freddy klein
Abonné·e de Mediapart

607 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 nov. 2019

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Les Misérables de Ladj Ly

L'héritage était lourd pour Obama hier, il l'est pour Macron aujourd'hui.

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monfermeil, la banlieue, une cité de banlieue, des barres d'immeubles, une population très jeune d'enfants, d'adolescents, la rue, les entrées d'immeubles. Le décor est planté. L'ennui qu'on trompe en bande bavarde, bruyante, gesticulante, rieuse et une patrouille de la BAC (Brigade Anti Criminalité) qui sillonne inlassablement le quartier à la recherche d'une identité à vérifier, d'une petite intimidation à exercer, comme pour se prouver la légitimité de son autorité. L'ambiance est suggérée.

L'histoire commence à la trentième minute du film, dans un établissement fast-food tenu par un imam autoproclamé, ancien délinquant désormais reconverti dans la religion. Sont présents un trafiquant de drogue et ses sbires, un fort-en-gueule à qui la municipalité a délégué un rôle de médiateur en lui laissant la bride sur le cou pour qu'il puisse mieux conjuguer son rôle de juge de paix avec celui de raquetteur à la petite semaine sur le marché du quartier. La BAC complète le tableau. Ses trois policiers sont là pour chercher à sauvegarder une paix menacée. A l'occasion il prête main forte au Juge de paix quand celui-ci est confronté à un commerçant récalcitrant. Tout ce petit monde, plus menaçant qu'amical est en affaire et deale. Il deale parcelles de pouvoir contre tranquillité des affaires, autorité contre influence. Imam, caïds, police sont en conseil d'administration exceptionnel du quartier.

L'enjeu est d'importance. Un jeune s'est emparé du lionceau qui appartient aux gitans venus donner un spectacle de cirque dans le quartier. Il faut retrouver le lionceau et son voleur car ces derniers promettent de mettre le quartier à feu et à sang s'ils n'obtiennent pas satisfaction. En écrivant ces mots, j'ai une crainte : le lecteur de ma présentation ne risque-t-il pas de croire que le film est une grande farce ? L'évènement déclencheur a une apparence de farce, il est un un enjeu dérisoire, amusant même, une espièglerie d'enfant. Un larcin dont surgit un risque cataclysmique.

Le lionceau sera retrouvé et rendu mais la tension entre les jeunes du quartier et les policiers montent d'un cran suite à une course-poursuite relevant d'un acharnement de la police et un tir de flash-ball incontrôlé et filmé par un adolescent faisant voler un drone. Désormais c'est l'adolescent et son drone qu'il faut retrouver et neutraliser pour faire disparaître les preuves de ce qu'on appelle parfois une bavure.

Réunions au sommet et conciliabules. Entre policiers qui demandant de l'aide au caïd trafiquant, entre médiateur-raquetteur et imam, chacun cherchant à tirer profit des images du drone. Dissimulation, prise de pouvoir ou chantage, le mouvement de la machine infernale s'accélère. Tous trop occupés à leurs petites affaires, personne ne voit la montée en puissance de la colère des jeunes qui finira par mettre le quartier en feu et peut être pire encore.

Le film de Ladj Ly démonte avec une grande véracité l'implacable mécanique de l'émeute de quartier. Le film s'arrête au moment précis où l'irréparable pourrait se produire. J'ai aimé ce film, qui nous contraint à regarder la réalité en face, qui ne tombe pas dans la manichéisme.

Quand une situation devient explosive ce n'est jamais que parce qu'elle s'est lentement dégradée, qu'on l'a laissée se dégrader au point qu'une étincelle suffit, peu importe le prétexte. Le président de la République aurait été bouleversé après avoir vu le film et aurait demandé à son gouvernement des mesures rapides. Des internautes, à leur habitude, se sont gaussés de cet émoi. Le président américain Barack Obama avait été bouleversé par la série On wire (Sur écoute) qui montre la détérioration de la vie dans un quartier de Baltimore. L'héritage était lourd pour Obama hier, il l'est pour Macron aujourd'hui.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige