Un peu de philo

Raphaël Enthoven "philosophe", 11/12/2018 :

"A tous ceux qui s'affolent et voient dans cette vidéo le signe d'une décadence, on peut rappeler que toutes les époques ont eu leur jeunesse. Et que toutes les jeunesses sont devenues des conservatismes. On ne devient pas un vieux croûton sans avoir été un jeune connard.

J'appelle connard celui qui s'agenouille sans qu'on l'y contraigne. Et qui prend ça pour de la subversion, alors qu'il offre l'image d'une servitude volontaire."

Raphaël Enthoven "philosophe", 12/12/2018 :

"Bonjour à tous, et d’abord des regrets…

Je n’aurais jamais dû employer le terme « connards » pour décrire les lycéens qui s’agenouillent « en solidarité » avec ceux de Mantes-La-Jolie.

Car le mot est faible.

Et n’étant pas là pour plaire, il m’importe de dire pourquoi.

En fait, le vocabulaire manque d’un mot pour désigner les révolutionnaires démunis qui cherchent une cause dans la lutte contre l’Etat où ils se trouvent - c’est-à-dire, malheureusement pour eux, la République, et non la dictature dont ils rêvent.

On pourrait les appeler des singes, car ils singent de vrais résistants que la milice ou la gestapo mettaient à genoux (avant de les abattre), ou les antiracistes intrépides qui, dans les années 60, se faisaient parfois lyncher pour s’être inclinés en signe de résistance.

(…)

On pourrait les appeler des clowns tristes, puisqu’ils ne cherchent qu’à se faire plaindre, et à passer (en ligne) pour les victimes d’un système qui leur offre (imparfaitement) l’éducation, la santé, la sécurité et la liberté.

Ou des morveux – ce qui aurait le triple avantage d’en dire à la fois l’âge, l’âge mental et le contenu des pensées. (pardon, c'était plus fort que moi).

(…)

Mais pour qui se prennent ces adolescents qui aimeraient pouvoir raconter le soir que la police les a, eux aussi, humiliés ? Mesurent-ils le crachat qu’ils adressent aux rares dont c’est vraiment le cas ?

(…)

J’ai trop de respect pour vous, jeunes gens, pour ne pas vous dire ce que je pense de vous. Et j’ai trop de respect à MON égard pour vous flatter, et feindre de vous prendre au sérieux quad vous faites n’importe quoi.

(…)

La jeunesse n’est pas une excuse. Les conditions de vie non plus. Croire que la France est une dictature, faire comme si c’était le cas, et s’agenouiller sans qu’on vous le demande dans un pays de libertés, je n’y peux rien, c’est un truc d’enfants gâtés.

18-12-13-enthoven

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.