NE DITES PAS DE MAL DES RICHES.

Cessez donc de dire du mal des gens riches, vous ne savez pas ce qui pourrait vous arriver. Parfois le destin frappe à l'improviste et vous pourriez être subitement concernés, sans vraiment l'avoir voulu. Ce serait d'ailleurs bien fait pour vous, on pourra vous prendre au mot et vous inviter à apporter votre contribution quand il s'agira de faire payer les riches.

Cessez donc de dire du mal des gens riches, vous ne savez pas ce qui pourrait vous arriver. Parfois le destin frappe à l'improviste et vous pourriez être subitement concernés, sans vraiment l'avoir voulu. Ce serait d'ailleurs bien fait pour vous, on pourra vous prendre au mot en vous invitant à apporter votre contribution quand il s'agira de faire payer les riches. Ne secouez pas la tête, ni en signe de dénégation, ni pour manifester votre approbation, il n'est pas loin le temps où certains d'entre vous achetaient régulièrement et avec délectation le magazine mensuel Burda car vous y trouviez toujours un patron à découper et que cela était votre petit plaisir de fin de mois.

Les patrons, ce sont ces curieux personnages que le destin a frappés et qui gagnent tellement d'argent qu'on ne compte plus leurs revenus au mois mais à l'année, on ne parle d'ailleurs plus de salaire mais plutôt de rémunération, non pas parce que cela fait plus chic, mais parce que leurs rentrées d'argent sont si diverses qu'il fallait un substantif plus englobant. Salaire ou salaires, fixes, variables ou même exceptionnels, primes et avantages en numéraires ou en nature, jetons de présence, frais de représentation ou simplement de fonctionnement pour toujours être mieux à même de profiter des salaires...de base. Tout cela constitue l'ordinaire d'une rémunération solide, enviable et toujours enviée.

Ces rémunérations peuvent atteindre des montants...astronomiques que le commun des mortels a quelques difficultés à se représenter. Pour cette raison, nombre d'abonnés à Burda ont estimé que le simple calcul du nombre de Smic que peuvent représenter certaines rémunérations était trop abstrait. Ils se sont ingéniés à mettre au point une représentation plus matérialisée, plus parlante, de ce que peut être une vraie fortune.

Il fallut d'abord choisir un patron qui parle à l'imaginaire. Pas un obscur péquin ayant vaguement hérité de quelques puits de pétrole d'un oncle établi au Texas ou de quelques poules aux œufs d'or d'une grande-mère particulièrement économe. Un patron, un vrai, par forcément bedonnant et fumant un cigare, un capitaine d'industrie au regard transperçant et au bronzage intégral en toute saison. Il faut ensuite mener une enquête minutieuse pour connaître la réalité de sa fortune. Si à cette occasion vous découvriez quelques oublis de déclaration au fisc ou quelques comptes dissimulés au Luxembourg ou aux Iles Caïmans, ce serait même pain béni : un riche c'est souvent malhonnête et même très vicieux parfois.

Ce n'est qu'a ce moment que la magie peut commencer à opérer : il faut convertir sa rémunération annuelle en une image parlante. Par exemple en un nombre de billets de 10 euros. Ainsi les 2 698 020 euros que Carlos Ghosn a gagnés en 2016 auraient représenté 269 802 billets de 10 euros.  A la réflexion, nous restons encore trop dans le nombre forcément très réducteur et abstrait,  en plus il rapetisse alors que c'est du phénoménal que nous cherchons.

Pas assez parlant à l'imagination ? Certains ont choisi le stade de football comme unité de mesure, d'autres la piscine olympique (peut-être une vague réminiscence de l'oncle Picsou qui prenait des bains dans son coffre fort et y faisait quelques brasses chaque matin). Mesurer une fortune avec ces unités ne nous mènerait pas forcément assez loin question indignation. Un parti politique qui fut prophétique à une certaine époque avait eu une idée originale au tout début des années 70 du siècle dernier. C'était encore l'époque des francs et l'unité de mesure retenue était le billet de 10 F. Le voltaire mesurait 149 mm de long sur 80mm de large. La taille du billet de 10 € ayant diminuée, son usage pour notre métaphore est d'autant moins parlante mais il faut désormais faire avec ce que nous avons.

Sachant qu'un billet de 10 euros mesure 12,5 cm sur 6,5, imaginons mettre les 269 802 billets de la rémunération de Carlos Ghosn bout à bout. Pour aller de Béthune à Arras par l'autoroute A 26, il faut compter 35 km. Les billets de 10 euros qui représentent la rémunération annuelle de Carlos Ghosn, mis bout à bout, couvriraient seulement 33,725 km. Un an de rémunération pour aller à Arras en étant contraint de s'arrêter sur une aire de repos en attendant une hypothétique augmentation permettant de poursuivre sa route. Il devrait même accomplir une deuxième année de travail pour pouvoir revenir à son point de départ. Nous voyons immédiatement que sa rémunération n'est pas si importante que cela. Sauf bien sûr, s'il nous avait dissimulé quelques ressources. Vincent Bolloré, avec ses 2 510 138 euros, resterait en rade sur la bande d'urgence sans atteindre l'aire.

En revanche, si on convertissait les 7,3 milliards de la fortune prêtée à Vincent Bolloré et que l'on mette les billets bout à bout, cela ferait 91 250 km de billets de 10 euros. Alors là, ça cause !!! Deux fois le tour de la terre à hauteur de l'équateur, un petit ruban Paris -Tokyo en plus et il resterait de quoi relier et faire converger de nombreux ronds-points.

Et avec un SMIC, jusqu'où irez-vous ? Vous pouvez ainsi vous amuser et contre mauvaise fortune faire bon cœur. Vous pouvez même raviver  vos souvenirs de problèmes d'arithmétique et en cultiver utilement la nostalgie. Toutes les questions subsidiaires sont possibles. Ainsi, combien vous faudrait-il de Smic pour relier Paris à Tokyo ? Et si vous mettiez bout à bout les billets dans le sens de la largeur, quel résultat ? Ou encore, vaut-il mieux être payé avec des billets pris dans le sens de la largeur ou celui de la longueur ? Vous pourriez même vous improviser ordonnateur de votre propre rémunération en traduisant vos revendications salariales en kilomètres à couvrir accompagnés éventuellement des métaphores qu'il plaira à votre imagination débridée de trouver. Les plus entreprenants d'entre vous pourraient envisager de concevoir des billets de tailles différentes et ainsi obtenir des augmentations sans en avoir l'air. Si vous demandiez une augmentation en kilomètres en exigeant d'être payés en billets de taille réduite de moitié mais à valeur constante, vous verriez votre rémunération progresser significativement.

Un peu d'imagination, que diable !!!



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.