Etats-Unis: La présidence usurpée de Félix Tshilombo en porte-à-faux avec Trump !

Incapacitaire Félix Tshilombo est une marionnette, un pantin. Il est le masque et bouclier d'Alias Kabila. Avec sa présidence usurpée, imposteur-usurpateur paraît débordé. Bénéficiaire d'une Nomination électorale, ce petit président Quado est tenu en laisse par Alias Kabila.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-218

RDC-USA: Avec son pouvoir Titanic, Félix Pétain Bizimungu Tshilombo n'est pas en odeur de sainteté chez Trump !

Les élections en République démocratique du Congo sont une parodie. Les pays occidentaux cautionnent des hold-up électoraux.

Lors de l'élection Louis Michel 2006, la formule fut trouvée.: "L'Est a voté Kabila et l'Ouest Jean-Pierre Bemba" ! Or c'est à l'Est que les populations subissaient les affres de la guerre. Viols, tueries, massacres de populations civiles, déplacement des populations...Le coût des élections, évalué à 370 millions d’euros, est supporté par la communauté internationale. Il y eut 33 candidats définitifs à l’élection présidentielle de 2006. Il y a eu des tours d'élection présidentielle avec deux candidats en lice: Voix au premier tour, Alias Kabila aurait obtenu 7 590 485 voix, soit 44, 81%; Jean-Pierre Bemba d'après la CENI de Malu Malu, abbé tricheur a 3 392 592 voix, soit 20,03 %. Au second tour, Alias Kabila aurait obtenu 9 436 779, soit 58,05 %; Et Jean-Pierre Bemba a obtenu 6 819 822 voix, soit 41,95 %, d'après la CENI de Malu Malu, abbé tricheur.

En 2011, Alias Kabila face à Etienne Tshisekedi, une autre formule fut trouvée: "Les fraudes massives ne modifient pas l'ordre d'arrivée de la proclamation de la CENI" Alias Kabila, a été désigné, vendredi 9 décembre 2011, vainqueur de la présidentielle du 28 novembre par la Commission électorale nationale indépendante (CÉNI). Son rival Etienne Tshisekedi s'était immédiatement proclamé "président élu" ! Alias Kabila, avait emporté avec 48,95 % des voix. Il devançait de quelque 3 millions de bulletins l'opposant Etienne Tshisekedi, qui avait totalisé 32,33 % des suffrages, selon les chiffres invérifiables communiqués par la CÉNI avec trois jours de retard. En 2011, la Constitution était déjà tripatouillée, deux tours, on est passé à un tour. Avec 48,49%, Alias Kabila n'a jamais eu la majorité absolue pour diriger la RDC.

En décembre 2018, il y a eu élection présidentielle. Les Congolais se sont déplacés massivement pour aller voter: Félix Pétain Bizimungu Tshilombo est allé négocier avec Alias kabila. Il a fait un deal pour sa Nomination Électorale. Le choix du peuple congolais a été bafoué. Tshilombo avec 15% a été nommé Président de la République sans gagner l'élection présidentielle. C'est Martin Fayulu, le Président élu.

Les occidentaux ont trouvé encore une formule à mourir debout: "Il y a passation pacifique de pouvoir en RDC, entre un président sortant et un entrant" ! Pour sauver le nouveau régime de Félix Pétain Bizimungu Tshilombo sans légitimité, le pantin, marionnette et président Quado a été invité aux Etats-Unis. Malgré son hold-up électoral afin de gonfler sa fausse légitimité. Les Américains croyaient encore qu'Angwalima pouvait changer la cour des choses.

C'est une règle diplomatique simple, en visite officielle ou d'Etat à l'étranger, un président de la République ne fait pas des déclarations intempestives et menaçantes pour son pays ni pour ses opposants politiques. Il doit rentrer au pays pour le faire. On ouvre jamais des hostilités en dehors du territoire national. Or malgré ses 110 conseillers tribaux-Bena Mpuka, notre vadrouilleur-Troubadour National, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi, en séjour à Washington DC aux Etats-Unis, a fait une déclaration qui laissera des traces. Au Council on Foreign Relations, à Washington DC, il a déclaré: "Je suis là pour déboulonner le système dictatorial qui était mis en place "..."J’ai hérité d’un pays au bord du gouffre"... Le Gourou des Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Tribalo-ethniques et Ethno-tribalistes a martelé sur le comportement de ceux qui " ont retardé le pays avec la corruption, la gabegie et l’impunité" !

Le faux déboulonneur n'a aucun pouvoir et ne dirige rien. C'est Alias Kabila qui dirige encore la RDC. Félix Pétain Bizimungu Tshilombo est lié à Alias Kabila par un pacte inrompable! Alias Kabila a des députés, sénateurs, des députés et gouverneurs provinciaux. Bientôt, il aura les ministères régaliens dans le gouvernement éléphantesque et budgétivore de 65 apparatchiks.

Les Américains, qui avaient misé sur Félix Pétain Bizimungu Tshilombo en bon Ckeckuleur et Rangers predator pour effacer Alias Kabila de l'échiquier politique de la RDC n'en reviennent pas. Toutes les recommandations américaines ont été balayées d'un revers de la main, qui ne peut rien. Le fraudeur-tricheur est dans un clé boa et il est pris en otage. Les Américains lui avaient conseillé de travailler avec Martin Fayulu et Lamuka. De lutter contre corruption. Or Tshilombo est le premier corrompu de la République: il s'est acheté une villa à Waterloo en Belgique, il a épuisé le budget de la présidence d'une année en trois mois, il a nommé des conseillers tribaux-Bena Mpuka...

Les Tribalo-ethniques et Zélotes Talibans qui croient leur voleur de président est soutenu par les Américains n'auront que leurs yeux pour pleurer. La présidence usurpée de Tshilombo est un Titanic qui va couler bientôt !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.