RDC: Au Cardinal Fridolin Ambongo, la "Vérité n'évolue jamais" !

Des "Quado et coupagistes" journalistes font dire au cardinal, archevêque Fridolin Ambongo que la vérité des urnes de Martin Fayulu est finie. Il faut passer à autre chose. Or la vérité des urnes, c'est le peuple congolais. La souveraineté de ce peuple est au dessus de toute les institutions. Avec ou sans Martin Fayulu, la vérité est le socle pour le présent et l'avenir de la RDC.

RDC: Au Cardinal Fridolin Ambongo, la "Vérité n'évolue jamais" !

Par Freddy Mulongo, mercredi 13 novembre 2019   Freddy Mulongo-Réveil FM International 

freddy-mulongo-cardinal-ambongo

On ne construit pas un pays ou une nation sur base des mensonges éhontés. Seule la vérité sacrée libère. Félix Tshilombo, Monsieur 15% n'est pas le président "Élu" du peuple congolais. A chaque fois que Tshilombo ouvre la bouche, l'imposteur-usurpateur se justifie. Il s'auto-légitime parce qu'il n'est pas légitime. Tshilombo a reçu l'exploit de diviser le peuple congolais, ce que n'a jamais fait Alias Kabila. Ce dernier est plus puissant qu'avant. Seule la Belgique a officiellement invité Tshilombo, ses 68 voyages qui ont coûté 97 millions de dollars américains à la caisse de l'Etat, sont des vadrouilles dans des forums internationaux. Imposteur un jour, imposteur toujours ! Le peuple congolais a massivement voté Martin Fayulu, cela mérite respect et considération. Haro aux politicailleurs, ventriotes, profito-situationnistes qui usent et abusent des mensonges éhontés pour enfariner notre vaillant peuple.

La souveraineté du peuple congolais est au dessus de toutes les institutions et légalités. C'est le peuple souverain qui donne la légitimité d'agir en son nom. La vérité des urnes dépasse la personne de Martin Fayulu ! La vérité des urnes, c'est le peuple congolais, qui le 30 décembre 2018, s'est déplacé massivement pour un changement à travers la personne de Martin Fayulu. Même nos compatriotes de Beni, Butembo et Yumbi qui ont été abusivement privé de ce droit légal...ont penché pour Martin Fayulu.

La vérité des urnes, c'est le socle sur lequel doit se bâtir le présent et l'avenir de la République démocratique du Congo. La démocratie, ce n'est pas la loi du plus fourbe et roublard comme Tshilombo, ce sont des règles applicables et respectables par tous. La démocratie ce n'est pas non plus le putsch électoral comme celui de Tshilombo qui est allé nuitamment aux heures de Nicodème signer un deal avec Alias Kabila pour sa Nomination Électorale.

La démocratie ce n'est pas "Notre tour" comme clament des Bena Mpuka, Ethno-tribalistes Kasaïens, qui cautionnent le hold-up électoral de Tshilombo, le fameux et cupide fils d'Etienne Tshisekedi, qui a volé le destin du peuple congolais, pour gonfler ses joues et son ventre. La démocratie, c'est le respect du choix du peuple, point barre.

Tshilombo, le grand voleur de l'élection du peuple congolais, continue ses villégiatures mondains, pendant que le pays brûle déjà, à cause de son escroquerie! La tension est encore vive entre le Front Commun pour le Congo (FCC) et Cap pour le Changement (CACH). Les discussions entre les deux camps sont même interrompues, à en croire Jean-Marc Kabund, coordonnateur de la plateforme présidentielle, après la vidéo montrant des jeunes arborant la bannière du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) qui brûlent une effigie de Tshilombo, à Kolwezi. Mardi dernier, Jean Marc Kabund a mis en garde le FCC qu’il a qualifié “d’un groupe d’individus, d’aventuriers” qui s’il ose "sous estimer l’UDPS, une machine politique", cette dernière peut tout changer à la minute. En réaction, le FCC s’est dit indigné et a qualifié le propos de Kabund d'irresponsable et d’immaturité politique et se dit prêt à réagir de manière active et militante.

Le cardinal, archevêque de Kinshasa, Fridolin Ambongo et le pasteur François-David Ekofo, qui en toute liberté, avait sermonné les apparatchiks du régime d'Alias Kabila, à la cathédrale du Centenaire de l’Église du Christ au Congo (ECC), sont deux serviteurs de Dieu de la Vérité, aimés et appréciés par des Congolais. Les deux sont de l'Equateur. Le pasteur François-David Ekofo a été contraint à l’exil aux Etats-Unis. Bizarrement ni l'ECC ni le Conseil Œcuménique des Eglises n'ont jamais réclamé son retour au Congo.

Personne en République démocratique du Congo et dans sa diaspora n'ignore la place et le rôle de l'Eglise catholique romaine dans la vie de notre peuple. Nous sommes plusieurs a avoir étudié dans les écoles et internats catholiques. L'Eglise catholique romaine est au milieu du village certes, elle doit aider la RDC à ne pas sombrer dans les abîmes sombres de l'enfer. Le cardinal, archevêque de Kinshasa, Fridolin Ambongo qui compte garder sa liberté de ton et d'expression: "Ma nomination comme cardinal ne change en rien la nature ma mission. Je reste prêtre et je reste évêque et la dimension prophétique liée à ma mission demeure intacte. Un cardinal doit être la voix de ceux qui souffrent. Il doit parler quand il le faut. Le devoir de réserve ne s'applique pas à un prêtre ou à un évêque. le devoir de réserve s'applique aux diplomates". 10 mois après l'odieux deal qui a bénéficié Tshilombo pour sa nomination électorale, le Cardinal Fridolin Ambongo a clarifié la posture de l'Eglise qui avait contesté les résultats fabriqués et publiés par la fameuse Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) aux ordres du régime d'Alias Kabila qui a fait alliance avec Tshilombo pour sa frauduleuse nomination.

Humblement, le cardinal Fridolin Ambongo explique: "Nous avions dénoncé le mensonge spectaculaire des résultats des élections du 30 décembre 2018. Mais l'histoire évolue. Nous n'allons pas rester accrochés à la vérité des urnes. Nous devons évoluer. (...) le peuple s'est exprimé pour le changement, fait-il remarquer. Dix mois après, est-ce que ce souhait a-t-il été respecté ? Ce souhait reste intact: la misère du peuple, la souffrance du peuple continuent". C'était sans compter sur la présence des "Quados" et "Coupagistes" journalistes de Kinshasa, à la solde de Tshilombo, faussaire-fraudeur-tricheur-imposteur et usurpateur, tels des charognards qui ont bondi sur un os et n' ont rien trouvé qu'en sortant la phrase du Cardinal Ambongo de son contexte.

Toute la conférence de presse, du mardi 12 novembre 2019 a été réduit à ce titre : "Le cardinal Ambongo demande à Fayulu de tourner la page de la vérité des urnes" ! "Pour ce prince de l'église catholique, la situation a évolué. Il ne faut pas toujours revenir dans le passé avec l'histoire des urnes. Mgr Ambongo encourage toutefois Martin Fayulu dans son initiative de proposer un plan de sortie de crise. L'église ne peut qu'encourager le dialogue pour résoudre toute crise."

freddy-mulongo-ciakudia-2jpg

Comment peut-on accepter les propositions de Martin Fayulu et réfuter la vérité des urnes pour la sortie de crise? s'interroge le patriarche julien Ciakudia depuis Londres. Pour ce dernier, les deux sont intrinsèquement liés. On ne peut pas parler de la vérité des urnes de Martin Fayulu, sans ses propositions de sortie de crise. L'un ne va pas sans l'autre. Le patriarche Julien Ciakudia qui a été pasteur (Clerc) dans les Eglises d'Etat, au Royaume de la Norvège et Royaume Uni, rappelle que l'Etat congolais est laïc, tout en respectant les confessions religieuses. Sous la deuxième République de Mobutu Sese Seko kuku Ngbendu Waza Banga, quatre confessions religieuses étaient reconnues sur toute l'étendue de la République: l'Eglise catholique romaine; l'Eglise du Christ au Congo-ex-Zaïre, qui fédère les églises protestantes, évangéliques et communautés de réveil; l'Eglise Kimbaguiste et les musulmans.

On ne construit jamais un pays dans des mensonges. Les Évangiles que prêchent des cardinaux, évêques, prêtres, pasteurs, diacres, laïcs...datent de plus de deux mille ans ! La parole de Dieu est inchangée. La prédication des Évangiles ne fait qu'actualiser, la parole de Dieu qui est éternelle. Et les prédicateurs ne font qu'éterniser ce qui est actuel: Dieu et sa parole ! Ceux qui croient en Dieu savent et qui prêchent sa parole n'oublient jamais Luc 4:18 "L'Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu'il m'a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m'a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés" . La Sainte Bible rappelle toujours aux Chrétiens que « Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde... ». Ce passage se trouve dans l'Évangile selon saint Matthieu, chapitre 5 versets 13 à 16. Il se situe au début du discours sur la montagne (ch. 5 à 7), aussitôt après les Béatitudes. Matthieu a probablement composé son Évangile après la ruine de Jérusalem, entre 70 et 85. Il écrit essentiellement pour des chrétiens d'origine juive, et la communauté à laquelle il s'adresse, probablement implantée en Syrie, traverse alors un certain nombre de difficultés. Menacée par le doute et la lassitude, elle fait face aux attaques de la synagogue pharisienne et affronte la question de l'ouverture de la jeune communauté chrétienne aux non-juifs. Quel est le sens de la métaphore du sel ? Plusieurs lectures sont possibles, avertit l'exégète Marc Sevin. La Bible fait ainsi parler Dieu d'une « alliance de sel », c'est-à-dire indestructible. Dans le Livre des Nombres, Dieu déclare à Aaron : « C'est là une alliance éternelle par le sel devant Yahvé, pour toi et pour ta descendance avec toi » (Nb 18, 19). L'expression se retrouve dans le rituel religieux : toutes les offrandes présentées à Dieu doivent être salées avec « le sel de l'alliance de ton Dieu ». (Lv 2, 13). Selon cette double lecture, les disciples donnent saveur au monde et en assurent la survie devant Dieu. Mais, s'ils perdent l'esprit des Béatitudes figurant juste avant ce passage, ils perdent toute saveur. Une autre lecture a pu être avancée, prenant en compte une pratique agricole attestée en Égypte et en Palestine : on ajoutait du sel au fumier afin de le rendre plus apte à féconder la terre. Dans cette perspective, le sel symbolise la sagesse qui rend les hommes plus aptes à porter du fruit. Cette interprétation s'appuie sur l'utilisation du verbe « s'affadir », qui signifie littéralement « devenir stupide », perdre toute sagesse. De même que le sel féconde la terre via le fumier, ainsi les disciples, grâce à la sagesse reçue de Jésus, donnent aux hommes de porter plus de fruits. Il est enfin possible de retenir la version selon laquelle le sel a un effet stérilisant et purificateur : ainsi celui qu'Élisée jette dans la source de Jéricho assainit les eaux « jusqu'à ce jour » (2 R 2, 19-22). L'Évangile de Marc semble reprendre ce principe. « Ayez du sel en vous-mêmes et vivez en paix les uns avec les autres » (Mc 9, 50). « Les disciples, dans ce cas, ne sont pas qualifiés d'abord de sel de la terre, explique Marc Sevin, mais invités à devenir "sages", c'est-à-dire fondamentalement à "bien mener leur barque" pour éviter les écueils. Or, comment être sage, sinon en étant disciple de celui qui est la Sagesse en personne venant de Dieu, c'est-à-dire le Christ ressuscité ? Ils seront bien ainsi le sel de la terre. Les deux interprétations se rejoignent. » Quel rapport entre la métaphore du sel et celle de la lumière ? L'image de la lumière renvoie, dans le livre d'Isaïe, à la vocation de Jérusalem, ville lumière placée sur la montagne pour attirer les peuples vers Dieu (Is 60), à la vocation d'Israël, « lumière des nations » (Is 42, 6 et 49, 6). Pour les auditeurs juifs de l'évangile, c'est la Loi de Moïse qui est lumière du monde (Sg 18, 4). La comparaison avec la lampe, faite pour être vue, souligne que cette lumineuse attirance constitue un devoir pour le disciple de Jésus. La lumière ne doit pas être rangée, comme on le faisait dans l'Antiquité de la lampe que l'on remisait dans un petit meuble (le boisseau) lorsqu'elle ne servait pas. Elle doit être visible, éclairer l'extérieur comme l'intérieur.

Le rôle de médiation de l'Eglise catholique romaine est appréciable de tous. La CENCO a déployé 40 000 observateurs pour les élections du 30 décembre 2018. Ne négligeons pas le temps de formation, de déploiement, du financement de la logistique que cela a demandé à l'Eglise catholique romaine de la RDC. Le travail de monitoring a été financé par la Suède, Suisse et l'union Européenne. Le cardinal Fridolin Ambongo est un témoin privilégié car il a été le président de la CENCO qui a publié les vrais résultats. On ne peut pas refuser la vérité des urnes de Martin Fayulu et accepter ses propositions de sortie de crise. La République démocratique du Congo traverse une crise de légitimité sans précédent. Alias Kabila a inféodé la CENI et la Cour Constitutionnelle pour frauder avec la nomination électorale de son vrai dauphin dans la fameuse opposition: Félix Tshilombo.

freddy-mulongo-cenco

On ne peut pas refuser la vérité des urnes de Martin Fayulu et accepter ses propositions de sortie de crise. La République démocratique du Congo traverse une crise de légitimité sans précédent. Alias Kabila a inféodé la CENI et la Cour Constitutionnelle pour frauder avec la nomination électorale de son vrai dauphin dans la fameuse opposition: Félix Tshilombo.

Le combat de Martin Fayulu pour la vérité des urnes a son fondement éthique et politique dans sa légitimité lui conférée par le peuple souverain à travers les urnes et nul ne peut se substituer au peuple pour lui enlever cette légitimité démocratique.

Dans la fraude électorale et fabrication des résultats électoraux, Martin Fayulu fait la différence historique dans les élections en République démocratique du Congo. 1. Election Louis Michel 2006, c'est à bord d'un char de la Monuc, flanqué d'un gilet pare-balle et d'un casque bleu de l'ONU, que Malu Malu, abbé fraudeur et président de la Commission Électorale Indépendante (CEI) est allé à la RTNC proclamé ses faux résultats. Jean-Pierre Bemba qui avait gagné l'élection présidentielle face à Alias Kabila, avait refusé de se battre ayant accepté l'inacceptable !

2. Election de novembre 2011. On voit encore Daniel Ngoyi Mulumba, pasteur tricheur et président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) pataugé dans ses bulletins de vote dans le centre de tri à Limeté. Etienne Tshisekedi wa Mulumba a gagné face à Alias Kabila. Contre espèces sonnantes et trébuchantes, Tshisekedi a monnayé sa victoire et a capitulé en disant au peuple congolais qui attendait un mot d'ordre: "Bokende Kolala Pongi Ya Ba Bébés" ! Le mot d'ordre n'est jamais venu jusqu'à sa mort. Jean-Pierre Bemba et Etienne Tshisekedi ne se sont jamais battus pour leur victoire électorale. Martin Fayulu est le premier et seul Congolais qui se bat démocratiquement sans violences, pour sa victoire. Le président Élu, Martin Fayulu marque une distance face à ce comportement léthargique et complice des occupants-fraudeurs qui imposent leur volonté contre la véritable volonté du peuple congolais exprimée dans des urnes. Pour une fois dans l'histoire de la République démocratique du Congo, Martin Fayulu innove et se bat pour sa victoire volée par Angwalima Tshilombo, voleur patenté. Depuis la proclamation frauduleuse de Tshilombo, fils Tshisekedi, fabrication des résultats par Corneille Nangaa, laïc protestant, homme de Marini Bodho et fameux président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), puis confirmée par la Cour Constitutionnelle inféodée au régime PPRD-FCC d'Alias Kabila. Face à une machine d'imposture et d'usurpation, Marti Fayulu pacifiquement fait face à une ligue des imposteurs-usurpateurs et faussaires.

La vérité des urnes est une véritable école civique et patriotique pour éduquer la conscience des Congolais: Apprenez dès aujourd'hui à vous battre pour une cause noble "Le choix du peuple" ! C'est au peuple congolais de se battre pour la vérité des urnes avec ou sans Fayulu !

Cardinal Fridolin Ambongo, la vérité des urnes, c'est le présent et l'avenir de la République démocratique du Congo. La vérité est le flambeau qui doit éclairer les zones d'ombre. La vérité n'évolue jamais, elle est constante. La vérité est vérité hier, aujourd'hui, demain et éternellement. Le Cardinal Fridolin Ambongo doit aider Angwalima Tshilombo a faire "Mea Culpa" au peuple congolais pour son vol. Un voleur non repenti est dangereux. C'est parce que le voleur sur la croix a reconnu son vol qu'il a été sauvé. Tshilombo est un grand voleur. Il a volé le destin de tout un peuple pour son ventre.

Le peuple gagne toujours !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.