Etats-Unis: Le Vadrouilleur-Troubadour Félix Tshilombo, sa déclaration de trop!

"Je suis là pour déboulonner le système dictatorial qui était mis en place "..."J’ai hérité d’un pays au bord du gouffre"... Le Gourou des Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Tribalo-ethniques et Ethno-tribalistes a martele sur le comportement de ceux qui " ont retardé le pays avec la corruption, la gabegie et l’impunité" ! En diplomatie, on ouvre jamais des hostilités en dehors du territoire national.

Etats-Unis: Le Vadrouilleur-Troubadour Félix Tshilombo, sa déclaration de trop!

Par Freddy Mulongo, vendredi 5 avril 2019   Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-184

Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi au Council on Foreign Relations, à Washington DC

C'est une règle diplomatique simple, en visite officielle ou d'Etat à l'étranger, un président de la République ne fait pas des déclarations intempestives et menaçantes pour son pays ni pour ses opposants politiques. Il doit rentrer au pays pour le faire. On ouvre jamais des hostilités en dehors du territoire national. Or malgré ses 110 conseillers tribaux-Bena Mpuka, notre vadrouilleur-Troubadour National, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, en séjour à Washington DC aux Etats-Unis, a fait une déclaration qui laissera des traces. Au Council on Foreign Relations, à Washington DC, il a déclaré: "Je suis là pour déboulonner le système dictatorial qui était mis en place "..."J’ai hérité d’un pays au bord du gouffre"... Le Gourou des Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Tribalo-ethniques et Ethno-tribalistes a martele sur le comportement de ceux qui " ont retardé le pays avec la corruption, la gabegie et l’impunité" !

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-183

Félix Tshilombo et Mike Pompeo, secrétaire d'Etat

Surnommé par ses fanatiques écervelés et conducteurs des Wewa "Rangers Raptor", il dribble tout le monde, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi doit savoir au moins ceci:

1. Monsieur 16% est une calamité. Après avoir signé à Kigali, dans le livre d'or du mémorial rwandais, que les Congolais assassinés et massacrés par la soldatesque rwandaise de Paul Kagamé, n'étaient que victimes des effets collatéraux du génocide rwandais...Oubliant que Paul Kagamé a été armé par les Etats-Unis sous Bill Clinton. Et que Tony Blair, l'ancien Premier ministre britannique est le conseiller politique de l'ogre de Kigali. Le pillage des ressources de la RDC est le soubassement de la guerre de basse intensité que subissent les Congolais depuis une vingtaine d'années. Voilà qu'après Kigali, le Faussaire joufflu s'en est allé demandé de l'aide au pays de l'Oncle Sam. Au risque de se perdre, Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe, fils Tshisekedi ne doit pas prendre pour argent comptant les belles promesses reçues dans les salles climatisées américaines, sans un effort de sa part. Tout dépend de Tshilombo. L'épine dans son pied est qu'il n'a jamais été élu, il n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Les Américains ont les accords qu'il a signé avec Alias Kabila pour sa nomination électorale. Il est illégitime, voyou et bandit qui veut diriger par défi. Le caillou dans sa chaussure est qu'il montre à la face du monde, qu'il est tribaliste et ne nomme que ses Bena Mpuka et ses Tribalo-ethniques...il suffit de regarder ses nominations. Bon politicailleur ventriote, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi n'est ni Rassembleur ni Fédérateur. Libumucrate, il pense d'abord à son ventre. Comment croire à un individu pareil ? Le Maréchal Mobutu Sese Seko a été l'un des plus puissants présidents africains. Malgré sa féroce dictature dans notre pays, le Zaïre, il a été soutenu par les Américains jusqu'au jour où il a été lâché, on connait la suite. Voleur des voix, voleur des rêves et voleur d'espoirs du peuple congolais, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi joue au méprisant. Il est celui qui a volé et refuse la repentance. Il regarde le peuple congolais de haut. En deux mois sans gouvernement, Félix Tshilombo a visité plusieurs pays africains sans visiter un seul coin de la République. Le fils Tshisekedi croit que la légitimité à l'extérieur va s'imposer automatiquement à l'intérieur du Congo. Lui le non élu, le pseudo-président nommé par Alias Kabila finira obligatoirement par s'imposer. Le Faussaire joufflu se trompe. La vraie légitimité, c'est toujours le peuple souverain. Monsieur 16% sur 80 millions des Congolais doit revisser ses calculs.

2. Election présidentielle du 30 décembre 2018, le peuple congolais a opté pour le "Dégagisme". Le régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'Alias Kabila et ses apparatchiks a été rejeté. Mafieux, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi a décidé de contourner le peuple souverain en faisant un odieux deal contre le peuple congolais avec Alias Kabila. Ce dernier n'est pas le premier président camerounais Ahmadou Ahidjo ! En effet, le 4 novembre 1982, alors qu'il tient le pays d’une main de fer en ayant réduit à néant la contestation de son régime, si forte au début de sa présidence, Ahmadou Ahidjo, âgé de 58 ans, annonce contre toute attente sa démission au motif de raisons de santé. Son Premier ministre Paul Biya, âgé de 49 ans, est donc amené à lui succéder. En mars 1983, Ahidjo tente de revenir, Paul Biya réagit en expulsant du gouvernement les proches de son rival, qui doit dès lors s'exiler en France. Séjournant alors entre la France, l’Espagne et le Sénégal, il ne rentra jamais au Cameroun et s’installa au Sénégal où il meurt, d'une crise cardiaque, le 30 novembre 19897. Il est inhumé au cimetière Bakhiya de Yoff, le plus grand cimetière musulman de Dakar. Alias Kabila a 47 ans donc plus jeune que Félix Tshilombo qui a 55 ans. Le barbu rasé de Kingakati a dirigé par défi la RDC durant 18 ans. C'est à genoux que Tshilombo en larmes l'a remercié de lui donné le pouvoir après signature des accords. Sa plate-forme, le FCC, a la majorité qui contrôle l'Assemblée nationale, qui contrôle, avec la même proportion, le nouveau Sénat et devrait aussi avoir la main mise sur l’administration des provinces car les gouverneurs et les vice-gouverneurs sont élus au niveau des assemblées locales déjà dominées par le même groupe. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi n'est pas encore bien assis. Il n'a que deux mois et menace celui qui l'a nommé au fauteuil présidentiel avec quels moyens ? Comment va-t-il procéder ? Comment l'otage de la cité de l'Union africaine, qui n'a même pas une lance-pierre peut faire face à quelqu'un qui a l'armée et les services de renseignements? Lorsque Félix Tshilombo ronfle Kingakati écoute ! Le mariage FCC-UDPS-CACH contre le peuple congolais augure une cohabitation, pas une coalition. Contrairement à ce que pensent les Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Tribalo-ethniques et Ethno-tribalistes, ce n'est pas Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe qui va dissoudre l'Assemblée nationale et le Sénat. Par contre le FCC pourra toujours bloquer la machine. Déjà Jeannine Mabunda Lioko a été désignée candidate de la coalition FCC-Cach au poste de présidente du bureau définitif de l'Assemblée nationale. Refuser de la reconnaitre, Félix Tshilombo s'attirerait les foudres des féministes engagés du monde entier. La vraie stratégie, elle est du côté du FCC, pas du côté de Tshilombo qui avec ses 110 conseillers Chekuleurs ne lui apportent pas grand chose.

Voleur des voix, voleur des rêves et voleur d'espoirs qu peuple congolais, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi a ouvert des hostilités contre Alias Kabila et ses apparatchiks ne risque-t-il pas de tout perdre ? Un pseudo-président nommé est toujours imposteur et usurpateur n'en déplaisent aux Zélotes Talibans et Bena Mpuka.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.