freddy klein
Abonné·e de Mediapart

578 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2022

LES VIOLS REPETES DU BON SENS

Enquête ouverte après deux plaintes pour viol visant la secrétaire d’État Chrysoula Zacharopoulou.

freddy klein
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 DE LA CONSULTATION DE LA PRESSE

« Enquête ouverte après deux plaintes pour viol visant la secrétaire d’État Chrysoula Zacharopoulou »

Le titre retenu par Mediapart appelle en lui-même plusieurs observations.

D'abord deux plaintes ont été déposées pour viol et auraient donné lieu à une enquête ordonnée par le parquet de Paris. Elles peuvent prospérer ou être classées sans suite sans que pour autant cela ne donne raison à Caroline de Haas quand elle accusait Madame Borne d 'envoyer les femmes se « faire classer sans suite ».

Ensuite , il n'est pas inutile de rappeler que la présomption d'innocence court jusqu'au jugement définitif dont le jugement en appel le cas échéant ; elle n'est remplacée à aucun stade de la procédure par une présomption de culpabilité.

Par ailleurs, le fait qu'une telle plainte vise une secrétaire d'Etat ou un ministre en exercice n'est pas une circonstance aggravante qui donnerait davantage de poids à une présomption de culpabilité et nous dispenserait de ce fait de les faire bénéficier de la présomption d'innocence qui reste en toute circonstance la règle.

Enfin, si en toutes circonstances, c'est bien à la police d'établir les faits et à l'institution judiciaire de les valider, les désignations d'un coupable présumé à la vindicte générale et les lapidations et lynchage même symboliques n'honorent en rien ceux et celles qui tentent d'en faire une arme politique.

DE LA CONSULTATION MÉDICALE

« J'en profite pour rassurer mon urologue. Je ne porterai pas plainte contre lui pour viol pour avoir introduit son medium ganté dans mon anus pour vérifier la souplesse de ma prostate et me rassurer qu'aucun cancer insidieux ne me menace.

Je ne suis pas sûr qu'il m'ait bien prévenu de son intention de pratiquer ce qu'en médecine clinique on appelle un toucher rectal. Je n'en suis pas sûr, mais peut-être ne l'ai-je tout simplement pas entendu étant moi-même un peu dur de la feuille », écrivais-je en première réaction à l'information donnée par le magazine Marianne, relayée par l'AFP et reprise par Mediapart.

Un « Sgronch gmeu gneu » de faction m'a reproché un humour déplacé et même nauséabond sans qu'il n'ait jugé utile de préciser le sens qu'il donnait à cette dernière qualification et si elle devait être prise dans son sens propre ou figuré.

Mon propos était féroce dans son ironie certes, mais il ne veut dire que ce qu'il dit et je ne pensais pas qu'il déclencherait votre nervosité extrême et relancerait aussitôt la machine à délires. Quoique...

Quand on se rend dans un cabinet médical pour une consultation, on est en principe soumis à un examen clinique qui peut être invasif, peu agréable, désagréable même, mais rarement douloureux en raison des perfectionnements des protocoles et des progrès dans le domaine des anesthésies locales utilisées chaque fois que c'est possible. Nous nous souvenons tous de la fraise du dentiste autrefois, elle mettait le nerf à vif à cru et nous faisait craindre son intervention plus que tout ; désormais même les soins d'une carie se font sous anesthésie locale sauf pour les plus bénignes.

Par ailleurs, je ne demande pas au médecin que je vois en consultation d'être souriant et sympathique, de me raconter sa vie, ni me me taper familièrement sur l'épaule ou la fesse et encore moins d'être un amuseur public. Je suis devant lui pour un examen qu'il fera selon le protocole en vigueur dans sa spécialité, avec les investigations complémentaires qu'il jugera utiles ou nécessaires qu'il m'expliquera, à plus forte raison si je lui pose la question.

Si un ami ou une amie a consulté pour des examens similaires et me les a décrits par le menu, si j'ai consulté tous les sites possibles sur internet, cela peut faire de moi un patient averti, mais certainement pas un nouveau professionnel de la spécialité. Je ne m'autoriserai donc pas à dicter sa ligne de conduite au médecin que je suis venu consulter. De la même manière, je ne sortirai pas subitement de ma poche ou de mon sac à main une boîte de médicament en la brandissant sous le nez du médecin pour réclamer la même prescription sous le prétexte que cette dernière m'a été chaudement recommandée par une relation qui s'est elle-même décerné un diplôme de médecine depuis sa dernière consultation.

Pour ce qui est de l'information du patient et plus largement de son consentement éclairé, quelques observation s'imposent pour éviter aux nouveaux spécialistes en toute chose de se répandre en âneries, y compris ici.

Avant de procéder à un examen clinique, le médecin dit ce qu'il va faire et l'assortit généralement d'un commentaire pour anticiper sur le ressenti possible du patient et sur les suites immédiates prévisibles ou non. Cet échange a été largement mis en scène dans des séries télévisées traitant des soins médicaux, comme “Urgences” il y a quelques années.

Le consentement éclairé porte comme son nom l'indique sur le consentement du patient à subir telle ou telle intervention et cela en parfaite connaissance de cause c'est à dire des risques et conséquences possibles. CONSENTEMENT + ECLAIRE = CONSENTEMENT ECLAIRE.

Enfin pour conclure, une autre série télévisée intitulée “ Dr House” met en scène un médecin prétentieux, peu respectueux des personnes, c'est à dire de ses collègues comme de ses patients. Elle a connu un succès immense et je me souviens encore d'une amie qui dans un même mouvement considérait ce “House” si détestable comme un génie et un homme amusant et sympathique et sa gynécologue comme une pimbêche froide et distante et même peu délicate.

Il est vrai qu'on s'accommode toujours davantage des excès réels dans une fiction que des excès prêtés aux personnes réelles, Qu'il est plus facile de zapper un médecin de série qu'un praticien en chair et en os par ces temps de pénurie de médecins.

Il convient également de rappeler que si le patient dispose de la liberté de choisir son médecin, ce dernier a celle de refuser de recevoir un patient au comportement inapproprié et ce d'autant plus si celui-ci se répand en propos injurieux et diffamatoires sur les réseaux sociaux ou les rubriques de notation de médecins. La seule limite est bien sûr l'urgence et s'il y a danger grave pour la personne.

Mais il est vrai que l'anonymat et les pseudos ont cette utilité aux yeux de certains de pouvoir dégoiser à leur aise et de donner libre cours à leurs besoins inextinguibles d'exprimer toutes leurs détestations.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT