Afrophobie-Afrique du Sud: Hôtel Orchidea de Nzuzi Wa Mbombo, vendu aux enchères!

Victimes d'Afrophobie en Afrique du Sud, des Congolais qui voulaient s'abriter à l'hôtel Orchidea, 2 étoiles, de la dinosaure Mobutiste Catherine Nzuzi Wa Mbombo, 60 chambres sur 6 étages, situé à Braamfontein, à 150 mètres du marché de Neighbourgoods, ont eu la mauvaise surprise d'apprendre que l'hôtel s'appelle désormais Once in Jobourg. Il a été vendu aux enchères.

Afrophobie en Afrique du Sud: Hôtel Orchidea de la Mobutiste Nzuzi Wa Mbombo, vendu aux enchères, devient Hôtel Once in Jobourg !

Par Freddy Mulongo, jeudi 10 octobre 2019  Freddy Mulongo-Réveil FM International 

freddy-mulongo-nzuzimbombo-1

La pilule ne passe toujours pas. Les Congolais ont encore en travers de la gorge les violences meurtrières afrophobes ou négrophobes qui ont secoué récemment l’Afrique du Sud. Le pays de Nelson Mandela d'aujourd'hui, rappelle le Far-West de la fin du XIX siècle: c'est une terre d'une formidable dynamisme où tout est possible et où la criminalité est aussi brutale qu'omniprésente. L'Afrique du Sud affiche l'un des taux d'assassinats les plus élevés du monde pour un pays qui n'est pas en guerre. Les attaques négrophobes, contre les autres africains: Zimbabwéens, Mozambicains, Malawites, Somaliens, Congolais et Nigérians, sont-elles fortuites ? Le fait que 40% de la population noire soit sans emploi, explique-t-il tout ?

freddy-mulongo-hotelnzuziwambombo-5

Nos compatriotes, qui voulaient s'abriter à l'hôtel Orchidea 2 étoiles, de la dinosaure Mobutiste Catherine Nzuzi Wa Mbombo, 60 chambres sur 6 étages, situé à Braamfontein, à 150 mètres du marché de Neighbourgoods, ont eu la mauvaise surprise d'apprendre que l'hôtel s'appelle désormais Once in Jobourg. En effet, la gestion de Richard Nzuzi, le fils de Cathérine NZuzi Wa Mbombo, a été catastrophique et désastreuse-non paiements des employés, des taxes étatiques (eau, électricité, taxe de séjour...), l'hôtel Orchidea était devenu vétuste. La justice sud-africaine s'en est mêlée et le résultat ? Le gouvernement sud-africain a récupéré l'hôtel Orchidea de NZuzi Wa Mbombo, qui a été vendu aux enchères...depuis quelques années.

freddy-mulongo-hotelnzuziwambombo-3

Arrivée à Kinshasa à l'âge de 19 ans, sous l'aile de Mobutu...elle sera catapultée à 22 ans comme Bourgmestre de la Commune de la Gombé, puis vice-gouverneur de la ville province de Kinshasa, la capitale congolaise. C'est comme ça que Catherine NZuzi Wa Mbombo va s'accaparer de toutes les belles maisons, villas et immeubles qu'elle a Kinshasa. Sa société Maicofroid (Maison Industrielle de Commerce et du Froid) a été pillée à deux reprises par des Zaïrois, en 1991 et 1993, sous la dictature de Mobutu. Au moment où nous couchons ces lignes, elle recherche encore l'indemnisation par l'Etat congolais de cette période.

freddy-mulongo-hotelnzuziwambombo

4 ans auparavant , c'est-à-dire en 1993, avant le délitement du régime Mobutu, Catherine Nzunzi Wa Mbombo, dinosaure mobutiste, a fait l'acquisition de l'hôtel Orchidea à Johannesburg, en République d'Afrique du Sud, en 1993. 60 chambres sur 6 étages, situé au 90 De Korte Street Braamfontein, Johannesburg, 2001, ZA. En plein centre de Johannesburg, à moins de 5 minutes en voiture de Museum Africa et Johannesburg Zoo. Cette auberge de jeunesse se trouve à 4,8 km de South African Museum of Military History et à 7,5 km de Parc d'attractions Gold Reef City.

freddy-mulongo-hotelnzuziwambombo-4

Biens mals acquis ne profitent jamais. Catherine NZuzi Wa Mbombo clame à qui veut l’entendre qu'elle est extrêmement riche. Sans doute pour avoir pillé la République sous Mobutu. Femme forte à tout point de vue, l’acariâtre est hautaine et méprisante. Le problème de Catherine Nzuzi Wa Mbombo, ex-danseuse de ventre de Mobutu, c'est son insolence outrancière. Avoir connu Mobutu, lui donne droit au mépris. Comme si Mobutu était un demi-dieu. Bénéficiaire de l'impunité depuis Mobutu jusqu'à Tshilombo, la dinosaure Mobutiste est d'une effroyable arrogance. Elle se croit tout permis. Elle s'est permise d'insulter "Ma mère" qui ne lui a rien fait. Catherine Nzuzi Wa Mbombo est l'incarnation de l'arrogance mobutienne, un mépris pour le peuple congolais. C'est quoi réussir sa vie ? C'est en pillant la république et volant le peuple zaïrois, que les apparatchiks Mobutistes se sont enrichis. Catherine Nzunzi Wa Mbombo n'est pas du reste. Elle a été gouverneure de la province du Bas-Zaïre de 1972 à 1976 et a occupé les mêmes fonctions dans la province de Kinshasa en 1985 et 1986. Animatrice et Danseuse de ventre du dictateur tropical Mobutu Sese Seko, elle a été une dinosaure Mobutiste . Membre du Comité central, vice-président Bureau politique du MPR-Parti-Etat.

freddy-mulongo-hotelnzuziwambombo-1

Lorsqu'on pose la question sur tous les biens immobiliers amassés sous la deuxième République de Mobutu, elle répond sans ambages, qu'elle est femme d'Affaires. Comment peut-on avoir été Membre du Bureau politique et du Comité Central du MPR-Parti-Etat de Mobutu et être femme d'Affaires ? Ce conflit d'intérêts n'effleure même pas son esprit. Quelles sont les compétences qu'avait Catherine Nzuzi Wa Bombo pour occuper toutes les hautes fonctions sans Mobutu ?

freddy-mulongo-hotelnzuziwambombo-2

A 75 ans, repue de ses pillages des ressources de la République, l'ancienne danseuse de ventre de Mobutu continue de narguer tout le monde. Sa voracité pour s'enrichir n'a d'égale que sa volonté d'amasser, encore amasser et enfin amasser. Elle n'a rien fait pour la République ni pour le peuple congolais, elle n'a des leçons à donner à personne. Elle qui est une femme n'hésite pas à insulter les "Mamans des autres". Catherine NZuzi Wa Mbombo est mal tombée.

J'ai eu personnellement l'occasion de visiter à deux reprises, l'hôtel Orchidea 2 étoiles en 2000 et 2001 à Johannesburg en Afrique du Sud. Sans y loger, bien sûr, je n'allais quand même pas enrichir davantage l'outrancière, Cathernine NZuzi Wa Mbombo, une pillarde Mobutiste. Facile de réclamer que l'Etat congolais paie des indemnités sur les pillages de 1991 et 1993 mais en même temps refuser de payer des taxes à l'Afrique du Sud.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.