RDC: Le dégagisme des partis politiques made Fayulu et Lamuka !

Grand parti, mon œil! Vieux parti, mon œil ! Le grand et vieux parti politique au Congo, c'est le peuple congolais qui a choisi son leader et candidat: Martin Fayulu "Apesa mbongo té, apesa polo té mais toko voter ye na NKO" ! Beni, Butembo, Goma, Kisangani, Isiro... sont tombés pour Martin Fayulu.

RDC: Le dégagisme des partis politiques made Fayulu et Lamuka !

Par Freddy Mulongo, lundi 10 décembre 2018  Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-fayulumartin-59

Martin Fayulu, vaillant patriote congolais !

Grand parti, mon œil! Vieux parti, mon œil ! Le grand et vieux parti politique au Congo, c'est le peuple congolais qui a choisi son leader et candidat: Martin Fayulu "Apesa mbongo té, apesa polo té mais toko voter ye na NKO" ! Beni, Butembo, Goma, Kisangani, Isiro sont tombés pour Martin Fayulu. Sa campagne présidentielle révélé que les deux hold-up électoraux, orchestré par la Commission Électorale Indépendante (CEI) de Malu Malu, abbé fraudeur lors de l'élection Louis 2006 et celle organisée par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), par Daniel Ngoyi Mulunda, pasteur tricheur lors de la dernière élection de novembre 2011, n'étaient que faussetés et impostures ! Galvanisé par un peuple en souffrance, négligé, méprisé, ignoré et oublié Martin Fayulu est porté à l'Arc de Triomphe par le peuple congolais. C'est lui le soldat du peuple que ce dernier s'est lui-même choisi. C'est lui que le peuple le vaillant patriote fait du bon travail. C'est un dégagisme sans précédent qui est entrain de s’opérer en République démocratique du Congo avec Martin Fayulu, le soldat du peuple et Lamuka. Sa campagne présidentielle, révèle une recomposition des partis politiques. C'est une histoire dans l'histoire du pays qui s'écrit. Plusieurs partis politiques comme l'Udps de Félix Tshilombo et l'UNC de Vital Kamerhéon vont vers l'atomisation. Il y a risque que dans les années qu'il n'y ait plus au Congo que les grands ensembles, plus question des petits partis familiaux, ethno-tribalistes qui meurent après la mort du fondateur ! Nous avons trois groupes politiques aujourd'hui :

freddy-mulongo-lamukaopposition-21-jpg-large

1. "Lamuka" : l'élection de Martin Fayulu à la primaire de l'opposition congolaise, le 11 novembre dernier à Genève, avec la facilitation de la Fondation Koffi Annan,va dans le bon sens. Ceux qui ont parjuré leurs signatures, moins de 12 heures après, sont rattrapés par l'Histoire. Ils ont été corrompus par le régime d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale pour torpiller l'accord de Genève. Celui que les politicailleurs, ventriotes et mangecrates ont méprisé comme un moins que rien se révèle être un grand patriote, un vaillant politicien de proximité, un homme du peuple, aimé et accepté par lui. Lamuka est une grosse machine politique qui broie tout sur son passage, un rouleau compresseur inarrêtable. Il y a une chose que les gens ignorent et commencent à découvrir: Martin Fayulu est un chrétien, il n'hésite pas dans ses déclarations publiques de clamer sa foi en Dieu. Moïse Katumbi prie à genou publiquement sans gène. Il sait s'humilier devant Dieu. Jean-Pierre Bemba malgré ses bévues avec la rébellion du MLC, qui l'ont rattrapé malgré le fait qu'il a été Vice-Président lors de du gouvernement 1+4=0, qui l'ont amené à la prison de la CPI à La Haye pendant 10 ans...Il n'est plus belliciste comme avant pour cause: Maman Lilianne Bemba, son épouse est une ardente femme de prière. Un second aspect que Lamuka a de l'avance par rapport aux autres: Tous les 4 Lamukistes sont des économistes ou hommes d'affaires: Moïse Katumbi est millionnaire, il est le seul Gouverneur du Katanga qui a quadruplé le budget de sa province, Martin Fayulu a travaillé à Exxon, une entreprise pétrolière américaine, Jean-Pierre a dirigé les affaires de son défunt père, Jeannot Bemba Saolona avant la chute de la dictature de Mobutu et avant la rébellion du MLC, Freddy Matungulu a été Ministre des Finances sous M'zée Laurent-Désire Kabila, il est le seul a avoir démissionné, et bien que sa gestion soit décriée après avoir remplacé son oncle Antoine Gizenga à la Primature, Adolphe Muzito est expert en finances. La présidence en ristourne est une bonne chose si chacun y met du sien. Chacun va devenir président à son tour donc pas de précipitation. En tout cas, la campagne présidentielle de Martin Fayulu est plus qu'une réussite ! La Suisse, pays riche de l'Europe, où a été signé l'accord Lamuka, n'a ni président ni Premier ministre. C'est un pays démocratique qui fonctionne. Dans ce pays, sept personnes membres du Conseil fédéral, qui s'apparente au gouvernement de la République, deviennent président à tour de rôle. Tous, président inclus, sont chargés d'un domaine en particulier: Justice, Affaires étrangères, économie et finances, environnement...La République démocratique doit inventer son système politique qui soit démocratique mais surtout non conflictuel entre le Président et le Premier ministre. Il faut un système collégial qui intègre plutôt que ne rejette. La méritocratie est son soubassement. Devenir ministre ne doit plus être une source d'enrichissement personnel. Si le Ministre de la RDC avait un salaire d'un fonctionnaire, beaucoup ne s'y précipiterait pas pour s'enrichir. Il y a pléthore des ministères qui ne fonctionnent pas. Il faut décentraliser davantage. Il faut que l'Etat rétrocède sans concession les 40 % aux provinces. L'Etat filou, nous n'en voulons plus. Le Congo d'aujourd'hui et demain doit intégrer, fédérer et rassembler. Il est anormal que le président de 80 millions d'habitants soit élu à un tour de l’élection présidentielle. Il est anormal que la 27è province de la RDC, c'est-à-dire la diaspora ne puisse pas voter. Il faudra sur les questions qui touchent la République, que les vrais chefs coutumiers soient consultés. Il faut que le gouvernement ne nomme plus ses chefs coutumiers. Chez Lamuka,les Lamukistes taisent leurs divergences, ils travaillent ensemble pour leur candidat Martin Fayulu qui est en pôle position dans cette campagne présidentielle. Si après la victoire, ils mettent des stratégies ensembles: ils iront très loin et pourront diriger le pays longtemps.Si le démon de la division réapparaît, adieux vaches, cochons et poules !

freddy-mulongo-emmanuelshadary-41

Emmanuel Shadary, le plus impopulaire des candidats !

2. Le FCC : Conglomérat d'aventuriers, criminels, profito-situationnistes, ventriotes , mangéristes et mangecrates...Le Front des congolais corrompus (FCC) a du mal à décoller et son bilan catastrophique, de mauvaise gouvernance parle contre lui. Des dinosaures Mobutistes qui ont muté en Mammouths Joséphistes sont tous au FCC. Des gens sans cœur, des pillards patentés, qui ont le Congo sens dessus sens dessous. Qui n'ont rien à proposer mais se croient toujours utiles. Ils doivent se préparer à répondre de leurs crimes sans révolution pardon cette fois-ci. Emmanuel Ramazani Shadary est chetif en popularité, il est originaire du Maniema la plus petite province de la RDC, le fameux dauphin sorti en dernière minute de la poche de l'imposteur Alias Joseph Kabila, est mal parti. Sa campagne présidentielle bat de l'aile. Les Mammouths et Apparatchiks Joséphistes ne lui facilitent pas la tâche. Ils n'ont pas le cœur à l'ouvrage et ils n'y croient pas. Monsieur "Coup sur coup", un incapacitaire noire traîne des boulets: les 17 ans d'imposture, d'occupation et de prédation du régime, sont lourds à porter. Quel est l'inventaire des 17 ans de la gestion calamiteuse du régime d'Alias Kabila ? Emmanuel Ramazani Shadary est un sanctionné de l'Union européenne. Malgré le lobbying au parlement européen payé à des millions de dollars, à Louis Michel, pour retirer des sanctions au "Zigouilleur-Boucher du Kasaï, les sanctions sont reconduites jusqu'en 2019. Comment peut-on gagner l'élection présidentielle, alors que l'on est impopulaire et qu'un mandat d'arrêt international lancé par la Suède via Interpol est entrain d'être lancé. Même avec des machines à voler et des électeurs fictifs, Emmanuel Ramazani Shadary ne peut ni gagner l'élection présidentielle du 23 décembre prochain, ni devenir Président de la République démocratique du Congo. FCC rêve en couleur. Empêcher Martin Fayulu de faire campagne à Kindu, le chef lieu du Manièma, est une erreur politique grave qui se payera cash !

freddy-mulongo-fatshi-90

Martin Fayulu, Président !

3. Cach:Ils ont renié leurs signatures, ils ont parjuré à Genève. Comme par hasard, avec des conseils des deux dictateurs: Youweri Museveni de l'Ouganda et Paul Kagamé, Hitler africain, du Rwanda, les parjureurs se sont retrouvés à Nairobi pour sceller une alliance circonstanciée et signer un accord chiffon. La coalition Cap pour le Changement de deux Dupont-Dupond, Félix Tshilombo et Vital Kamerhéon est un attrape-nigaud. Deux agents, soutenus par le Tutsi-Power qui 20 après l'agression Ougando-Burundo-Rwandaise, ont cru que par un tour de passe-passe, ils ont refaire la même chose. Bien perdu ! Le sataniste et nécromancien, Félix Tshilombo qui ne veut pas enterrer son père et préfère faire des incantions nocturnes sur son corps à Bruxelles, est entrain de vivre sa perdition. En s'alliant à Vital Kamerhéon, le plus rusé et dangereux politicailleur, Tshilombo a moindri ses chances de diriger un jour le Congo. Les deux Nairobistes ont signé un accord de gouvernement alors qu'ils ne sont mêmes pas encore et ne les seront jamais, qui frise la Balkanisation du pays. En effet dans cet accord, Félix Tshilombo serait un président étiquette et Vital Kamerhéon aurait tout entre ses mains: Primature, Présidence du Sénat, Banque Centrale, Ministères de la justice, des finances, des hydrocarbures...Les deux troubadours sont perdus, leur campagne tourne au vinaigre: pas de foule, eux qui se clamaient d'avoir des bases se rendent compte que le peuple congolais n'appartient à personne.la vraie base, c'est lui! Le souverain primaire, c'est lui mais il a choisi son leader: Martin Fayulu de Lamuka, pas un autre !

Martin Fayulu, le soldat du peuple vient de démonétiser l'Udps et l'UNC. Le FCC et Cach, sont deux groupements soporifiques au service du régime d'imposture d'Alias Joseph Kabila. Le peuple congolais se réveille, il n'acceptera plus qu'un groupe des bandits patentés prennent son destin en otage.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.