiste, Refugees Welcome, combats les nationalismes et régimes totalitaires, pour la reconnaissance de l'Etat de Palestine, défense des droits humains
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les forces populistes surfent sur une soi-disant « invasion migratoire » qui n’a pas lieu, vu que l’arrivée de migrants est de nouveau au seuil de celui de 2012. Des pays se replient comme ceux du groupe Visegrad notamment la Pologne et la Hongrie qui ont des gouvernements nationalistes. La France, malgré sa tradition de terre d’asile, fait preuve d’une grande frilosité. En s’accrochant aux accords de Dublin II qui stipulent que l'État membre responsable sera l'État par lequel le demandeur d'asile a premièrement fait son entrée dans l'UE, elle est restée quasiment sourde aux appels à l’aide de l’ancien Premier ministre italien, Matteo Renzi et refuse aujourd'hui d’accueillir une centaine de migrants se trouvant sur l’Aquarius. L’Allemagne, quant à elle, a bravé les Accords de Dublin II en accueillant le nombre de réfugiés que nous savons, nous rendant de fait notre dignité. Elle fait face aujourd’hui à de grands défis.  

Tout ceci montre qu’à l’échelon des chefs d’Etat et de Gouvernement européens, la répartition équitable des migrants a échoué. Des voix se sont fait entendre pour punir les Etats du groupe de Visegrad qui refusent d'accueillir les réfugiés en ne leur versant pas les fonds structurels de l'UE. Depuis, le résultat des élections italiennes qui a débouché sur un gouvernement anti-migrant nous plonge dans une impasse.

Et pourtant l’UE pourrait faire beaucoup et faire taire ceux qui pour un rien disent : « c’est la faute à Bruxelles ». Pour ce, il est nécessaire de reconsidérer les choses radicalement et trouver des idées moins conventionnelles qui permettent de sortir de cette situation de blocage. Des idées il y en a, une parmi d'autres émerge particulièrement émise par Dany Cohn-Bendit d’une part, Gesine Schwan, professeur en sciences politiques qui a été candidate pour le SPD, le parti social-démocrate d’Allemagne pour la présidence de la République et Maria Joao Rodrigues, ancienne ministre du travail du Portugal, à savoir la mise en place d’une agence européenne pour les réfugiés.

En effet, dans le cadre du nouveau budget, il suffit à l’Union européenne de créer sous la forme d’une agence européenne pour les réfugiés, un fonds d’insertion et de développement pour les municipalités. Toute commune pourrait demander des fonds à l’Union européenne. Les conditions seraient les suivantes : la volonté pour les communes d’accueillir des réfugiés, en associant les entreprises et les associations, de sorte que l'accueil des réfugiés soit bien ancré dans la vie de la commune. Via l'agence européenne pour les réfugiés, les communes recevraient le soutien financier nécessaire, et - ce qui est important - le montant serait doublé pour des projets à l'échelon de la commune qui profiteraient à l'ensemble des habitant*e*s. 

Il existe déjà des municipalités dans beaucoup d'endroits en Europe, également dans les Etats du groupe de Visegrad, dont les maires se sont déjà déclarés prêts à accueillir des réfugiés. Les gouvernements nationaux devraient simplement s'engager à garantir des titres de séjour pour les réfugiés. Ceci motiverait les communes à accueillir les réfugiés. On ne parlerait plus de punition qui ne provoque que le rejet de l'Union européenne, mais d'aide européenne qui serait versée aux communes. La ville de Wroclaw en Pologne se déclare volontaire pour accueillir des réfugiés. En Espagne, un réseau de villes s'est constituée à l'initiative de la maire de Barcelone. 

Cela vaut le coup d'essayer, pour une politique humaine en direction des réfugiés et pour la cohésion de l'Europe. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin