LAURENT, LA HULOTTE ET LA SALAMANDRE

LA HULOTTE est un cadeau à faire et pas qu'aux enfants.

Laurent était élève du CM2 d'une des écoles de la commune. Moi, j'étais son instituteur. Laurent avait des résultats moyens parce qu'il se laissait facilement distraire et que ses centres d'intérêt multiples n'étaient pas toujours raccord avec ce que je proposais d'étudier. Nous étions en quelque sorte mal coordonnés. A d'autres moments, nous ne vivions pas sur la même planète. Cela ne nous empêchait d'être bons amis et de partager de grands moments.

Un jour, alors que nous évoquions les concepts de niche écologique, milieu naturel et écosystème en vue d'une sortie découverte dans une petite sablière de la commune où s'était formé un petit étang, Laurent a manifesté très rapidement un vif intérêt. Il était familier de la sablière pour y aller à la pêche régulièrement et il nous révéla rapidement sa curiosité pour un hôte des lieux : la salamandre tachetée. Il proposa aussitôt d'en ramener une en classe.

Deux jours après, dans un petit terrarium aménagé par ses soins et accueillant deux salamandres d'une dizaine de centimètres, il nous fit les découvrir. Pendant plus d'une demie heure Laurent était intarissable sur les mœurs de l'animal, absolument incollable sur toutes les questions qui lui étaient posées par l'assistance à laquelle j'appartenais. Il a capté l'attention mieux que je ne l'aurais fait moi-même.

J'étais stupéfait de tant d'érudition car Laurent ne se contentait pas de nous parler de la salamandre mais élargissait son propos à d'autres espèces voisines ou ressemblantes. De toute évidence, il avait étudié la question et les résultats de son étude ne dataient pas de la veille, ils avaient eu le temps de décanter et d'être réinvestis dans une vision élargie d'un milieu naturel. Les grenouilles , tritons, libellules et même la féroce larve du dytique n'avaient plus de secret pour Laurent.

Une fois les salamandres reparties dans leur milieu naturel, Laurent avait tenu à nous dire que les animaux n'étaient certainement pas heureux en captivité et n'avaient pas vocation à vivre dans un terrarium, je n'ai pas manqué d'interroger mon élève qui était devenu notre maître pendant quelques instants pour savoir d'où lui venaient toutes ses informations.

C'est en lisant le journal le plus lu dans les terriers que Laurent a acquis ses connaissances si précises et dès le lendemain il a posé sur mon bureau le numéro Spécial mare de LA HULOTTE. Il avait également rassemblé et ordonné en un véritable ensemble documentaire des articles de magazines glanés à droite et à gauche et traitant de tous les hôtes d'une mare.

Il me confortait dans mes propres approches souvent très livresques quand soudain il me prit à revers. Il me fait part qu'il fallait tout vérifier et que pendant qu'il pêchait et en attendant que le poisson morde, il observait la vie dans les roseaux, sur le berges et dans l'eau.

Quand j'ai voulu lui rendre ce qu'il m'avait prêté, il n'a pas voulu et m'a dit : «Gardez-la Hulotte, c'est cadeau. De toutes façons je connais par cœur ce qui est écrit dedans ! ». C'est ainsi que j'ai découvert La Hulotte, que j'ai fini par m' y abonner puis à faire un jour l'acquisition de la collection complète.

Geneviève Robida, Inspectrice d'Académie à la retraite aujourd'hui, a un jour trouvé les ressources pour contracter un abonnement pour un millier d'exemplaires et les a faits distribuer dans les écoles de l'académie qu'elle dirigeait. Laurent n'était pas scolarisé dans l'Aisne mais dans un département voisin. Il faut croire que la Hulotte a essaimé. Elle a non seulement essaimé mais prospéré au sens le plus noble du terme. A raison de deux livraisons par an, son numéro 109 vient de sortir.

 

LA HULOTTE est un cadeau à faire et pas qu'aux enfants.

LA HULOTTE

8, rue de l'Eglise CS 70002

08240 Boult-aux-bois

 

www.lahulotte.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.