FEMEN CONTRE TRUMP : tous le plaisir fut pour nous.

Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets, les âmes sont blessées. Et cela fait venir de coupables pensées

AFFAIRE FEMEN CONTRE TRUMP: vers une peine exemplaire

Chacun de nous aura tôt ou tard un choix à faire : les sinistres black Blocks encagoulés ou les charmantes Femen dénudées. Si nous pouvons partager les convictions affichées par nos délicieuses greluchettes , il est difficile d'en dire autant des nervis armés de barres de fer à l'idéologie incertaine. Je préfère les gambadeuses qui payent de leurs ravissantes et juvéniles personnes à quelques crétins aux idées courtes. Cependant ces militantes mènent des actions qui sont un vrai trouble à l'ordre public et leurs apparitions presque un manquement à la bienséance.

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets, les âmes sont blessées. Et cela fait venir de coupables pensées ». Ce sont ces mots que Jean Baptiste Poquelin dit Molière mit dans la bouche de Tartuffe qui deviendra le Patron de tous les hypocrites patentés.

Je propose qu'une magnifique audience en tribunal correctionnel soit organisée en l'honneur des nymphes vagabondes qui ont envahi hier les Champs Elysées. Pour les dissuader de recommencer, surtout que, il faut bien le dire, se promener ainsi presque nues devant un Inconnu sans défense ( je ne parle pas de Trump mais d'un célèbre soldat ) est une circonstance aggravante.

Le président de la cour et ses assesseurs auront un rôle déterminant à jouer dans ce procès historique. Ils devront opiner du chef de haut en bas pour signaler aux trois guêpes qu'elles ont été vues, écoutées et entendues, puis successivement de droite à gauche et de gauche à droite pour leur faire comprendre que ce n'est pas bien ce qu'elles ont fait. Enfin il conviendra de leur faire de gros yeux pour marquer la désapprobation avec la plus grande conviction. Le tout, en une coordination parfaite et un mouvement d'ensemble pour faire plus d'effet. Espérons alors, si l'affaire est rondement menée, qu'elles ne récidiveront pas, du moins dans l'immédiat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.