RDC: Des imposteurs veulent-ils "Palestiniser" les Congolais ?

La diaspora congolaise est la seule au monde que le régime de Kinshasa lui refuse le droit de vote. Alias Joseph Kabila et sa bande voudraient-ils rendre des Congolais des apatrides ? Alias Joseph Kabila et ses Joséphistes veulent-ils "Palestiniser" les Congolais ? A voir la manière dont ils traitent la nationalité congolaise, il y a risque que les vrais congolais soient mis à la porte !

RDC: Des imposteurs veulent-ils "Palestiniser" les Congolais ?

Par Freddy Mulongo, mardi 4 septembre 2018   Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-passeportcongolais

Passeports congolais !

La diaspora congolaise est la seule au monde que le régime de Kinshasa lui refuse le droit de vote. Alias Joseph Kabila et sa bande voudraient-ils rendre des Congolais des apatrides ? Alias Joseph Kabila et ses Joséphistes veulent-ils "Palestiniser" les Congolais ? A voir la manière dont ils traitent la nationalité congolaise, il y a risque que les vrais congolais soient mis à la porte et les occupants prédateurs puissent s'arroger tous les droits y compris celui de dire qui est congolais et qui ne l'est pas. Les Azarias Ruberwa, Moïse Nyarugabo, Bizima Karahamueto, Bisengimana...sont-ils plus congolais que les congolais ?

L'imposteur et usurpateur Alias Joseph Kabila est coupable de haute trahison, de forfaiture, d’usurpation de titre de Président de la République, exerçant par défi le pouvoir du peuple congolais, illégitimement et illégalement! En 17 ans d'imposture, les Congolais n'ont toujours pas de "Carte nationale d'identité" ! Après avoir été sacrifié par la dictature Mobutu durant 32 ans, bis repetita avec celle atroce et sanguinaire actuelle. Or Une génération, c'est 25 ans. Et le dernier recensement de la population congolaise date de 1984, sous Mobutu.

Le Professeur Mulongo Huit lève un coin de voile sur Azarias Ruberwa. © MACHINE KATUMBI CHAPWE

Aucun congolais ne dispose d’une carte nationale d’identité, comment distinguer un tanzanien, un rwandais, un burundais, un Ougandais, un chinois d’un congolais…en République démocratique du Congo ? Un Ngombe, un Mulubakat, un Songye, un Muyanzi, un Mukusu, un Muluba, un Mongo, un Tetela, un Munianga, un Rega, un Rund, un Mufulero, etc… perd totalement sa congolité d’origine en République démocratique du Congo, avec l'imposteur et usurpateur Joseph Kabila, lors qu’il détient en plus une nationalité étrangère. Mais Alias Joseph Kabila est arrivé au Congo en 1996, avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière comme un kadogo. Il a été placé par la mafia international sur le trône du Congo pour mieux piller ses ressources. Aujourd'hui, il est multi-milliardaire, lui qui n'avait même pas un caillou dans ses poches et quémandait une cigarette. Et c'est Alias Joseph Kabila qui décide qui est Congolais et qui ne l'est pas ? Ne voyez vous pas que l’on cherche à "Palestiniser des Congolais" ?

Bosco Ntangana, criminel rwandais, un pseudo-congolais et général rwandais infiltré dans les Fardc, qui répond aux juges de la Cour Pénale Internationale (CPI) en Kinyarwanda, langue non parlée en République démocratique du Congo, qui s'offusque de cette imposture ? La nationalité des faux dirigeants politiciens venus du néant devient le point central du nœud identitaire qui sévit en République démocratique du Congo, seul un recensement général en bonne et due forme résoudra cette problématique pour séparer le Blé (Vrais Kongolais) de l’Ivraie (faux Kongolais infiltrés avec de carte d’électeur ou Kongorais) ! Il nous semble qu'en République démocratique du Congo, on confond citoyenneté et nationalité.

00000000000000000000kalama1

Jean-Kalama Ilunga, vaillant Résistant-Patriote, de son vivant avait éclairé nos compatriotes à plusieurs reprises sur la question de citoyenneté et nationalité, dans une interview qu'il nous avait accordé et publié, le 11 avril 2013 .

Réveil FM International: Quel regard portes-tu sur le fait de l’exfiltration du criminel Bosco Ntangada pour l’ambassade des USA à Kigali après s’être replié au Rwanda, pour être ensuite livré à la Cour pénale internationale où il est présentement et, en attendant le 23 septembre 2013, il a pris connaissance des charges portées contre lui ce mardi 26 mars 2013?

Jean Kalama Ilunga: Avant de parler du criminel rwandais Bosco Ntangada, qui vient de terminer sa cavale à la CPI au Pays Bas, je signale que c’est une nécessité absolue de dévoiler à l’attention des opinions la manipulation sur la fausse nationalité congolaise dont ont abusé et abusent les rwandais en vue d’installer la confusion et l’amalgame sur les identités culturelles congolaises! L’histoire nous renseigne qu’en 1998, Mzée Laurent-Désiré Kabila avait proposé un débat national dont parmi les 3 thèmes, le débat national sur la nationalité ! Il eut une levée de bouclier des rwandais pour en empêcher l’organisation. Alors que tout était mis en place pour la tenue de ce forum, les rwandais et leurs complices avaient joué pour imposer en lieu et place du débat national, le dialogue dit inter-congolais que j’avais d’ailleurs combattu à l’époque !

A la fin du dialogue dit inter-congolais, il s’était opéré une infiltration massive de ces rwandais tutsi dans toutes les institutions de la RDC! Pour justifier leur présence dans les institutions publiques de la RDC, par la manipulation sémantique, on nous avait imposé, avec la complicité de certains médias, des absurdités comme ’’tutsi congolais’’ ou ’’hutu congolais’’ voire ’’congolais d’expression kinyarwanda’’, pour soutenir mon propos, j’ai deux observations:

Première observation : La désignation «Tutsi ou hutu», est une dualité, sous forme de castes typiquement et strictement rwandaise et burundaise !

Pour justifier la présence en RDC de ceux rwandais (tutsi et hutu), par exemple, qui y ont immigré pour une raison ou une autre, les manipulateurs ont tenté de leur fabriquer une identité culturelle congolaise factice (tribu, ethnie) à savoir ’’tutsi congolais’’, une absurdité pour désigner ces gens venus du Rwanda ou du Burundi et vivant en RDC illégalement! Certains médias se sont révélés complices de cette volonté délibérée des manipulateurs d’installer et de faire passer pour vraie cette absurdité :’’tutsi congolais’’ voire ’’hutu congolais’’.

Deuxième observation : Pris en flagrant délit de mensonge ’’tutsi congolais’’ ou ’’hutu congolais’’ et de distorsion de la réalité pour tromper les opinions, ces médias à la solde des manipulateurs, ont sorti une autre bourde ridicule à savoir ’’congolais d’expression kinyarwanda’’!

En effet, Le kinyarwanda est et reste une langue strictement rwandaise et elle est parlée par tous les rwandais tutsi comme hutu au Rwanda et n’a aucune base nulle part à ailleurs! Tous ceux en RDC qui n’ont pas d’autre dialecte tribale que le kinyarwanda, sont des immigrés ou réfugiés rwandais tant que, individuellement, ils n’ont pas sollicité la citoyenneté congolaise de la RDC!

Pour information: La Nation congolaise étant la somme d’identités culturelles à savoir tribus, ethnies, établies dans l’espace géographique dénommé République Démocratique du Congo, pour être congolais ou congolaise d’origine, il faut justifier de son appartenance à une des identités culturelles (tribu ou ethnie) qui forme la Nation congolaise par l’ascendance paternelle ou maternelle!

Le kinyarwanda n’est pas compté comme dialecte correspondant à une identité culturelle congolaise disposant d’un espace territorial propre inclus dans l’espace géographique dénommé République Démocratique du Congo! A moins qu’il y ait l’annexion de l’espace géographique de l’identité culturelle Benyarwanda c-à-d le Rwanda annexé à la RDC pour que le kinyarwanda dialecte commune des castes hutu et tutsi devienne une tribu ou ethnie congolaise!

En attendant, il va de soi que tout congolais ou toute congolaise, pour se prévaloir de la nationalité congolaise, doit avoir une tribu ou ethnie dont la dénomination correspond au dialecte! Par exemple: un mulobo a comme dialecte, le kilobo, un muntandu, le kintandu, un lokele, kilokele, un mongo kimongo, un kaonde, kikaonde, un murega kirega, un nande kinande, un muboa, kiboa, un mutabua, kitabua, un musakata, kisakata, …etc

A la lumière de cet éclairage, les congolais doivent savoir, désormais, que les tutsi, hutus ne sont pas congolais et que ceux qui occupent les fonctions stratégiques dans les institutions publiques de la RDC: armée, police et autres sont des infiltrés rwandais!

Le Front Civil de Résistance Populaire a donné un ultimatum à ces infiltrés rwandais en vue de leur cessation immédiate d’activité dans les institutions publiques de la défense et de la sécurité de la RDC et cet ultimatum a déjà atteint son terme! De gré ou de force et par tous les moyens, ils y seront contraints! Que celui ou celle qui a des oreilles pour entendre, entende!

Tous ces infiltrés rwandais exerçant dans l’armée ou la police en RDC agissent en RDC sous les ordres du criminel rwandais James Kabarebe, ministre de la défense du Rwanda qui pilote le système de la défense de la RDC à sa guise pour le fragiliser et à qui ils rendent, exclusivement, compte!

Comme tous les autres infiltrés criminels rwandais en RDC, contrairement aux déclarations obscurantistes du traître Lambert Mende sur sa nationalité, Bosco Ntangada est bien rwandais de père et de mère et il a toujours obéi aux ordres de James Kabarebe!

Lors de sa 1ère comparution à la CPI, il a choisi sa langue maternelle qu’il maîtrise parfaitement le kinyarwanda comme langue d’expression! Il a menti aux magistrats de la CPI sur sa nationalité lorsqu’il déclare qu’il est congolais né au Rwanda!

Bien que parcellaire, les accointances perverses et la complicité active entre les infiltrés rwandais et Hyppolite Joseph Kabila sont une preuve de haute trahison et de l’anti-constitutionnalité des actes posés! C’est lui qui avait signé les ordonnances de nomination du criminel rwandais Bosco Ntangada au grade de général dans les FARDC et d’autres infiltrés rwandais à des fonctions stratégiques!

’’L’ordonnance n°13 portant révocation de certains officiers de l’Armée’’, apparemment tricotée dans la précipitation pour le besoin de la cause, et la liste d’infiltrés rwandais dont le criminel alias ’’Sultani Makenga’’de son vrai nom rwandais Nziramakenga Ruzandiza, font foi et sont une preuve de l’infiltration délibérée des rwandais dans les FARDC et de la complicité active d’Hyppolite Joseph Kabila qui avait toujours abusé et abuse, chaque jour, de la fonction usurpée de président de la république pour humilier et trahir le peuple congolais.

Pour ces raisons, Hyppolite Joseph Kabila est coupable de haute trahison!

Réveil FM International: Quel regard portez-vous sur la polémique concernant la double nationalité pour les congolais?

Jean Kalama Ilunga: A mon sens, "double nationalité" n’est qu’une tautologie du terme "nationalité"! Parce que la nationalité est intimement liée à l’identité culturelle, en conséquence et logiquement, elle ne peut être qu’une et inaliénable! Parce que la Nation est définie comme étant la somme d’identités culturelles incluses dans l’espace géographique de la République Démocratique du Congo, tout congolais ou congolaise dit d’origine est sensé disposer d’une identité culturelle c'est-à-dire d’une appartenance ethnique qui lui confère cette qualité d’être congolais. En ce sens, aucune loi n’est susceptible d’ôter à tout congolais ou congolaise d’origine son identité culturelle autrement dit sa nationalité qui est inaliénable.

La disposition constitutionnelle sur la nationalité en l’article 10 est à la base de l’amalgame et la confusion entretenue pour soutenir l’exclusion des congolais vivant à l’étranger.

Réveil FM International: L’article 10 de la Constitution stipule que la nationalité congolaise est une et exclusive. Cette disposition provenant de la 2ème république est reprise telle quelle dans la nouvelle Constitution. D’après vous, un congolais résidant à l’étranger et naturalisé français par exemple, n’a pas perdu sa nationalité congolaise ?

Jean Kalama Ilunga: Tout à fait, la nationalité congolaise étant liée à l’identité culturelle ne peut pas disparaître pour cause de ’’double nationalité’’ soit disant! Lorsqu’un congolais vivant à l’étranger se naturalise comme citoyen du pays de sa résidence, il s’agit de la citoyenneté et non de la nationalité parce qu’en fait, la citoyenneté qui est liée à la résidence, ne peut pas être et n’est pas la nationalité qui, elle, est liée à l’identité culturelle. A cet égard, il est juste et logique de dire qu’on est, par exemple, citoyen belge, français ou américain…de nationalité congolaise. Exclure les congolais de leur droit fondamental, celui d’être congolais, a toujours été et est l’objet de l’article 10 de la Constitution! C’est inacceptable parce qu’une loi fondamentale qui a pour vocation d’organiser notre société, ne peut pas promouvoir l’exclusion! En France, par exemple, on parle de « naturalisation » pour les étrangers y résidant depuis quelques années et qui souhaitent en acquérir la citoyenneté! Pourquoi parle-t-on de « naturalisation » au lieu de « nationalité » ? Parce qu’effectivement, la « naturalisation » n’est pas synonyme de « nationalité »! « Jeter l’eau de bain avec le bébé dedans » est d’une certaine façon l’analogie qui caractérise l’article 10 de la Constitution qui n’est qu’une loi scélérate imposée et entretenue pour effectivement effacer d’autres congolais du tableau de notre société! C’est une violation flagrante du droit de l’homme du fait de priver aux congolais leurs identités culturelles! Les exceptions comme l’exclusivité de l’article 10 peuvent avoir leurs places dans les lois organiques pour compléter la loi fondamentale et non pour en tenir lieu! Il faut impérativement la changer! Sinon, nous serons obligés de proposer aux nombreux congolais lésés dans leur droit fondamental d’être congolais, c'est-à-dire ntandu, mongo, luba, lokele, rega, lunda, sakata, lomotwa, kuba, tetela, mbala, yaka, ngbaka, teke-humbu, yanzi, shi, ngbandi, kaonde…etc. de mener une action en justice auprès de la cour internationale des droits de l’homme contre cette disposition constitutionnelle de la République Démocratique du Congo sur la nationalité qui prive délibérément aux congolais et congolaises d’origine leurs identités culturelles, leur nationalité!

Le projet politique de l’UCDP préconise le "primat de la nationalité congolaise" en lieu et place de "l’exclusivité" inscrite par l’article 10. C'est-à-dire que tout congolais d’origine est d’abord congolais et le reste quelles que soient les citoyennetés des pays étrangers de résidence acquises.

Mzee Laurent Désiré Kabila avait proposé l’organisation du débat national sur la nationalité afin d’endiguer les exclusions! Mais les manipulateurs avaient réussi à détourner et à occulter cette question de nationalité pour imposer le controversé dialogue inter-congolais!

 

Les congolais doivent se mobiliser et prendre leur destin en main. Ils doivent surtout ouvrir l’œil et le bon !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.