DU REPENTIR ET DES EXCUSES COMME S'IL EN PLEUVAIT

Le rapport Duclert met les réseaux sociaux en émoi.

 Deux points doivent retenir toute notre attention : il faut impérativement lancer la débaptisation des immeubles publics et un vaste chantier de repentir assorti d'excuses.

Pour ce qui est du nom de la BnF-site François Mitterand, exigeons qu'elle soit débaptisée sur le champ. Ouvrons également une enquête sur Georges Pompidou, il doit bien y avoir quelque chose à lui reprocher, donc le Centre Pompidou : couic ! Quant à l'aéroport international Charles De Gaulle et la place du même nom à Paris, les nostalgiques de Pétain, les anciens de l'OAS et la firme de Montretout ne verront certainement aucun inconvénient à ce qu'on rebaptise tout cela au pas de charge.

 Le boulanger et le boucher qui tiennent boutique au bout de la rue dans laquelle habite Hubert Védrine ont également quelques comptes à rendre : ils ont vendu pain, croissants, filet mignon et saucissons à l'ail à l'ancien secrétaire général de l'Elysée.

Le coiffeur de Saint-Jean-de-Luz qui lui coupait les cheveux bénéficiera de notre indulgence car il nous a confié l'avoir fait à contrecoeur et même avoir parfois avoir salopé le travail par quelques coups de tondeuse intempestifs.

Si excuses il doit y avoir, cela doit être bien ordonné et ne pas partir dans tous les sens. Les destinataires des différentes excuses doivent être clairement identifiés et désignés.

Si le journaliste Fabrice Arfi se met à envoyer des excuses à Hubert Védrine et si le général Lafourcade, ne voulant pas être en reste, venait à s'amuser à présenter des excuses au capitaine devenu lieutenant-colonel, Guillaume Ancel, qui pourrait demander raisonnablement à l'ancien président de la mission parlementaire sur le Rwanda, Paul Quilès, qui lui-même cherche à se faire oublier, et au capitaine Barril (dont on ne parle pas assez à mon goût) d'animer une émission sur la question sur France Culture alors que cette dernière a pris pendant un court instant parti, selon certains dires, contre la vaccination des moins de 10an s et des plus de 92 ans, tout en refusant de présenter des excuses aux tutsis pour avoir donner la parole à Védrine. Vous me suivez ? 

Une sorte de règlement intérieur simple pourrait être fixé pour que tout le monde s'y retrouve :

  • Les excuses ne peuvent être présentées que du mardi au vendredi inclus, entre 10 heures du matin et 16 h 30 avec une pause déjeuner de vingt minutes fixée d'un commun accord par ceux qui présentent des excuses et les heureux récipiendaires.

  • Ceux qui présentent des excuses se tiendront sur une ligne à droite de la tribune qui leur fait face et les récipiendaires sur une autre à gauche. La distanciation sociale habituelle augmentée d'un mètre sera respectée et le port du masque obligatoire.

  • Les excuses seront présentées à haute et surtout intelligible voix et répétées à deux reprises en des termes identiques.

  • Les récipiendaires signifieront leur acceptation des excuses par un hochement de tête de haut en bas, puis baisseront la tête en fixant le bout de leurs souliers pendant quinze secondes, puis il relèveront la tête et émettront le signal sonore de leur choix pour signifier qu'ils ont bien compris. Aucune réclamation ne pourra être acceptée après le cérémonial de repentance ainsi organisé.

  • La cérémonie sera placée sous le haut patronage d'un aéropage d'internautes de dix sept membres tirés au sort parmi les intervenants les plus assidus des réseaux sociaux.

  • Les spécialistes des réseaux sociaux n'étant que rarement des gens qui savent réellement de quoi ils parlent, il convient de leur faciliter la tâche et encore plus de ne pas la leur compliquer par une mauvaise organisation ou des manquements répétés au règlement intérieur.

  • Les excuses sont obligatoirement adressées face à face sans possibilité de faire croiser les excuses, ce qui créerait une confusion telle qu'on ne pourrait ni clairement identifier les deux interlocuteurs, ni savoir qui à accepté quelles excuses de la part de qui et encore moins qui a compris quoi que ce soit.

Dernière minute :

Alain Juppé étant ministre des affaires étrangères pendant le génocide et estimant que la France n'en avait pas fait assez alors que d'autres pensent qu'elle en a fait trop, devrait s'expliquer davantage.

 Allez hop ! On trouvera également une place pour Alain Juppé à la CPI et dans la ribambelle de ceux qui sont tenus à faire des excuses !

 Vous avez jusqu'à 18 heures pour proposer d'autres noms. Après 18 heures, on ferme !

A l'instant:

On me signale qu'un internaute vient de faire monter Christiane Taubira dans la charette

 



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.