Etats-Unis: Entre le marteau et l'enclume, F. Tshilombo n'a pas rencontré D.Trump !

Les thuriféraires, Bena Mpuka, Zélotes Talibans et autres Tribalo-ethniques qui claironnent que l'imposteur-usurpateur Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est en visite officielle aux Etats-Unis ce qui prouve que l'aura de l'otage de la cité de l'union africaine est au Zénith! Ils se trompent. Félix Tshilombo n'a pas rencontre le président Américain Donald Trump !

Etats-Unis: Entre le marteau et l'enclume, Félix Tshilombo n'a pas rencontré Donald Trump !

Par Freddy Mulongo, jeudi 4 avril 2019  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-donaldtrump

Donald Trump, président des Etats-Unis a refusé de recevoir Félix Tshilombo Bizimungu, fils Tshisekedi

Les thuriféraires, Bena Mpuka, Zélotes Talibans et autres Tribalo-ethniques qui claironnent que l'imposteur-usurpateur Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est en visite officielle aux Etats-Unis ce qui prouve que l'aura de l'otage de la cité de l'union africaine est au Zénith! Ils se trompent. Comment Monsieur 16% de l’élection présidentielle du 30 décembre qui est tricheur-fraudeur, peut-il être en visite officielle sans rencontrer le président du pays hôte en occurrence, Donald Trump, le président Américain ? Il s'agit d'une invitation "Briefing". Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est un imposteur et usurpateur. Il n'a jamais gagné l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. Il est donc illégitime. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi sait que les Américains savent qu'il a été nommé par Alias Kabila avec qui il a fait un deal. Le non élu mais nommé est entre le marteau et l'enclume. Le finaud Fils Tshisekedi a fait le deal contre le fauteuil présidentiel, il devenait le masque et le bouclier d'Alias Kabila pour les 18 ans de sa calamiteuse gouvernance, lui et ses apparatchiks.

Au pays de Chance Eloko Pamba, Tshilombo a cru gagner le jackpot. Match Ebeti Poto. Car le monde entier sait qu'il n'est qu'un pseudo-président protocolaire. Il n'a rien comme imperium. L'administration américaine est fâché contre Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi qui a déjà déçu et continue à décevoir. Malgré la main tendue des Etats-Unis, il est demeuré incapacitaire, amorphe et écervelé. Tout en l'épargnant comme bénéficiaire des élections frauduleuses du 30 décembre 2018, les Etats-Unis lui ont tendu la main en sanctionnant à deux reprises les corrompus qui ont entachés les élections en République démocratique du Congo. Le Gourou des Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Tribalo-ethniques et Ethno-tribalistes ne réagit toujours pas: aucune interpellation et mise à la disposition de la justice. Il faut dire que la corruption gangrène la société congolaise, la justice qui devrait être l'un des piliers de la démocratie, est en faillite. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est le fruit de la corruption. Il s'est fait nommer par cette justice corrompue.

freddy-mulongo-etatsunissanctionnes-5

Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi et Mike Pompeo, le secrétaire d’état américain

Les Etats-Unis ont démontré que la Cour Constitutionnelle qui a confirmé la nomination de Félix Tshilombo par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a été corrompue par cette dernière. Les Etats-Unis ont sanctionné d'abord cinq responsables de la frauduleuse élection présidentielle qu’ils accusent de corruption, d’enrichissement personnel et de saper le processus démocratique. Dans un communiqué diffusé vendredi 22 février, le secrétariat d’Etat a annoncé donc leur interdiction du territoire américain. Et le jeudi 21 mars, les Américains ont remis une louche supplémentaire des sanctions. Déjà interdit de visa aux Etats-Unis, Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale congolaise, ainsi que deux sujets Rwandais de la CENI: Les Basengezi...Norbert, le père, qui est vice-président de Nangaa et son fils Marcelin Makolo, qui est conseiller ont surfacturé les élections en RDC et ont planqués $100 millions dans des banques américaines. Ils sont accusés par Washington d’actes de corruption répétés et de saper le processus démocratique en République démocratique du Congo. Pour le Trésor américain tous les actifs de Corneille Nangaa relevant de la juridiction américaine sont désormais bloqués. Il est également interdit à tout Américain d’effectuer une transaction avec lui. Même sanction pour son vice-président, Norbert Basengezi, et son fils, Marcellin Mukolo Basengezi, un de ses conseillers.

 

Dans son "Briefing" avec Mike Pompeo, le secrétaire d’état américain et chef de la diplomatie américaine, FélixTshilombo Bizimungu wa kanambe, fils Tshisekedi doit retenir ceci:

Pour les Américains, c'est Martin Fayulu qui est le gagnant de l'élection présidentielle. Fayulu El Commandate est l'aiguillon. Puisqu'il est là alors que le peuple congolais veut un dégagisme, Félix Tshilombo doit s'émanciper de son deal avec le FCC d'Alias Kabila. Il doit créer une rupture avec l’ancien régime, qui l'a nommé. Les violations graves perpétrés en République démocratique du Congo de 1997 à 2003 et surtout entre 2015 à 2018, ne doivent pas demeurer impuni.

La Suédoise d’origine chilienne Zaida Catalan et l’Américain Michael Sharp ont été tués le 12 mars 2017 près de Bunkonde dans le Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo par les miliciens « terroristes » Kamuina Nsapu, selon les autorités congolaises. Ils enquêtaient sur les violences dans le Kasaï pour le compte du Conseil de sécurité de l’ONU. Le régime d'Alias Kabila est impliqué dans ces deux meurtres. Le procès des assassins présumés de Michael Sharp et Zaida Catalan a déjà connu 85 audiences, mais il en est toujours au stade de l'instruction. Félix Tshilombo doit lutter contre l'impunité et la corruption. Il doit se surpasser des accords qui le lient avec Joseph Kabila. Si jamais, il n’obtempérait pas, les Américains vont le considérer également comme un tricheur et corrompu au même titre qu'Alias Kabila, Nangaa, Basengezi père et fils, Benoit Lwamba et consorts...

En déclarant publiquement, avant sa nomination électorale, après son odieux deal pour contourner le peuple congolais qui a élu Martin Fayulu: "Joseph Kabila est notre partenaire et allié (...) Il doit assumer encore de grandes responsabilités dans notre pays " Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi n'avait pas mesuré la portée et les conséquences de sa déclaration alambiquée. Comme le clarifie si bien notre confrère Roger Bongos: "L’oncle Sam ne lâche rien et demande instamment à Félix Tshilombo de lutter contre la corruption, l’insécurité grandissante dans l’Est de la République démocratique du Congo, plus grave, pour un gage de confiance, il doit mettre le barbu rasé et fermier de Kingakati Out...Et surtout de former rapidement un gouvernement qui va ou pourra réconcilier tout le monde, en évitant la réapparition des anciens apparatchiks du pouvoir de Kabila, surtout pas Albert Yuma que la Maison Blanche a mis un terrible veto sur lui. Mais Kabila dit à Félix le tricheur: c’est Yuma ou rien ! Voilà, la conséquence de trois mois sans gouvernement. Un autre caillou dans la chaussure de Félix, c’est le président élu Martin Fayulu que d’ailleurs, les américains savent qu’il avait remporté le dernier scrutin et nanti d’une grande popularité qui fait défaut à celui qui a été placé à la tête du pays. Ils exigent en outre que l’actuel locataire de la Cité de l’UA négocie avec ce dernier afin de trouver un terrain d’entente pour le bien de la nation congolaise".

Politicailleur ventriote, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est un homme versatile, une girouette politique, qui ne se bat pas pour des valeurs et convictions. Il est prisonnier d'une minorité agressive, incivique et intolérante: les Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Tribalo-ethniques et Ethno-tribalistes qui ont fait de ce voleur des voix, voleur des rêves et voleur d'espoirs du peuple congolais, un demi-dieu ! Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi d'Alias Kabila avec qui il a fait un deal pour sa nomination électorale. Et Alias Kabila en 18 ans sur le trône du Congo a ses réseaux, ses affidés, ses apparatchiks et ses courtisans. Tshilombo arrivera-t-il à déboulonner le système des dinosaures Mobutistes qui se sont mués en Mammouths Joséphistes ?

Le sang risque encore de couler en RDC, cette fois par la mission qu'a reçu Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi. Il doit mettre hors d'état de nuire son parrain, partenaire et allié: Alias Kabila. Or comme tout mafieux, JoKa a déjà montré de quoi il est capable dans son audace d'un ancien Kadogo arrivé au Congo avec ses bottes de jardinier et kalachnikov en bandoulière qui a été catapulté sur le trône du Congo pour piller ses ressources; sa férocité sanguinaire-son père adoptif M'zée Laurent-Désiré Kabila a été assassiné le janvier 2001 au palais des Marbres, cela fait 18 ans que les présumés assassins: Eddy Kapend et autres croupissent toujours en prison, sans procès; Alias Kabila a un sens aigu des rapports de force et des relations humaines...Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi qui n'a que ses wewa va-t-il réussir à débusquer le barbu rasé de Kingakati pour qu'il réponde de ses crimes ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.