RDC: Cocufié, Moïse Katumbi doit exiger le franc-jeu au pantin Félix Tshilombo!

Victime de sa générosité, Moïse Katumbi est cocufié par Félix Tshilombo, celui qu'il considérait comme son frère. Moïse Katumbi a été empêché de se rendre à Goma, son avion n'a pas reçu l'autorisation de l'aviation civile. Félix Tshilombo se comporte en Alias Kabila Bis y compris pour la main qui l'a nourrit. Le galérien a bénéficié d'une NOMINATION ÉLECTORALE, 6 mois déjà.

RDC: Cocufié, Moïse Katumbi doit exiger le franc-jeu au pantin Félix Tshilombo!

Par Freddy Mulongo, mercredi 12 juin 2019 Radio Réveil FM International 

freddy-mulongo-katumbi-3

Félix Tshilombo, le "Wayambar" et Moïse Katumbi

Fourberies et roublardises sont les deux jambes de Félix Tshilombo. Pâtissier professionnel, il enfarine qui il veut. Rares sont des amis éternels, en politique. Moïse Katumbi s'est fait avoir. Il doit être amère. Il est cocufié par le Rangers Félix Tshilombo, un habitué à renier sa signature et parole. Celui qu'il présentait comme son frère. Entre Moïse Katumbi et Félix Tshilombo, qui va déboulonner l'autre ? Pour l'instant, c'est Tshilombo qui mène la barque. Le cupide et incapacitaire fils d'Etienne Tshisekedi, dans son ambition démesurée, était prêt à tout pour arriver au pouvoir. Il s'est plusieurs fois agenouiller pour quémander le pouvoir et a fini par apposer sa signature sur une feuille vierge. Les apparatchiks en font ce qu'ils veulent. Ce sont eux qui écrivent et placent sa signature au bas des documents. Depuis comme un batracien, Félix Tshilombo rampe. Il est piétiné, souillé, humilié par celui qui l'a nommé. Le deal de Félix Tshilombo avec Alias Kabila pour sa nomination électorale, n'a pas encore livré tous ses secrets. Félix  Tshilombo est le masque et le bouclier d'Alias Kabila. Il est devenu Alias Kabila Bis !

Moïse Katumbi n'a plus droit de circuler librement en République démocratique du Congo. Il devait se rendre, le lundi 11 juin, à Goma. Toutes les autorisations de survol ont été envoyées au service de la régulation de l’aviation civile, mais cette demande instruite est restée lettre morte et le Jet privé de Moïse Katumbi est resté cloué au sol au grand dam de Gomatiens qui l’attendait pour communier avec ce leader Lamuka controversé. Président Quado, nommé, illégitime, Félix Tshilombo vient de cocufier Moïse Katumbi, la main qui l'a nourri, qui a affrété des avions pour lui, qui a financé le congrès de l'Udps, qui l'a sorti de la galère...Depuis sa nomination électorale, ce "Wayambar" de Félix Pétain Bizimungu Tshilombo, qui passait son temps dans des Nganda de Matongé à Bruxelles, se comporte en petit dictateur, comme si le Congo l'appartient. Alias Kabila Bis agit en lieu et place de l'homme de Kingakati.

Moïse Katumbi sait que c'est Martin Fayulu qui est le Président élu de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Félix Tshilombo est un fraudeur-tricheur. Il a occupé le fauteuil présidentiel suite à un odieux deal avec Alias Kabila. Sa nomination électorale est fruit d'un deal contre le peuple congolais. C'est Alias Kabila qui l'a nommé. C'est aussi lui qui l'a installé. Félix Tshilombo n'a pas été élu. Il n'a jamais gagné l'élection présidentielle. Il est président Quado, imposteur et usurpateur.

C'est un leurre de croire qu'Alias Kabila est parti. Il est toujours le président de la République. Félix  Tshilombo est son pantin, clone, masque-Kifwebe et son bouclier. Le peuple congolais a voté pour le dégagisme. Le grand changement. Mais comme Félix Pétain Bizimungu Tshilombo est arrivé au pouvoir par un odieux deal, il ne pourra rien faire. Il est prisonnier de son deal. Moïse Katumbi a investi pour sauver l'Udps. En soutenant Etienne Tshisekedi jusqu'à sa mort. En dépensant l'argent pour soutenir le désargenté: Félix Tshilombo. L'Udps n'avait jamais organisé un congrès du parti. Maintenant que Félix  Tshilombo a eu le pouvoir par fraude. Les fourbes de l'Udps crient sur les toits et réseaux sociaux, que l'argent de Moïse Katumbi, il l'a gagné au Congo. Ce n'est pas une raison. Etre généreux n'est pas donné à tout le monde. Les Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques diabolisent Moïse, insultent et injurient à longueur des journées. Voici des événements qui doivent appeler un franc-jeu entre Moïse Katumbi et Félix  Tshilombo:

1. Le passeport de Salomon SK Della, le conseiller spécial de Moïse Katumbi n'a pas fait le voyage de Lubumbashi, pour le grand retour du 20 mai dernier. Son passeport biométrique est confisqué par Félix Tshilombo lui-même. Raison évoquée: Salomon Sk Della est Belge. Mais Tshilombo a nommé sa cousine Belge Lusangu Kamuania alias Daniella, conseillère aux infrastrustrures de la RDC. La fameuse cousine est née en 1972 sur son passeport belge, alors qu'elle est de 1957. Asala Kala ! Il y a un deux poids, deux mesures. Pourquoi Salomon n'a pas droit à son passeport ? C'est un droit pour tout Congolais. La raison est simple. Félix Tshilombo avec son laboratoire ont décidé d'isoler Moïse Katumbi en l'isolant de Salomon SK Della. Mieux c'est Salomon, qui connait les sommes exactes que Moïse Katumbi a dépensé pour le renégat Félix Tshilombo qui affiche au grand jour son ingratitude. 2. Aux obsèques d'Etienne Tshisekedi, la présence de Moïse Katumbi n'a pas été souhaitée. François Beya, le conseiller en matière de sécurité de Tshilombo est vite monté au créneau pour demander à Katumbi de rester loin de l'alliance FCC-CACH. De ne pas remettre en question cette alliance. Une liste de 19 personnalités congolaises a été dressée par des Talibans et Tribalo-ethniques. Félix Tshilombo n'a jamais dénoncé cette interdiction. Il a fait venir Paul Kagame, Hitler africain et bourreau du peuple congolais et l'a fait ovationner au stade des Martyrs de la Pentecôte.

3. Moïse Katumbi a cru vite passer par dessus bord l'étape de la vérité des urnes. Sans doute, un aveuglement dû à son amitié avec Félix  Tshilombo. Ce dernier est prisonnier d'Alias Kabila. Son deal le lie à perpétuité avec celui qui l'a nommé. Depuis Genève, la famille politique de Moïse Katumbi est Lamuka. Il doit soutenir la vérité des urnes. Un pays ne se construit pas dans des mensonges. Des hommes et femmes politiques inconstants se discréditent et discréditent la politique. Moïse Katumbi doit vite rompre avec son fameux frère Barabbas, voleur du destin de tout un peuple. Il doit se démarquer Félix Tshilombo devient son boulet. Il veut le faire couler avec lui. Or Moïse Katumbi doit demeurer toujours du côté du peuple. Il s'est grillé en tentant de sauver son amitié avec l'ingrat Tshilombo qui lève pas son doigt lors que les Bana Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques "Pince sans rire, clament à gorge déployée: Moïse Katumbi a volé l'argent du Congo". Les incapacitaires ont été incapables de s'en sortir par eux-mêmes. Il a fallu les aider. Aujourd'hui, ils deviennent arrogants. Ils injurient à longueur des journées Moïse Katumbi !

4. Martin Mayulu est le président élu. Il mérite considération et respect. Les acteurs politiques ne doivent pas se projeter en 2023. Piétiner la vérité des urnes, c'est piétiner l'espoir du peuple congolais. C'est encourager les Congolais à ne plus croire à la politique ni aux acteurs politiques. Une NOMINATION ELECTORALE n'est pas une élection. Moïse Katumbi retrouver sa place aux côtes de Martin Fayulu, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito, Antipas Mbusa Nyamwisi et Freddy Matungulu. Ils doivent être ensemble, faire des meetings ensemble et gagner ensemble. Il faut vite réparer les erreurs commises. La vérité des urnes est fédératrice et rassembleuse. Martin Fayulu a raison: il est le Président Elu, pas un opposant !

5. Félix Pétain Bizimungu Tshilombo, voleur du destin du peuple congolais ne mérite ni respect ni considération. Il a volé les rêves du peuple congolais. En politicailleur ventriote, il a pensé à son ventre, rien de plus. Il est imposteur et usurpateur. Il est l'homme de main d'Alias Kabila. Moïse Katumbi n'a aucun pouvoir de sauver son ami, qui a choisi son camp: être le bouclier d'une bande des criminels, bandits, tortionnaires... Moïse Katumbi doit remplir ses missions au sein de Lamuka. S'y éloigner, c'est trahir les aspirations du peuple. Lamuka, c'est le peuple congolais. Félix Tshilombo a choisi l'enfer, qu'il s'y brûle.

Le Congo sera sauvé par ses fils et filles déterminés. Il ne faut rien espérer de quelqu'un qui a volé le pouvoir du peuple. 6 mois après, il patauge. Il ne contrôle rien et ne dirige rien. Il est Alias Kabila Bis.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.