10 Questions à Baudoin Amba Wetshi, journaliste et fondateur de Congoindépendant !

Dans la diaspora congolaise, qui ne connait pas Baudouin Wetshi Amba ? Le Rédacteur en chef du webjournal www.congoindependant.com qui fait la fierté des congolais de l'étranger. "La vérité est dans la thèse et l'antithèse", la citation de Hegel est inscrit au fronton du site congoindependant. Baudoin Amba Wetshi excelle par des analyses et informations pointues sur la RDC...

10 Questions à Baudoin Amba Wetshi, journaliste et fondateur du webjournal Congoindépendant

Par Freddy Mulongo, mercredi 8 novembre 2017  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-baudoin-amba-wetshi

Baudoin Amba Wetshi de Congoindependant

Dans la diaspora congolaise, qui ne connait pas Baudouin Wetshi Amba ? Le Rédacteur en chef du webjournal www.congoindependant.com qui fait la fierté des congolais de l'étranger. "La vérité est dans la thèse et l'antithèse", la citation de Hegel est inscrit au fronton du site congoindependant. Baudoin Amba Wetshi excelle par des analyses et informations pointues sur la République démocratique du Congo. Congoindependant est le plus vieux site de la diaspora congolaise en Belgique, Baudoin Amba Wetshi est précurseur car il a créé son site le 3 novembre 2003, le journal est à la veille de ses quinze années d’existence. Qu'est-ce qu'il écrit excellemment bien, Baudoin Amba Wetshi est une plume qui compte dans la diaspora congolaise, qui aura contribué à éveiller la conscience patriotique de la communauté congolaise. A plusieurs reprises, les autoproclamées autorités congolaises qui sévissent en toute impunité en République démocratique du Congo, ont dénoncé les articles de Congoindépendant, ce qui est un bon signe. Titulaire d’un DEUG en droit, d’une maîtrise en communication et d’un diplôme en journalisme, Baudoin Amba Wetshi a été fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères à Kinshasa au protocole d’Etat. Il est un ancien diplomate zaïro-congolais à Dakar (Sénégal), Berne (Suisse) et Bruxelles (1986-1999). La philosophie de la rubrique 10 questions de Réveil FM International est simple, elle s'inspire de la recommandation paulinienne aux Thessaloniciens: "Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus". Ceux qui n'ont pas semé pendant cette lutte contre l'imposture et l'occupation de la République démocratique du Congo, ne récoltera jamais. Ceux qui espèrent être catapultés sans avoir combattu la dictature totalitaire et sanguinaire qui sévit en toute impunité n'ont qu'à aller voir ailleurs. Nous remercions Baudoin Amba Wetshi de Congoindependant d'avoir répondu à nos 10 Questions, plus un bonus.

freddy-mulongo-alias-joka-5

1. Réveil FM International: Cela fait plusieurs jours maintenant après son passage en RDC, les Congolais continuent de parler de Nikky Haley ce qui prouvent qu'ils ne sont pas indifférents. Quelle est votre lecture sur l’ambassadrice américaine à l'ONU ? En exigeant les élections en 2018 alors que le premier glissement prend fin le 31 décembre 2017, pêche-t-elle par excès de zèle ou c'est vraiment la vision des Etats-Unis pour le Congo ?

Baudoin Amba Wetshi: Je tiens d’abord à faire observer que dix mois après son investiture à la Maison Blanche, le président Donald Trump affiche un mutisme assourdissant sur la politique africaine de son Administration. Est-ce le signe d’un désintérêt à l’égard d’un continent jugé, à tort ou à raison, «marginal » au niveau du commerce mondial ? Dix mois après, le sous-secrétaire d’Etat aux Affaires africaines censé jouer le rôle de « Monsieur Afrique » n’est toujours pas désigné. C’est un cas sans précédent. En matière de politique étrangère, les Etats ont des « intérêts permanents » et des « intérêts conjoncturels ». Trump pourra difficilement ignorer les intérêts permanents de son pays. C’est le cas notamment de la lutte contre le terrorisme et le trafic de drogue. Sans omettre, l’approvisionnement des industries US en pétrole, gaz et métaux rares.

freddy-mulongo-alias-joka-4

L’ambassadeur des Etats-Unis aux Nations Unies, Nikki Haley, est arrivé le 26 octobre à Kinshasa sans une réelle « feuille de route ». Dimanche le 5 novembre, la Commission électorale nationale indépendante a publié son « calendrier électoral ». Devrait-on parler d’« effet Haley » ? Il est temps que les Congolais se départissent de la fâcheuse habitude qui consiste à laisser d’autres peuples résoudre leurs problèmes en leur lieu et place. Le peuple souverain doit refuser de devoir attendre jusqu’au 23 décembre 2018 pour élire son nouveau Président…

freddy-mulongo-alias-joka

2. Réveil FM International: La République démocratique du Congo élue au Conseil des droits de l'homme des Nations-Unies, n'est-ce pas l'hôpital qui se fout de la charité ou l'assassin qui se fait juge dans un prétoire ?

Baudoin Amba Wetshi: Il importe d’examiner cette question de l’élection du Congo-Kinshasa au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies sous un double éclairage objectif et subjectif. Dans le premier cas de figure, les membres de cette instance onusienne sont élus sur la base du principe de répartition géographique équitable. L’Afrique dispose de 13 sièges sur 47.

freddy-mulongo-droits-de-lhomme-1
freddy-mulongo-droits-de-lhomme

Quatre postes étaient à pourvoir. On le sait, le vote a lieu à bulletin secret. Le lobbying et tout ce que cela implique comme « subornation » a fait le reste. Dans le second cas, la présence du « Congo libéré » de « Kabila » dans cette Agence onusienne constitue une injure à la mémoire des journalistes (Franck Kangundu Ngycke et son épouse Hélène Mpaka, Louis Bapuwa Mwamba, Didace Namujimbo, Serge Maheshe etc.) et des activistes de la société civile (Floribert Chebeya Bahizire, Fidèle Bazana Edadi, Pascal Kabungulu, Armand Tungulu Mudiandambu etc.) dont les vies ont été broyées par le rouleau compresseur du pouvoir kabiliste.

freddy-mulongo-mushobekwa-1

Marie-Ange Mushobekwa, grande menteuse et sorcière de la République. Ministre des droits de l'homme d'Alias ? Mon œil !

La liste est loin d’être exhaustive. Que dire de tous ces anonymes ensevelis dans des fosses communes à Maluku et dans le Kasaï Central ? C’est tout simplement révoltant !  

freddy-mulongo-etienne-tshisekedi

3. Réveil FM International: Le corps d'Etienne Tshisekedi est toujours à Bruxelles, le Sphinx de Limeté n'est pas encore rentré au pays de ses ancêtres pour y être enterré, Comprenez-vous cela ? Qui bloque la famille ou le gouvernement ? Qui dit vrai dans l'affaire Tshisekedi ? Personne ne peut comprendre les tractations sordides qui entourent la question relative au rapatriement de la dépouille d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba en vue de son inhumation au pays de ses ancêtres...

freddy-mulongo-etienne-tshisekedi-10jpg

Il faut bien reconnaître que ce dossier n’a pas été bien géré, au départ, par la famille tant biologique que politique. Fallait-il lier le rapatriement avec la nomination d’un nouveau Premier ministre ? Du côté du pouvoir, « Joseph Kabila » parait incapable d’enfiler le costume de chef de l’Etat. L’homme est et reste le chef d’une faction. Il semble qu’il suspecte le Rassemblement en général et l’UDPS en particulier d’envisager de provoquer un « soulèvement populaire » lors des obsèques de « Tshitshi ».

freddy-mulongo-etienne-tshisekedi-4jpg

Je crains que les responsabilités soient partagées. Une chose parait sûre : si « Joseph Kabila » était un Congolais digne de ce nom, il se serait dépassé en organisant les obsèques de son ex-adversaire que la grande majorité des citoyens considère comme un « père ». Une icône nationale.

freddy-mulongo-mobutu-sese-seko-3jpg

4. Réveil FM International: Le Maréchal Mobutu signait Président-Fondateur et il assumait. Alias Joseph Kabila ne signe aucun document depuis plusieurs années, il s'est fait élire comme candidat indépendant, c'est le PPRD et MP qui se réclament de lui...Avec Mobutu c'était le Parti-Etat assumé, avec Alias Joseph Kabila , sommes-nous dans quel système politique ?

Baudoin Amba Wetshi: On impute au président Mobutu Sese Seko beaucoup d’erreurs. On doit lui reconnaître cependant une certaine rigueur dans le choix des collaborateurs. Le cabinet (Bureau) du chef de l’Etat était dirigé par des juristes et des économistes de haut niveau qui veillaient tant sur la forme que le fond des documents officiels. Le système politique congolais est quelque peu jacobin.

freddy-mulongo-alias-joseph-kabila-kanambe-e1475684796958

Dans ce sens que tous les pouvoirs sont concentrés au sommet de la pyramide. C’est à ce dernier niveau que doit venir l’impulsion. Le 26 janvier 2001, « Joseph Kabila » est tombé comme un cheveu dans la soupe. Sans aucune préparation. Ses collaborateurs, à quelques exceptions près, brillent par des connaissances livresques. Depuis la promulgation de la Constitution du 18 février 2006, c’est le gouvernement qui conduit la politique nation et rend compte devant l’Assemblée nationale (article 91).

freddy-mulongo-alias-joka-7

Nous sommes dans un système politique hybride. Sur papier, c’est un régime parlementaire. En fait, c’est un régime présidentiel camouflé dans la mesure où le Premier ministre n’est pas le leader de la majorité. Le chef de l’Etat nomme à ce poste la personnalité de son choix.

5. Réveil FM International: L'exil est toujours un choix difficile. Peut-on parler de la revanche des Mobutistes autour d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale ? 

Baudoin Amba Wetshi: Cela fait 20 ans que je n’ai plus mis les pieds dans mon pays. Mon dernier séjour remonte au mois de mars 1997 au moment de la prise de Kisangani par l’AFDL. L’exil est effectivement difficile. S’agissant des mobutistes, je cherche en vain ceux qui seraient tentés par un revanchard. J’ai du mal à répondre à cette question dans la mesure où dès le lendemain de la restauration du pluralisme idéologique fin avril 1990, plusieurs cadres de l’ex-parti-Etat ne se réclamaient plus du « Guide ». Comment reconnait-on un « mobutiste » aujourd’hui ?

freddy-mulongo-kengo-kamerhe

Léonbitch Kengo wa Dondo et Vital Kamerhe. Photo Réveil FM International, archives

En dehors de Léon Kengo wa Dondo qui a été élu à la présidence du Sénat, je note que tous les grands corps de l’Etat sont dirigés par des kabilistes pur sucre. C’est le cas de l’armée, des services de renseignements, de la Banque Centrale et de la police nationale. Sans omettre l’appareil judiciaire. Je continue à chercher en vain les « revanchards mobutistes ». Vous pouvez peut-être m’éclairer…

dmal1ixw4aaf8d8

Corneille Naanga, président de la CENI déroule le tapis rouge à Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale

6. Plus d'élection fin 2017. La CENI s’est-elle moqué du peuple congolais ? Du glissement d'une année au plus d'élection du tout, la RDC est-elle déjà dans la zone de turbulence ? Doit-on supprimer la CENI qui  n'est plus depuis longtemps une institution d'appui à la démocratie pour remettre l'organisation des élections au ministère de l'Intérieur ? 

Baudoin Amba Wetshi: Comme je l’ai dit précédemment, les Congolais doivent refuser le pseudo-calendrier électoral publié le dimanche 5 novembre par la CENI. Les évêques de la CENCO ont eu reçu de fustiger une minorité de concitoyens qui tentent de prendre en otage la des millions de Congolais. La CENI est disqualifiée. Le 31 décembre prochain à minuit les Congolais ne doivent plus reconnaître « Joseph Kabila » comme président de la République.

freddy-mulongo-alias-joka-8

7. Comment un pays qui a eu des acteurs politiques respectables et respectés: Lumumba, Mbomboko, Mulele, Tshombe, kalonji, Kamitatu...peut aujourd'hui avoir une classe politique médiocre, débauchée dont l'appétence à la mangeoire, la recherche des intérêts personnels et la course à l'enrichissement individuel n'ont pas  d'équivalent? 

  Baudoin Amba Wetshi: « Le poisson pourrit par la tête », dit le fameux dicton chinois. Les chrétiens disent qu’il y a de moment où il faut passer par la vallée avant d’atteindre la montagne. On ne doit pasdésespérer de notre pays. Quand le Congo-Kinshasa s’éveillera…

freddy-mulongo-alias-joka-9

8. Réveil FM International: Le danger de la balkanisation est-il éloigné de la République démocratique du Congo? 

Baudoin Amba Wetshi: Oui et non ! Oui parce que les Congolais sont très attachés à la terre de leurs ancêtres (Mabele ya bankoko). N’eut été cet attachement, les forces centrifuges auraient déjà provoqué l’implosion du pays notamment lors de la fameuse guerre dite des « Banyamulenge » en 1996-1997 mais aussi au lendemain de la « guerre d’agression » déclenchée le 2 août 1998 par le Rwanda et l’Ouganda. Non, parce que la cohésion nationale n’est nullement un acquis. C’est une conquête de chaque jour. La cohésion nationale se nourrit de la justice sociale, de la solidarité et de la lutte contre les inégalités. Depuis deux décennies, on assiste à un retour en force du tribalisme et du régionalisme. Attention danger !

000000000freddy-mulongo-louis-michel-joseph-kabila

9. Réveil FM International: La RDC et sa diaspora sont-ils irréconciliables ? Pourquoi le gouvernement de Kinshasa a peur de sa diaspora ?

  Baudoin Amba Wetshi: Depuis la nuit des temps, l’Etat zaïro-congolais entretient des relations heurtées avec ses citoyens vivant à l’étranger. Les raisons sont sans doute multiples. On pourrait retenir de manière fondamentale le fait que les Congolais de l’étranger sont perçus comme des opposants potentiels au régime dictatorial. Les Congolais de l’étranger vivent dans leur grande majorité dans des pays où règnent la démocratie, la liberté et une certaine justice. Un tel environnement est propice au développement de l’esprit critique voire de défiance.

freddy-mulongo-baudoin-amba-wetshi-1

Baudoin Amba Wetshi, la passion du Congo

Il faut dire par ailleurs que l’accueil réservé aux nationaux dans les représentations diplomatiques du Congo-Kinshasa ne favorise guère la confiance mutuelle. S’agissant particulièrement de « Joseph Kabila », celui-ci est mal aimé. A tort ou à raison, il perçu comme le « gouverneur général » d’un pouvoir d’occupation. Au lieu d’engager le débat avec ses contempteurs, l’homme excelle dans l’esquive de tout contact avec ses « concitoyens » de l’étranger.

0000000000000000000000aaaaamobutu

10. Réveil FM International: Nous sommes un pays qui ne sait plus honorer ni ses vivants encore moins ses morts. Par où doit-on commencer ? Rapatrier les corps de Mobutu, Tshombé...Honorer tous ceux qui ont élevé le nom du pays ?

Baudoin Amba Wetshi: Au cours d’une allocution sur l’Etat de la nation au Palais du peuple, « Joseph Kabila » a égrené les noms de ses prédécesseurs en «zappant» Mobutu Sese Seko. C’était pire que de la mesquinerie. La télévision d’Etat RTNC avait commis la même faute avant d’apporter un correctif. Le problème qui se pose ici est celui de la réconciliation des Congolais avec leur propre Histoire. Personne n’a le droit de gommer un chapitre ou un autre.

freddy-mulongo-moise-tschombe

Moïse Tshombe kapenda

Il faut dire que le rapatriement des corps de Mobutu et de Moïse Tshombe dépend avant tout de la volonté des familles respectives. Le kimbaguiste Vangu Mambweni, aujourdhui disparu, a dit un jour ces mots : « La nation est une communauté des vivants et des morts… ».

freddy-mulongo-lumumba-1

Patrice Emery Lumumba

 

Bonus. Réveil FM International Le congolais est devenu amorphe !  Certains disent c'est à cause des églises et églisettes qui pilulent dans tout le pays. D'autres pensent que les politicailleurs avec leur course au pouvoir ont fini par décourager les plus téméraires sur le respect de la chose publique. Et vous qu'en pensez-vous ? 

freddy-mulongo-eglisette-1

Baudoin Amba Wetshi: « Un homme conscient et debout est plus dangereux pour un gouvernement que dix mille hommes soumis et endormis », disait Gandhi. L’Histoire nous apprend qu’aucune révolution n’a jamais été l’œuvre d’un million d’individus. C’est toujours une poignée de gens qui lance le mouvement et les autres suivent.

freddy-mulongo-eglisette

Amorphe ou pas, l’être humain reste une machine imprévisible. Le même Gandhi a dit : « Nous devons être le changement que nous voulons voir dans le monde ». Le changement que nous appelons de nos vœux n’interviendra que lorsque chacun de nous fera sa part en commencement par se changer. Vous me direz que c’est de la philosophie. Pourquoi pas ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.