RDC: Un "Libumucrate" menace deux journalistes: Tatiana Ossango et Joelle Kombe !

Faux Lumumbiste, Franck Diongo Shamba "Limumucrate" est un politicailleur-ventriote patenté, connu de tous. Tatiana Ossango et Joelle Kombe, sont deux journalistes congolaises proches de notre peuple, qui font un journalisme de proximité qui détonne. Franck Diongo menace deux journalistes femmes qui se sentent en danger. Tous ceux qui ont attenté à la vie des journalistes se sont vus rattrapés..

RDC: Un "Libumucrate" menace deux journalistes: Tatiana Ossango et Joelle Kombe !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

freddy-mulongo-tatiana

Tatiana Ossango, journaliste en danger, menacée par Franck Diongo Shamba !

freddy-mulongo-joelle-kombe

Joelle Kombe, journaliste en danger, menacée par Franck Diongo Shamba !

Le vrai journalisme, c'est la proximité. Proximité avec ceux qui vivent les événements mais aussi ceux qui subissent les événements. Le vrai journalisme, c'est la poussière à ses pieds.

Elles sont jeunes, dnamiques et intelligentes. Tatiana Ossango est une experte en question titillante. Quant à Joelle Kombe, déterminée, elle a une capacité d'écoute qui désarme. Elle ne passe pas son temps à couper la parole à son interlocuteur. Une qualité qui fait défaut dans la majorité des journalistes congolais qui viennent avec des questions, sans écouter les réponses.  

Tatiana Ossango  et Joelle Kombe n'ont pas besoin d'un studio. Elles sont à Ndjili, Kingasani, Masina...elles tendent leurs micros au peuple congolais.  Les Congolais s'expriment librement.  Personne n'a condamné le fait que des Tribalo-Ethniques de l'Udps aient crevé les quatre pneus de la voiture de Tatiana Ossango. Instaurer le climat de peur chez des journalistes, c'est aller à l'encontre de la liberté de la presse.  

Le climat de haine des politicailleurs ventriotes à l’encontre des journalistes risque de dégrader la liberté de la presse en République démocratique du Congo, qui caracole depuis des années en bas de l'échelle. Deux jeunes femmes journalistes : Tatiana Ossango et Joelle Kombe sont menacées par un politicailleur ventriote proche du régime de Tshilombo: Franck Diongo Shamba, président d'un parti politique, le fameux Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP)! 

freddy-mulongo-tatiana-2

Dans un pays aux 18 journalistes assassinés (Franck Ndjike, Bampuwa Mwamba, Serge Maheshe Kasole,  Papy Mumbere Mahamba,  Didace Namujimbo, Robert Chamwami Shalubuto...) qu'est la République démocratique du Congo, menacer deux jeunes femmes journalistes: Tatiana Ossango et Joelle Kombe n'est pas anodin. On commence par des menaces et on finit par des exécutions. Franck Diongo Shamba doit savoir s'il arrive un malheur à Tatiana Ossango et Joelle Kombe, il sera tenu pour responsable. On ne badine pas avec des menaces aux journalistes.

joelle-kombe
La RDC occupe actuellement la 154e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de presse établi par RSF.

Voltaire décrit la liberté de la presse comme "la base de toutes les autres libertés". Indispensable à l'exercice démocratique, la liberté de la presse est également une condition nécessaire pour assurer le droit à l'information, droit stipulé dans la déclaration universelle des droits de l'homme.

Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ; et il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits”, écrivait Beaumarchais dans Le Mariage de Figaro. Franck Diongo Shamba politicailleur ventripotent fait partie de ceux qui choisissent de s’attaquer publiquement aux journalistes et aux médias plutôt que de répondre à la critique.

Informer peut se révéler une tâche périlleuse dans certains pays, notamment en République démocratique du Congo.  Les journalistes dont les questions déplaisent ou dont les enquêtes s’attachent à mettre en lumière la versatilité,  la non-constance, la corruption et le girouettisme des Mabumucrates... peuvent s’exposer aux foudres des politicailleurs patentés. Que Franck Diongo Shamba ne puisse pas tolérer le désaccord ni le débat  et se croire tout permis jusqu'à menacer des journalistes, c'est le comble !  Que Franck Diongo Shamba puisse associer toute remise en cause à une opposition, un acte de sédition, un complot puisque librement des personnalités congolaises se sont exprimées devant les caméras de Tatiana Ossango et Joelle Kombe, le Limumucrate à la solde de Tshilombo ignore tout de la démocratie.   Franck Diongo Shamba doit savoir que les projecteurs du monde sont braqués au Congo. S'il arrive un pépin aux deux jeunes femmes journalistes: Tatiana Ossango et Joelle Kombe, la foudre abattra sur lui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.