RDC: Un Tshilombo peut en cacher un autre !

C'est Toussaint Tshilombo, alors ministre de l'information, d'Alias Kabila, dans le gouvernement Gizenga qui ferma Réveil FM, la première radio associative et communautaire de Kinshasa. Exigeant la présence physique de Freddy Mulongo, fondateur de la station de radio. En RDC, Tshilombo rime avec fourberies et roublardises politiques.

RDC: Un Tshilombo peut en cacher un autre ! Félix et Toussaint deux frères siamois !

Par Freddy Mulongo, samedi 2 novembre 2019  Freddy Mulongo-Réveil FM International 

freddy-mulongo-felix-tshisekedi

En République démocratique du Congo, porter le nom de Tshilombo n'est pas une sinécure. Ce nom est extrêmement négative et populaire. Pour la majorité des Congolais Tshilombo rime avec fourberies et roublardises surtout en politique. Félix Tshilombo et Toussaint Tshilombo sont deux frères siamois. Tous les deux sont des politicailleurs-ventriotes-profito-situationnistes. Catapulté par la mafia internationale, pillarde des ressources de la République démocratique du Congo, Félix Tshilombo qui cautionne l'impunité des criminels qui écument la classe politique congolaise, est arrivé sur trône du Congo, après son deal avec Alias Kabila et le silence complice de la communauté internationale. Partisan de la politique business, Félix Tshilombo a commencé à négocier en catimini (Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa...), avec le régime d'Alias Kabila du vivant de son héros national de père, Etienne Tshisekedi. Dribbleur patenté, il s'est fait élire président de l'Udps, parti familial des miliciens tribalo-ethniques, comme à la Douma Russe, à main levée, à 3h du matin. Les trois candidats à la présidence de l'Udps, se sont désister un à un, face aux Schégués, loubards enchanvrés, violents et méchants. Félix Tshilombo en prenant la décision d'être le garant de l'impunité et foulant aux pieds nos 12 millions de morts, s'est tiré une balle aux pieds. Président Quado, Nommé et Étiquette, il ne contrôle rien et ne dirige rien non plus. Il a droit de se faire appeler "Président" et marcher sur tapis rouge. Monsieur 15 % sait qu'il n'est pas légitime. Le peuple congolais a élu Martin Fayulu avec 62,8%. Félix Tshilombo, en faisant d'Alias Kabila, son partenaire pour bénéficier d'une nomination électorale, il a vole le destin et les espoirs du peuple congolais.

freddy-mulongo-toussainttshilombo

Quant, à Toussaint Tshilombo, qui a toujours mangé dans la main d'Alias Kabila, il est vaniteux, prétentieux et imbu de lui-même. Ce petit vantard se croit sorti de la cuisse de Jupiter. Toussaint Tshilombo n'aura été que 9 mois, ministre fut ministre de l’Information, Presse et communication dans les deux gouvernements Gizenga I et Gizenga II, de février 2007 à octobre 2008. Vac Radio de la diaspora congolaise au Canada, dans un article d'août 2017: Pourquoi Kabila avait chassé Toussaint Tshilombo du gouvernement Gizenga ? relate ceci: "Toussaint Tshilombo était l’un des 4 personnalités qui avait des téléphones codés que le Président Kabila pouvait appeler à tous et eux pouvait aussi le contacter de n’importe où. Un jour l’ancien Ministre de l’Information Toussaint Tshilombo, était avec l’une de ses copines âgée de 16 ans, comme il aime bien prendre être en compagnie des mineures, son téléphone codé sonnera plusieurs fois mais comme il dormait profondément, sa petite copine va répondre. En répondant la mineure posera la question à la personne qui était au bout du fil, sans savoir qui c’était, a qui ai – je l’honneur? La personne au bout du fil de répondre, puis – je avoir le Ministre? La copine répliqua, mon mari dort, en plus tu nous dérange alors que nous sommes en plein intimité. Le Chef de l’Etat ne pouvant rien faire raccrocha son téléphone. Deux heures plus tard, le Ministre qui était en train de se reposer avec sa copine se réveil et sa copine, Mineure de 16 ans, va lui dire qu’il y a quelqu’un qui a appelé sur ton portable. Cherchant à savoir qui ce, il va se rendre compte que le numéro qui l’avait appelé n’était autre que celui du chef de l’État. Suant et transpirant, notre cher Professeur rappelant le Chef et ce dernier lui posera la question suivante : Quand tu dors, c’est tes copines qui répondent à ton téléphone ? L’homme n’avait aucune réponse à donnée".

Prédateur de la liberté d'expression et de presse, c'est Toussaint Tshilombo qui a fermé Réveil FM à Kinshasa. Pour ré ouvrir la première radio associative et communautaire de Kinshasa, Tshilombo a exigé ma présence physique. Heureusement l'internet a de la mémoire.

Une trentaine de chaînes de télé et stations de radio interdites à Kinshasa

Publié le 18 octobre 2007 par Cornelis Nlandu-Tsasa

22 chaînes de télévision et 16 stations de radio interdites à Kinshasa

Kinshasa – Vingt-deux (22) chaînes de télévision et seize (16) stations de radio privées ont été interdites de diffusion dans la ville de Kinshasa, aux termes d’un arrêté du ministre de l’Information, de la presse et de la communication, Toussaint Tshilombo Send, rendu public samedi. Le non-respect des conditions légales de diffusion ainsi que l’expiration du délai accordé à ces entreprises pour se conformer au prescrit de l’article 57 de la loi du 22 juin 1996 fixant les modalités de l’exercice de la presse motivent la prise de cet arrêté.

Il s’agit des chaînes de télévision et stations de radio suivantes :

- Pour la télévision : Horizon 33, Canal Congo Télévision (CCTV), Mirador TV, Molière TV, Canal 5, Planète TV, Chanel media broadcasting (CMB DIGI), Couleurs TV, BRT Africa TV, Hope TV, Nzondo TV New Look, Canal Kin Télévision (CKTV), Radio télévision message de vie (RTMV), Studio Sango Malamu, Global TV, Radio Lisanga TV, RAGA Plus, Radio télévision la Voix de l’aigle, Radio-télévision Assemblée chrétienne de Kinshasa (RTACK), Numerica TV, Canal Futur TV et Télé Sentinelle.

- Pour la radio : Radio horizon 33, Radio-télévision Assemblée chrétienne de Kinshasa (RTACK), Radio liberté Kinshasa (RALIK), BRT Africa FM, Radio Tam Tam, Radio-télévision Message de vie (RTMV), Radio Kintuadi, Radio méthodiste Lokole, Radio Lisanga, Radio Sango malamu, Radio Canal Futur, B-ONE radio FM, Radio Média Sud-Vision, Radio-télé Kin-Malebo, Radio Elykia et Radio Réveil FM.

Je ne suis pas un homme à faire des courbettes, surtout aux individus opportunistes comme Toussaint Tshilombo, un mafieux qui a profité de sa nomination éphèmere pour rendre des comptes. Il a été chassé du ministère de l'information après son infamante décision de musellement des médias dont Réveil FM qui avait couvert l'élection Louis Michel 2006. Depuis Paris, ma réponse a été simple.

RDC: La Sakombisakion des Médias Congolais par Toussaint Tsilombo

Par Freddy Mulongo, mercredi 7 novembre 2007 Freddy Mulongo-Réveil FM International

L'histoire des médias bégaie et se repète en même temps en République Démocratique du Congo. Les assassinats des journalistes ne suffisent plus, les arrestations intempestives et inopportunes des professionnels des médias ne suffisent plus, les menaces et intimidations n'ont plus d'en prises, il faut fermer les médias. A chaque fois qu'un gouvernement en République Démocratique du Congo s'en prend aux médias ce qu'il est aux abois et veut se radicaliser. Comment un ministre qui a vécu en exil en France, pays de voltaire, peut une fois rentré au pays se comporter en Ayatollah face au pluralisme médiatique? Comment peut-on fermer les médias qui ont été autorisés à couvrir la campagne officielle des élections présidentielles et législatives qui ont eu lieu il y a un an ?

Dominique Sakombi Inongo aura marqué d'une façon indélébile la volonté du musellement des médias dans l'histoire de notre pays. Le Goebbels de Mobutu, qui avait fait de la Radio et Télé Nationale Congolaise, " la voix de son Maître Mobutu", un média étatique de propagante, d'asservissement, Dominique Sakombi peut se targuer d'avoir au moins plusieurs élèves dont Toussaint Tshilombo. Tous les successeurs de " Frère Jacob-Dominique " à la tête du ministère presse et information ont eu tendance à s'en prendre d'une manière ou d'une autre aux médias à l'exception de Vital Kamerhe, l'actuel Président de la chambre basse- le parlement qui n'a jamais tenté de museler les médias et les journalistes lors de son passage à ce ministère.

La décision de Toussaint Tshilombo ressemble comme deux gouttes d'eau à la décision arbitraire qu'avait pris Dominique Sakombi Inongo, le 14 septembre 2000 où 6 stations de radios et 4 chaines de télévisions étaient fermées à Kinshasa pour des motifs soit disant administratifs.

Pour exemple : la Radio Elykia a été fermée par manque dans son dossier de l'attestation de bonne vie et mœurs du cardinal Etshou. Un Cardinal doit-il brandir une attestation de bonne vie et mœurs pour prouver qu'il est cardinal? Devant les caméras de la RTNC, Sakombi Inongo argua que Réveil FM était une Radio sans dossier. Déclaration fausse , car dans notre dossier l'attestation du paiement au PTT de notre récepissé de 5000 $ n'était pas pris en compte. Le minsistre exigait notre licence d'exploitation alors que le PTT avait perçu l'argent sans nous le délivrer. Sans doute que nos informations de proximité génait beaucoup Sakombi qui n'avait pas une main mise. Réveil FM mit 48 jours de radio silence.

Dominique sakombi Inongo ira trop loin le 22 septembre 2000 en "Congolisant" les chaines de télévisions privées RTKM d'Aubain Ngongo Luwowo et Canal Kin de Jean Pierre Mbemba. Première raison invoquée à l'époque par Dominique Sakombi était la présence de leurs propriétaires dans les rangs de la rébellion.

Plus tard on saura qu'en ce qui concerne Aubain Ngongo Luwowo , ils avaient une idylle féminine commune et c'est Aubain qui avait remporté la partie. Dans un autoritarisme caractériel, le 30 octobre 2000, les deux chaînes privées -confisquées seront débaptisées: Radio Télé Kin Malebo ( RTKM) deviendra Radio télé nationale Congolaise (RTNC) 4 et Canal Kin deviendra, RTNC 3. Il nommera même les mandataires dans ces chaines de télévisions privées-congolisées, Dominique Sakombi ira jusqu'à dicter les grilles de programmes de ces nouveaux médias accès vers le culte de la personnalité.

Comment un ministre de presse et information qui a vécu en exil en France, ce qui est le cas de Toussaint Tshilombo, qui a bénéficié de la liberté d’expression et toutes les structures pluralistes au pays de voltaire, peut-il une fois en fonction se comporter en Ayatollah? Comment Toussaint Tshilombo qui a pour conseiller juridique, Me Charles Mushizi qui a longtemps œuvré chez JED, Journalistes en Danger, peut-il prendre des décisions qui vont dans le sens du musellement des médias? Avec toutes les conséquences que cela peut impliquer pour notre pays? Le 3 mai dernier lors de la journée de la liberté de la presse, La République Démocratique du Congo était classé 4eme parmi les dix pays les dangereux au monde pour les professionnels des médias. N'y a-t-il pas risque aujourd'hui avec cette fermeture massive des médias nous soyons mis à la tête du peloton des pays prédateurs de la liberté d'expression?

Comme sous Sakombi Inongo, ce sont quelques médias qui sont visés dans cette décision alambiquée de Toussaint Tshilombo. Pour noyer le poisson on généralise la décision pour montrer à la face du monde qu'on ne vise personne alors que cette décision est hautement politique. Qui veut-on viser dans cette décision? Pourquoi hier a-ton encourager tous ces médias à couvrir les élections? Alors qu'ils n'étaient pas en ordre et aujourd'hui on les ferme. La majorité des médias d'opinion qui émettent depuis Kinshasa appartiennent aux acteurs politiques, certains sont au sénat , d'autres au parlement. Il y en a qui ont occupé des hautes fonctions de la République: Afrika TV: Azarias Ruberwa, ex-vice-président de la République pendant la transition; Global Tv: Cathérine Nzuzi wa Mbombo, ministre aux affaires humanitaires durant la transition; Canal 5 et radio 7: Modeste Mutinga Mutuishayi, ex-président de la Haute Autorité des Médias et Sénateur de l'Alliance Majorité Présidentielle; Horizon 33: Charles Okoto, député; RadioTélé Lisanga: Roger Lumbala, sénateur; CCTV: Jean Pierre Bemba, sénateur en exil au portugal; Rtg@: Puis Mwabilu, député... Si les médias appartenant aux acteurs de l'opposition sont visés, ce serait très grave pour l'installation de la démocratie dans notre pays. CCTV a-t-il droit par exemple de faire parler Jean Pierre Bemba même s'il est en exil?

Les radios associatives et communautaires visées, les radios citoyennes de proximité- sans parapluie politique sont victimes d'une décision globalisante qui au départ ne vise que quelques médias dont le ministre Tousaint Tshilombo a du mal à dompter. Les radios associatives et communautaires : Radio Elykia, Réveil FM, Radio ECC, Radio Sango Malamu, Radio Kintuadi, Radio Kimbanguiste, Radio méthodiste lokolé sont victimes d'une décision arbitraire hautement politique dont l'objectif premier est de mettre fin au pluralisme médiatique et à la pluralité d'opinion partie prenante de l'apprentissage de la démocratie.

L'urgence est ailleurs ! Les six priorités pour le ministre Toussaint Tshilombo devraient être:

1. Protéger et sécuriser les journalistes congolais contre les assassinats politiques, les menaces, les intimidations et arrestations arbitraires et inopportunes.

2. Arrêter les commanditaires des assassinats de journalistes.

3. Faire de la RTNC, un média public et non plus étatique.

4. Respecter la loi 002/96 du 22 juin 1996 qui régit la liberté de presse en République Démocratique du Congo. Cette loi n'a jamais été abrogée et son article 30 stipule clairement que la création audiovisuelle est libre en République démocratique du Congo.

5. Dans les cahiers de charges, respecter les 3 secteurs médiatiques:

a.Médias publics

b.Médias privés commerciaux

c.Médias associatifs et communautaires

6. Trouver un statut claire à la Radio Okapi, radio onusienne.

Fermer les médias de Kinshasa, serait une fuite en avant cela montrrait à la face du monde que le gouvernement de Gizenga est aux abois face à qui? that is the question?

Depuis qu'il a été chassé du ministère de l'information en octobre 2007, Toussaint Tshilombo n'a plus occupé un poste. Par un tour de passe-passe, voilà que le grand célibataire sans enfants, s'est reconverti en Lumumbiste. Sur son compte Tweeter, il tweete sur Patrice Eméry Lumumba, matin, midi et soir. Un faucon-apparatchik Joséphiste, qui a contribué à enfoncer la RDC en enfer, plus bas que terre, comme Toussaint Tshilombo peut-il avoir le culot de parler ?

Toussaint Tshilombo n'est qu'un pseudo-Lumumbiste ! Il n'a demeuré à Kingakati pour s'inspirer en dictature.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.