freddy klein
Abonné·e de Mediapart

558 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2022

BLACKBIRD deRoger Mitchell

Ce soir sur Ciné+Premier

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est rare que je sorte de la projection d'un film en ayant, dans l'heure qui suit, la certitude que j'y retournerai le lendemain. Non pas parce que je n'ai rien compris au film ou que je m'y sois stupidement endormi en raison d'une digestion laborieuse ou d'une soirée festive la veille, mais simplement parce je réalise que ce que j'ai vu et entendu sort de l'ordinaire et que je crains d'en avoir perdu une miette. Un peu comme ce livre que nous lisons et relisons, que nous renonçons à poser sur un rayonnage trop inaccessible pour ne pas le perdre de vue et pour toujours l'avoir à portée de main.

Blackbird de Roger Mitchell se déroule dans la maison de campagne de Lily et de son mari Paul pendant la longue fin de semaine qui prolonge la fête de Thanksgiving. Tout commence avec l'arrivée en voiture de Jennifer, la fille aînée, son mari Michael et leur fils Jonathan. Paul et Lily les accueillent sur le perron de leur maison. Anna, la cadette, accompagnée de son amie Chris, les rejoindra quelques heures plus tard.

Le film s'achève avec le départ de Jennifer, Michael et Jonathan, d'Anna et de Chris et de Liz, l'amie de toujours. Paul est debout sur le perron, il leur fait un signe amical de la main pour leur souhaiter un bon retour chez eux. Ainsi se termine le moment le plus intense du film quand Paul, ses filles et Liz la meilleure amie se pressent tendrement autour d'Eve qui va boire le médicament qui mettra fin à sa vie.

Lily souffre de la maladie de Charcot qui la conduit irrémédiablement à la dégénérescence musculaire, donc à l'impotence généralisée. En conscience, elle a décidé de cesser de vivre et souhaite mettre fin à ses jours aussi longtemps qu'elle est en mesure de faire elle-même les gestes nécessaires pour que personne ne puisse être incriminé. Elle a voulu vivre ses derniers jours, entourée de ceux qu'elle aime le plus au monde.

La gravité du sujet ne doit pas nous empêcher d'apprécier la saveur de quelques bons mots et de quelques anecdotes qui font le bonheur de la vie. Ils contribuent à donner du corps à ce que dit Lily quand elle expose que depuis qu'elle a pris la décision de s'en aller volontairement, qu'elle en a fixé la date et que  désormais la mort  n'est plus une épée de Damoclès sur sa vie, elle se sent plus libre, plus légère et plus avide de goûter pleinement ce qui lui reste à vivre.

Le Thanksgiving de nos lointains cousins américains est une balise de leur vie sociale. Lily veut en faire un moment plus intense encore, en demandant qu'un sapin de Noël soit dressé dans le salon.

Blackbird de Roger Michell est plus qu'un film ; il est un recueillement et un hymne à la vie. Il est également un retour sur soi pour chacun des convives présents. La vie y est magnifiée, mais elle n'est pas idéalisée et ses cheminements sont toujours faits de malentendus et de non-dits qui affleurent constamment et éclatent douloureusement. Je me retiens de trop en dire pour vous laisser le plaisir de partager virtuellement ce dernier repas auquel Roger Michell nous convie.

Suzanne Sarandon est solaire dans le rôle de Lily et Sam Neill est un Paul lumineux qui ne lui vole pourtant pas la vedette. Qu'il s'agisse de Kate Winslet ou de Mia Wasikowska, en sœurs qui se retrouvent pas à pas ou de Michael, Chris, Liz ou Jonathan, la magie du cinéma opère sous nos yeux.

J'ai vu le film à deux reprises à un jour d'intervalle. Le premier jour en version française, le second en version originale sous-titrée. Le verdict est simple. Que ce soit en français ou en anglais, que ce soit à l'oreille ou avec les yeux, les dialogues sont ciselés comme de la dentelle de Calais. Comme si cela ne suffisait pas, il fallut que le réalisateur donne la main à une monteuse aux doigts de fée et à un directeur de la photographie qui est également une Oreille d'or car il ne s'est pas contenté de filmer la lumière et les ombres mais également la parole, les silences et les voix qui chantent. Kristina Hetherington et Mike Eley sont si discrets pourtant, à peine si leurs noms glissent un court instant sur l'écran. Le cinéma est une alchimie, pour le plaisir de nos papilles. Ce film lui fait honneur, il est un beau cadeau pour ceux qui hantent les salles obscures.

Après avoir vu  Blackbird, je me suis senti...confiant et  heureux.

Blackbird est lumineux comme un vin de Bourgogne dans un verre de cristal. Enjoy please !

Ce soir sur Ciné+premier, je vais le voir une troisième fois. Ma troisième piqûre ...de rappel.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis