MACRON ET HOLLANDE

Macron a fait fort en dissertant sur l'amateurisme. Il n'en fallut pas plus pour faire sortir Hollande de ses gonds.

Ah les vieux généraux ! On les écoute inlassablement raconter les vieilles batailles qu'ils n'ont pas menées mais qu'ils ne désespèrent jamais de mener un jour. D'où l'expression "arriver après la bataille". Nous aimons accueillir Hollande à notre table pour qu'à la fin du repas, il demande inlassablement au sucrier de figurer son premier ministre, à la cafetière d'être lui-même. La cuillère à café est alors la cavalerie qui couvre son flanc gauche et la cuillère à dessert les lanciers du Bengale sur son flanc droit. Quand le sucrier oublie de se tenir coi et manifeste une envie de monter au front à sa place, il le pulvérise " façon puzzle " et, joignant le geste à la parole, fait voler les morceaux de sucre que les plus innocents de ses admirateurs voient comme une escadrille de Rafales venant à son renfort.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.