Nouvelle-Calédonie: "Fin Négociateur", Edouard Philippe descend à Nouméa !

Nouvelle-Calédonie patate chaude ? Oui et non ! L'archipel du Pacifique Sud, français depuis 1853, est l'une des clefs de la réussite du quinquennat Macron ! Le Premier ministre, Edouard Philippe est un fin négociateur, il aime négocier et doit atterrir à Nouméa La Tontouta en soirée. Un déplacement sensible à un an d'un référendum historique sur l'indépendance.

Nouvelle-Calédonie: "Fin Négociateur", Edouard Philippe descend à Nouméa !

Par Freddy Mulongo, vendredi 1 décembre 2017  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-cassiny-19

2 novembre, le Premier ministre Edouard à l'hôtel Cassiny avant l'accord politique sur la Nouvelle-Calédonie

Nouvelle-Calédonie patate chaude ? Oui et non ! L'archipel du Pacifique Sud, français depuis 1853, est l'une des clefs de la réussite du quinquennat Macron ! Le Premier ministre, Edouard Philippe est un fin négociateur, il aime négocier et doit atterrir à Nouméa La Tontouta en soirée. Un déplacement sensible à un an d'un référendum historique sur l'indépendance. En politique, rien ne vaut le terrain. Le 2 novembre dernier, à Matignon, en s'investissant jusque très tard dans la nuit, un accord politique a été trouvé entre indépendantistes et non indépendantistes Calédoniens en présence du Premier ministre. Edouard Philippe arrive à Nouméa pour "faire le point sur les travaux qui doivent se poursuivre" avant la tenue du référendum, prévue au plus tard en novembre 2018.

Comme François Hollande en 2014, Edouard Philippe se recueillera sur les tombes des caciques Jacques Lafleur, loyaliste, et Jean-Marie Tjibaou, indépendantiste, dont la poignée de main avait scellé la sortie de crise en 1988. Sur les îles Loyauté, il honorera aussi la mémoire du tirailleur kanak Kalépo Wabete, mort au front en 1918 et récemment rapatrié.

 

Un mois après le 16ème comité des signataires, le Premier ministre arrive en Nouvelle-Calédonie ce vendredi 1er décembre, au soir. Au sein de la délégation ministérielle, la garde des sceaux, Nicole Belloubet, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, et Sebastien Lecornu, secrétaire d’état auprès du ministre de la transition écologique. La visite durera sur 4 jours.

Pour sa première journée, Édouard Philippe passera place Bir Hakeim avec le traditionnel dépôt de gerbe, puis se rendra au marché de Nouméa avant de faire une tournée des institutions calédoniennes (Gouvernement, Province Sud, Mairie de Nouméa, Sénat Coutumier). Au cours de cette journée marathon, il est prévu une désignation des ambassadeurs de la citoyenneté, parmi-lesquels Teddy Rinner. Dans l’après-midi, le premier ministre entamera une réunion post Comité des Signataires, pour finir cette journée avec un dépôt de gerbe sur la tombe de Jacques Lafleur et une visite au centre culturel Tjibaou.

Le lendemain, dimanche, le locataire de Matignon se rendra aux Îles Loyautés, avec une première étape à Lifou, au cours de laquelle il rencontra les élus des îles, puis en fin de journée la délégation ministérielle se rendra à Tiga pour un recueillement sur la tombe du soldat Kalepo.

Lundi 4 décembre, place au Nord, avec en premier lieu un dépôt de gerbe sur la tombe de Jean-Marie Tjibaou à Tiendanite. S’en suivra une rencontre avec le président de la Province Nord, puis une visite de la zone d’activité en terres coutumières de Baco au cours de laquelle le centre de secours de Koné-Pouembout sera inauguré. Le Premier ministre visitera ensuite le RSMA de Koumac et le centre minier de Tiebaghi. La fin de cette séquence sera consacrée à la visite de l’usine de KNS.

Le mardi, la délégation ministérielle restera en province Sud avec la visite du pôle élevage de la chambre d’agriculture de Nessadiou et de l’Adecal à Bourail. Puis retour à Nouméa où Édouard Philippe se rendra au Congrès de la Nouvelle-Calédonie pour prononcer son discours devant les élus. Puis s’en suivra un déjeuner avec diverses personnalités de Nouvelle-Calédonie et, en fin de journée, la visite du lycée du Mont-Dore.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.