Frankie Lopez
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juin 2018

Soutien aux deux enseignants-chercheurs qui viennent d’être sanctionnés

Depuis de nombreuses semaines l’opposition à la loi ORE d’une partie des étudiants et du personnel de nombre d’universités en France a produit des tensions et des conflits plus ou moins exacerbés. Un pas supplémentaire vient d’être franchi à l’université de Nantes où deux enseignants-chercheurs mobilisés contre la réforme viennent d’être sanctionnés.

Frankie Lopez
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les faits : Le vendredi 18 mai 2018 devaient se tenir des examens qui n'avaient pas été annulés ou reportés en « distanciel » par la présidence de l'université de Nantes. Lors d’un de ces examens, les cartes d’étudiants ont été retenues et il a été annoncé que l’identité de celle et ceux qui auraient décidé de boycotter l’examen serait relevée. Deux enseignants-chercheurs mobilisés ont été prévenus de la situation et se sont rendus sur place pour constater les faits et tenter d’apaiser la colère étudiante qui montait. A leur arrivée, les étudiants appelaient massivement au boycott dans la salle et chantaient des slogans. L'épreuve a été annulée. Les étudiants se sont ensuite regroupés à la sortie afin d’exprimer leur opposition et réclamer des explications. Les personnels organisant l’examen ont refusé de répondre aux questions et se sont rendus devant le « Pôle étudiant », entourés d’une foule bruyante d’étudiants très mécontents. Les deux collègues ont très vite pris la mesure du stress et de l'exposition des personnels administratifs à un danger potentiel, d’autant qu’une vingtaine d’agents de la Compagnie départementale d’intervention (CDI) venait d’arriver sur les lieux, matricules dissimulés, équipés de boucliers et de matraques… Ils se sont interposés entre les étudiants et le personnel administratif afin de calmer les esprits et les ardeurs étudiantes, d’obtenir le départ de la CDI et d’éviter que la situation ne dérape. Ce qu’ils ont réussi à obtenir au prix de nombreux efforts dans la confusion générale des mouvements de foule et face à des administratifs en état de choc, non préparés à vivre une telle situation. Quelques jours plus tard, la présidence de l’université de Nantes 1) déclarait à la presse dans la même interview que les faits reprochés aux collègues n’étaient pas établis et en même temps accusait les deux enseignants-chercheurs d'avoir agressé le personnel administratif, 2) décidait de convoquer les deux enseignants-chercheurs devant la section disciplinaire et de mettre à pied l’un d’entre eux suite aux événements survenus le vendredi 18 mai au Pôle Étudiant.

Sans préjuger des résultats de l’enquête qui visera à établir les faits reprochés à nos deux collègues très atteints par cette décision et en grande souffrance, il convient de souligner trois choses :

1- Nous savons concrètement que dans les universités les personnels (BIATSS comme EC) qui sont favorables ou défavorables à la loi ORE font tous les efforts possibles sur le terrain pour pacifier le conflit et trouver des solutions alternatives pour la tenue des examens, des jurys et pour assurer la continuité du service public d’enseignement et de recherche. De ce point de vue, il est regrettable qu’un échange de points de vue et un débat contradictoire entre personnels de la même communauté n’aient pas été envisagés par la présidence de l’université de Nantes.

2- L’université est un lieu de débat où s’expérimente la libre pensée, la contradiction, l’échange des idées et où se développe l’esprit critique. On ne règle pas un désaccord et un conflit par l'exclusion et les sanctions disciplinaires.

3-Ce qui vient de se passer à l’université de Nantes n’est pas seulement une affaire locale, mais il a aussi une portée nationale. Il témoigne de l'application à marche forcée de la loi ORE dans les universités, au mépris d'une large partie de la communauté universitaire et du recours aux intimidations de différentes sortes, parfois aux interventions policières violentes vis-à-vis des étudiants mobilisés. Qu’un enseignant chercheur reconnu, directeur de publication d'une revue, président d’une Société savante, puisse être suspendu de toute activités professionnelles jusqu'au 1er octobre 2018 pour s’être opposé notoirement et activement à la loi ORE manifeste qu’un degré supplémentaire vient d’être franchi dans la répression et l’intimidation des personnels mobilisés. Ce qui vient de se passer à Nantes pourrait très bien se réaliser sur d’autres campus si nous n’y prenons garde.

Lorsque l’on est menacé, on a tendance à se protéger et à se fermer, voire à se radicaliser ; mais on peut aussi répondre par l’ouverture, la solidarité et le dialogue. Le contexte des réformes et des transformations des institutions d'enseignement supérieur et de recherche que l’on connaît depuis des années ne nous y incite pas. Et pourtant, nous pensons que c’est la meilleure solution, fidèle en cela à l’esprit qui souffle dans les institutions d’enseignement et de recherche. Pour toutes ces raisons, nous affirmons notre solidarité et notre soutien à nos deux collègues nantais et nous demandons à la présidence de l’université de Nantes de rétablir le dialogue et d’apporter une réponse juste et mesurée aux accusations portées à l’’encontre de ces collègues, en attendant les résultats de l’enquête et l’établissement des faits.

https://www.change.org/p/olivier-laboux-soutien-%C3%A0-deux-enseignants-chercheurs-nantais-mobilis%C3%A9s-contre-la-r%C3%A9forme-ore-sanctionn%C3%A9s?utm_medium=email&utm_source=petition_signer_receipt&utm_campaign=triggered&share_context=signature_receipt&recruiter=880208231&j=342820&sfmc_sub=850028528&l=32_HTML&u=61270863&mid=7233052&jb=189917

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE