LES CONVERGENCES OBJECTIVES

Le leader de la France insoumise estime que Marine Le Pen essaie de le "mettre dans l'embarras". Elle avait une fois de plus souligné les convergences entre sa secte et celle de Mélenchon.

 

Les convergences objectives entre les extrêmes ne sont pas une simple vue de l’esprit ou un commentaire malveillant. C’est de l’alliance Rouge-Brun sur fond de misère, de chômage, d'opportunisme et de pertes de repères politiques qu’il est question. La FI et le RN sont dans la convergence car ils chassent sur les même terres le même électorat ravalé au rang de gibier. Les uns comme les autres ont besoin de la pauvreté et du chaos pour prospérer et tenter de devenir majoritaires dans des élections législatives qu’ils appellent de leurs vœux et qu'ils rêvent de provoquer. FI et RN sont dans la surenchère permanente, dans la flatterie sans retenue d’une clientèle potentielle, pour mieux la  séduire. Jean Luc Mélenchon comme Marine Le Pen savent qu'ils sont dans un  total isolement et congénitalement incapables de construire la moindre alliance durable pour constituer une majorité à même de gouverner. Dans cette perspective, ils se savent condamnés à s’entendre un jour et l’enjeu des pseudo-polémiques qu’ils entretiennent, toujours à fleurets mouchetés, est de savoir qui sera le mieux placé pour imposer ses vues à l’autre le moment venu. C’est à ce jeu qu’ils jouent une fois de plus :   la reprise mot pour mot par le RN du slogan " faire des élections européennes un référendum anti-Macron "  que Mélenchon avait lancé l'année dernière.  Nos amis italiens ont connu cette situation et en vivent douloureusement les conséquences aujourd’hui.

Jean Luc Mélenchon n’a besoin de personne pour se tirer régulièrement une balle dans le pied encore moins pour se mettre dans l’embarras : il le fait très bien lui-même. Autour de lui, c’est le silence sous peine d’exclusion. La nébuleuse dite « insoumise » parle d’une seule voix. Le parti de gauche qui  en est une vague composante et servait autrefois de caisse de résonance a été soigneusement capitonnée en est réduit à la fonction de réceptacle des financements de l’État en cas d’élections. La FI, le parti de gauche et les autres regroupements n’existent que sous la forme de papiers à en-tête, de sigles qu'on appose au bas d'une affiche et de sites publicitaires d’une affligeante vacuité sur internet.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.