La Conférence de Presse Cynique et Hypocrite du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly

Hier jeudi 21 mars 2019, Amadou Gon Coulibaly, le Premier Ministre d'Alassane Ouattara, était devant la presse ivoirienne. IL a alors délivré un monument d'hypocrisie et de cynisme politiques qu'il importe de relever, autant sur les questions sociales, économiques, politiques et sécuritaires pendantes en Côte d'Ivoire. Voyons!

 

De l'intervention du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly le 21 mars 2019 devant la presse ivoirienne, il est aisé de retenir ceci:

1) Sur le plan économique, Amadou Gon Coulibaly prétend que la Côte d'Ivoire ne s'est jamais aussi bien portée. Mais en réalité, il avoue par ailleurs qu'elle se surendette sur le marché financier international et sous-régional. Comment un pays incapable d'avoir un budget à l'équilibre sans son surendettement continu peut-il prétendre bien se porter économiquement? Comment expliquer les taux de chômage et de pauvreté toujours aussi alarmants en Côte d'Ivoire qu'au moment de la prise du pouvoir par Alassane Ouattara? la croissance pauvre, Chef d'oeuvre inédit du technocrate venu du FMI, s'avère être le summum de l'inconséquence qu'il continue de servir au peuple désabusé de Côte d'Ivoire, plus que jamais confronté à la cherté de la vie, pendant que les conflits d'intérêts dans la gouvernance économique du pays deviennent légion.

2) Sur le plan social, Amadou Gon Coulibaly jure ses grands dieux que nous sommes dans le meilleur des mondes possibles en Côte d'Ivoire. Mais comment expliquer que du primaire à l'université, le système éducatif ivoirien soit bloqué depuis de nombreuses semaines voire mois, avec de nombreux enseignants et étudiants croupissant illégitimement et illégalement en prison? Comment expliquer que les conditions de vie et de travail dans les hôpitaux du pays ne cessent d'être décriées après près de huit ans de pouvoir Ouattara, alors que lorsqu'il avait égréné ses très magiques Adosolutions, Ouattara prétendait qu'en cinq ans, il résoudrait tous les problèmes majeurs du pays?

3) Sur le plan politique , Amadou Gon Coulibaly a semblé donner l'impression de jouer la carte de l'apaisement, en prétendant que le leader actuel de l'Opposition, Guillaume Kigbafori Soro, est un jeune frère contre lequel il ne voit aucune nécessité de s'acharner. On donnerait le bon Dieu sans confession aux propos angéliques du natif de Korhogo! Mais à côté de ce voeu pieu, comment ignorer que c'est le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly qui est le plus grand épurateur de soroistes dans le gouvernement, l'armée, les administrations, les sociétés publiques et parapubliques de Côte d'Ivoire? Comment ignorer que les violences les plus arbitraires perpétrées par le régime RHDP d'Alassane Ouattara contre les partisans ou militants engagés pour Guillaume Soro ont été le fait de l'administration Gon Coulibaly? Ne sont-ce pas les proches RDR de Gon Coulibaly qui ont assassiné le jeune Soro Kognon le 7 juillet 2018 à Korhogo et juré que le RACI du député Soro kanigui ne s'implanterait jamais dans le Nord du pays? N'est-ce pas le même Clan qui a organisé depuis 2017 les arrestations et enlèvements de proches de Guillaume Soro, tels un Koné Kamaraté Souleymane et un Alain Michel Lobognon? Et les nombreux plans d'assassinat élaborés par les sécurocrates du régime contre Guillaume Soro ne sont-ils pas à mettre au compteur haineux d'Amadou Gon Coulibaly?  N'est-ce pas le même gouvernement Gon qui est responsable du blocage et des atermoiements de la réforme indispensable de la Commission Electorale Indépendante (CEI) au mépris des recommandations pertinentes de la Cour Africaine des Droits de l'Homme datant du 18 novembre 2016, soit bientôt 3 ans pleins hors la loi? Et que dire des velléités de violation par le Président Alassane Ouattara de la clause de limitation de mandats présidentiels prévue par les articles 55 et 183 de la Constitution? Amadou Gon Coulibaly a été léger et superficiel sur toutes les questions politiques essentielles.

4) Sur le plan sécuritaire, Amadou Gon Coulibaly n'a pas été capable d'assumer la dérive militariste en cours sous sa primature. Interrogé sur la réactivation observée des milices dozos à travers le Nord du pays, le Premier Ministre a été assez lâche pour refiler le dossier au ministre de l'Intérieur, Issa Diakité, qui n'en fera pas plus. La création de milices parallèles dans l'armée, sous le contrôle direct de la Présidence de la République, mais aussi les nombreux achats d'armes lourdes par l'exécutif ivoirien ces derniers mois et semaines, n'ont pas davantage été l'objet du moindre début de justification. Le gouvernement Gon Coulibaly préparerait-il une guerre civile contre le Peuple de Côte d'Ivoire, sans oser la déclarer formellement? la fébrilité sécuritaire de l'autocrate Alassane Ouattara n'est plus aujourd'hui à démontrer.

 

Au total, c'est un Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, toujours aussi bien engoncé dans ses très répétitifs "DONC", mais surtout bien en-deça des attentes du Peuple de Côte d'Ivoire qu'il nous a été donné d'écouter et de voir lors de cette conférence de presse du jeudi 21 mars 2019 à Abidjan. A la tête d'un véritable bateau ivre, le Chef du gouvernement ivoirien pilote désormais à vue l'administration nationale, vers un cap inconnu. L'urgence de la relève politique ivoirienne, concentrée désormais dans le Leadership du Comité Politique de Guillaume Kigbafori Soro, ne s'en fait dès lors que plus ressentir.

 

Le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, en grande difficulté Le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, en grande difficulté

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.