LE SIDA ET LA COVID

Nul ne peut exiger d'avoir le beurre, l'argent du beurre et en prime le cul de la fermière.

Nous connaissons désormais deux maladies terribles: le Sida et la Covid.

Peu à peu la première est circonscrite et contenue par nos prudences et nos prévoyances, traitée par les avancées de la science ; elle est toutefois toujours présente et reste une menace. La seconde est d'une ampleur sans commune mesure avec la première, nous savons la prévenir au prix d'une grande vigilance, de privations et donc de frustrations et désormais par la vaccination ; la covid est cependant toujours présente et la pandémie toujours menaçante.

Nous aurons à vivre pendant longtemps avec les deux affections que cela nous plaise ou non. Le pass pour la seconde n'est ni une discrimination, ni une désignation à la vindicte, mais une des mesures de prévoyance pour nous protéger et protéger les autres. Ceux qui refusent de s'inscrire dans la mesure de prévoyance que représente la vaccination au nom de leur liberté doivent l'assumer jusqu'au bout et accepter de ne pouvoir être accueillis dans les restaurants, les salles de spectacle et les moyens de transports collectifs. Leur liberté a un prix, exorbitant certes, mais ils ont ...librement choisi cette voie. Ils ne peuvent exiger d'avoir le beurre, l'argent du beurre et en prime le cul de la fermière.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.