MELENCHONNADE

Un jour, il faut bien se décider et appeler un chat un chat, un chien un chien et dire enfin ce qui est devenu évident : on y gagne en clarté.

Rachel Garrido est une ancienne porte-parole de FI. Elle a démissionné en 2017 pour aller officier sur C8 chez Hanouna. Elle est récemment revenue proposer ses petits services pour les municipales à FI.

Hanouna est cet étrange et douteux animateur télé qui officie sur la chaîne C8 de l'empire Bolloré et notamment dans une émission particulièrement nauséabonde.

Tweet d'un gilet jaune :

« Louis XVI, Louis XVI, on l’a décapité, Macron Macron, on peut recommencer... »

Rachel Garrido relaye le propos et juge utile de le compléter  par tweet  :

« En prévision de la grève du 21 janvier »

Devant la levée de bouclier, réponse de Garrido :

« Amis macronistes, le peuple français est moqueur et a des références historiques profondément républicaines, vous devriez l’apprécier et le saluer. Vous manquez totalement d’autodérision, comme lorsque Macron a fait poursuivre les décrocheurs de portrait dans les Mairies. »

Sur LCI, Mélenchon, s'exprimant au nom de FI et volant à son secours , a fait valoir que Garrido n'avait fait que reproduire un tweet dont elle n'était pas l'auteur, et aussitôt en remet une couche :

« Moi ce qui me frappe, comme elle, c'est la profondeur de l'enracinement de cette histoire dans notre peuple. La grande Révolution française de 1789 (...) est présente dans notre peuple »

De deux choses l'une, soit Garrido est une sotte irresponsable dont la parole haineuse se libère avec l'air du temps, soit c'est une opération concertée pour tenter de faire parler de FI à tout prix. Dans les deux cas Mélenchon se discrédite une fois de plus et il discrédite tout le mouvement au nom duquel il prétend s'exprimer.

Chacun se fera son opinion. La mienne tient en quelques phrases.

Le Noyau dirigeant de FI se résume désormais à un Caudillo au petit pied et à quelques disciples en adulation, qui lui sont redevables de tout. Une de ses affidées vient une fois de plus de donner la pleine mesure de la réalité de ce petit cénacle haineux. Il se révèle aujourd'hui comme un ramassis de nervis qui en est réduit à appeler au meurtre ou à justifier cet appel par une gymnastique argumentaire qui est la caractéristique de l'esprit totalitaire qui les anime. La nébuleuse FI apparaît chaque jour davantage comme un mouvement en déshérence, à l'idéologie incertaine et dont des pans entiers votent déjà pour la droite extrême, par porosité et en raison d'une direction politique défaillante ou encore parce que c'est le propre des nébuleuses gazeuses livrées à elle-mêmes de se dévoyer ainsi.

Un jour, il faut bien se décider et appeler un chat un chat, un chien un chien et dire enfin ce qui est devenu évident : on y gagne en clarté.



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.