Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

3339 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2020

Election au Burundi: La Commission d’enquête de l'ONU s'inquiète !

GENÈVE, 14 MAI 2020 – Alarmée par les nombreux actes de violence et les violations des droits de l’homme lors de la campagne électorale pour les élections du 20 mai 2020, dont celle pour le Président de la République, la Commission d’enquête sur le Burundi appelle les autorités burundaises et tous les responsables des partis politiques à redoubler d’efforts pour résoudre pacifiquement les...

Freddy Mulongo
Journaliste congolais vivant à Paris, défenseur de la liberté d'expression. Fondateur de Réveil FM International.Créée en 1999 à Kinshasa, Réveil FM est devenu Réveil FM International depuis 2007 à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi : Une spirale de violence et d’intolérance politique marque la campagne électorale

GENÈVE, 14 MAI 2020 – Alarmée par les nombreux actes de violence et les violations des droits de l’homme lors de la campagne électorale pour les élections du 20 mai 2020, dont celle pour le Président de la République, la Commission d’enquête sur le Burundi appelle les autorités burundaises et tous les responsables des partis politiques à redoubler d’efforts pour résoudre pacifiquement les tensions liées aux élections.

La Commission a publié aujourd'hui une nouvelle déclaration dans laquelle elle s’inquiète du déroulement du processus électoral, marqué par des affrontements violents entre des membres des partis politiques en lice et de nombreuses arrestations d’opposants politiques, alors que des proches du parti au pouvoir continuent de bénéficier d’une impunité quasi totale pour leurs actes.

Ces élections sont la dernière étape de la mise en œuvre de la Constitution de 2018 et des pouvoirs présidentiels renforcés qu’elle prévoit. Par exemple, le mandat du Président est étendu à sept ans au lieu de cinq, il a de facto un droit de veto sur la promulgation des lois et le Service national de renseignement est désormais placé sous son autorité directe sans contrôle du Parlement. 

« Cela fait pourtant des mois que notre Commission alerte les autorités burundaises et la communauté internationale sur les risques d’une telle aggravation de l’intolérance et de la violence politique à l’approche des élections » a relevé Doudou Diène, le Président de la Commission. « Nous avions notamment souligné que le rétrécissement de l’espace démocratique et les nombreuses violations des libertés publiques étaient des facteurs de risque importants, tout comme le manque d’indépendance de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), officiellement garante du bon déroulement de ces élections ».

La Commission est préoccupée que dans de telles conditions, le déroulement du scrutin ou la proclamation des résultats officiels des élections prévue le 4 juin 2020 puissent déclencher un nouveau cycle de violence politique encore plus grave.

« Nous appelons les Gouvernement du Burundi à enrayer immédiatement cette spirale de violence en prenant les mesures nécessaires pour garantir le respect et la protection des libertés publiques et mettre fin à l’impunité dont bénéficient les auteurs d’actes de violence, dont certains avec un haut niveau des responsabilité », a ajouté le Président. Il a par ailleurs noté que « les responsables des partis politiques de tout bord ont la responsabilité de prévenir les actes de violence. A défaut, ils doivent être conscients qu’ils peuvent être tenus pénalement responsables de leurs actions ainsi que dans certaines circonstances de celles de leurs militants ».

La Commission a invité toutes les juridictions compétentes, y compris en dehors du système judiciaire burundais, à considérer l’ouverture des poursuites pénales contre les principaux responsables de violations graves et massives des droits de l’homme qui pourraient être commises dans le cadre du processus électoral en cours. 

Se référant à sa déclaration récente au sujet de la pandémie de COVID-19, la Commission réitère sa préoccupation quant à « la décision des autorités burundaises de ne pas faire appliquer les recommandations de distanciation sociale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour empêcher la propagation du coronavirus lors de la campagne électorale ». La Commission regrette profondément la décision récente du Gouvernement burundais de déclarer persona non grata le Représentant de l’OMS dans le pays et trois de ses experts.

Pour finir, le Président de la Commission a relevé que « les élections du 20 mai 2020 ne pourront ouvrir une nouvelle ère de stabilité au Burundi que si le processus électoral est géré de manière pacifique et sécurisée, en toute transparence et indépendance afin que les résultats puissent être considérés comme crédibles et acceptés de tous. La communauté internationale doit rester vigilante à la situation des droits de l’homme dans le contexte électoral au Burundi».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA