CHAMBRE 212

Tout film a le mérite d'exister.

Un peu de grammaire cinématographique. Un peu de nombrilisme. Un jeu de miroir qui reflète l'image du miroir qui montre le miroir à l'écran. Un exercice qui se prolonge jusqu'à plus soif et jusqu'à l épuisement de la veine. Puis  nous sommes retournés chez nous, chacun chez soi car nous n'avions vraiment rien à nous dire, vraiment rien à en dire. Mais tout film a le mérite d'exister.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.