Photos: Emmanuel Macron à Genève pour les 100 ans de l’OIT !

L'Organisation internationale du travail fête ses 100 ans. Née au lendemain de la Grande Guerre en 1919, l'Organisation internationale du travail (OIT) est la seule création du Traité de Versailles ayant survécu. Le président français Emmanuel Macron a lancé à Genève un appel à réformer le capitalisme pour résorber "les inégalités" qui alimentent les extrêmes.

Photos: Emmanuel Macron à Genève pour les 100 ans de l’OIT !

Par Freddy Mulongo, mardi 11 juin 2019 Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-macronoit-12

Mardi, 11 juin, Emmanuel Macron à la tribune de l'OIT à Genève

L'Organisation internationale du travail fête ses 100 ans. Née au lendemain de la Grande Guerre en 1919, l'Organisation internationale du travail (OIT) est la seule création du Traité de Versailles ayant survécu. Plus de 45 chefs d’Etat et de gouvernement seront présents en juin à Genève pour les 100 ans de l’Organisation internationale du travail. Le président français Emmanuel Macron a lancé à Genève un appel à réformer le capitalisme pour résorber "les inégalités" qui alimentent les extrêmes. Pour les 100 ans de l'OIT, il a demandé une mondialisation plus sociale pour éviter une nouvelle guerre. "Nous sommes à l'orée, si nous n'y prenons pas garde, d'un temps de guerre", a affirmé le président français. "Cette économie de marché dans laquelle nous vivons est de moins en moins sociale" et plus financiarisée, a-t-il dit devant la Conférence du centenaire de l'Organisation internationale du travail (OIT). "Quelque chose ne fonctionne plus dans le capitalisme". "Il faut réagir" alors que des citoyens sont confrontés à une situation qui ne bénéficie "qu'à quelques-uns", selon M. Macron. Et que les défis du changement climatique et des nouvelles technologies doivent être pris en compte dans le monde du travail. Le président refusera tous les "accords commerciaux qui favorisent le dumping social et environnemental". Celui qui préside le G7 appelle à une réglementation les droits des travailleurs face aux plateformes numériques. Il attend beaucoup de la Déclaration du Centenaire de l'OIT.

Nous vous proposons la vingtaine des photos, d'aujourd'hui du président Emmanuel Macron:

Arrivée du cortège

freddy-mulongo-macronoit-2

freddy-mulongo-macronoit

freddy-mulongo-macronoit-22

freddy-mulongo-macronoit-21

freddy-mulongo-macronoit-20

freddy-mulongo-macronoit-4

freddy-mulongo-macronoit-1

freddy-mulongo-macronoit-3

Signature du livre d'or de l'OIT

freddy-mulongo-macronoit-8
freddy-mulongo-macronoit-7

freddy-mulongo-macronoit-6

freddy-mulongo-macronoit-5

Discours à la tribune de l'OIT

freddy-mulongo-macronoit-14

freddy-mulongo-macronoit-19

freddy-mulongo-macronoit-18

freddy-mulongo-macronoit-16

freddy-mulongo-macronoit-12-1

freddy-mulongo-macronoit-10

 

Les efforts pour l'avenir du travail ne pourront être menés par un seul pays mais par "un ordre social européen" et sur la scène multilatérale, selon lui. Notamment par un salaire minimum et la protection sociale. Discussion avec plusieurs syndicats "Quand le peuple ne trouve plus sa part de progrès, il ne peut plus adhérer à un régime politique", a affirmé le président français. Une situation qui alimente selon lui les extrêmes qui ont progressé lors des récentes élections européennes. Rendant hommage aux pionniers de l'OIT, il a ajouté qu'"on ne peut construire une paix durable sur la somme des injustices".

"Il serait trop long" de mentionner tous les succès d'une institution "qui a changé la vie de millions d'homme et de femmes". A son arrivée, le président français avait affirmé que ce discours ne constituait pas le début de l'Acte 2 plus social de son quinquennat. Ce dispositif a démarré "en avril", a-t-il expliqué devant les journalistes. Il va demander aux autres pays les plus industrialisés de rejoindre le Partenariat mondial pour la protection sociale piloté notamment par l'OIT. Critiqué à plusieurs reprises pour avoir délaissé les corps intermédiaires, le président a profité de sa venue à Genève pour rencontrer la délégation tripartite française à la conférence. "Nous avons sans doute à apprendre pour nous-mêmes", a-t-il affirmé dans une sorte d'aveu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.